Sécurité sociale en Côte-d’Ivoire: La Cnps va bien, les pensions relevées

Mis en ligne par La Rédaction | samedi 19 Août 2017


Il était dans le beau rôle. L’entreprise qu’il dirige respire la pleine santé. Là où ses semblables des autres pays, notamment la France, broient du noir, la Cnps a comblé ses déficits et dégagé assez de fonds pour garantir sur des années ses prestations. Et pourtant, elle vient de loin. Les années d’après crise, les caisses de cette Caisse étaient au rouge. Stabilisation, puis excédent. Les agents se sont surpassés pour y arriver. La direction générale, à force de réformes appuyées par le conseil d’administration et le gouvernement, est arrivée à une caisse solide. Qui intervient même sur le marché des placements.

Les résultats reluisants de l’année 2016 auraient pu être pourtant moins euphoriques. C’est que sur cette période, la caisse a augmenté ses prestations. Augmentation à 5% des pensions, relèvement de la pension minimum qui est passé de 18.777 à 30.000 Fcfa. Les allocations familiales qui étaient de 2500 F sont passées à 5 000 F. Soit une très heureuse augmentation de 100%. « Dans le cadre de l’amélioration du niveau de vie des assurés sociaux, le Conseil d’administration a pris des mesures favorables au cours de l’année 2016. La direction génale a veillé à ce que ces mesures puissent s’appliquer », explique M. Dogou, directeur des prestations sociales à la Cnps.

La caisse a payé, en 2016, plus de 130 milliards de Fcfa au titre des pensions de retraite (aux assurés et aux ayants-droit), des prestations familiales et assurances maternité, des rentes et rachats aux victimes d’accidents de travail et malades professionnels ainsi que des frais pharmaceutiques et médicaux.

La Cnps a aussi accru ses chiffres au niveau des employeurs enregistrés dans sa base de données qui sont passés de 30 920 à 32 668. Une progression de 17%. Le nombre d’employés assurés a naturellement augmenté. Avec un bond de 32%. De 649 809 employés à 74 060.

Outre ces bons chiffres, il y a la célérité et la qualité des prestations en faveur des bénéficiaires. Sur l’ensemble des dossiers traités au cours de l’année écoulée, les taux de ceux toujours en instance sont très faibles. De 3 à 10%. Là où le seuil est fixé à 15%.

Les nombres d’employeurs et d’employés augmentés, les procédures accélérées, les pensions augmentées, les caisses renflouées, que fait la Cnps du ‘’surplus ‘’ ? « Notre métier, c’est la prévoyance qui enseigne qu’on doit savoir anticiper sur tout et aussi sécuriser les avoirs. Nous intervenons dans les banques, sur les marchés financiers avec notamment des prises d’actions et des emprunts obligataires, en plus des classiques Dat », explique le directeur général.

Grace aux choix judicieux opérés par Denis Charles Kouassi et son équipe sur les marchés, la quasi-totalité des charges de fonctionnement de la Caisse sont assurées par les gains obtenus par les placements. Conséquence, la Cnps ne vit plus des cotisations. Sublime.

Pour l’avenir ? 2018 sera consacrée à l’accentuation de la numérisation déjà en cours, et surtout à l’ouverture sur les quelque dix millions d’artisans et travailleurs indépendants non encore dans les livres de la Cnps.

Bledson Mathieu
Fratmat.info

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

4 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Peace011 19 août 2017 à 15:12 -

    Voilà la définition de compétence pour ceux des aigris qui ne le savent pas encore. Félicitations à vous M. Kouassi. Enfin, quelqu’un qui a remarquablement compris le rôle du patron et du leader dans une structure. Le gouvernement a bien nommé un com-pé-tent ici. En résumé : Il a fait passer une structure du marasme ou du rouge à la prospérité ou au vert.

    Bon sang ! Voilà pourquoi, le gouvernement nomme des patrons de structure. Merci à vous et l’équipe que vous dirigez.

  2. LAKOTA2 19 août 2017 à 21:06 -

    Plus de refondus voleurs paresseux pour grignoter la caisse des vrais travailleurs … la CNPS ne peut que mieux se porter. Bravo à vous Mr Kouassi et à tout le personnel.

    Aujourd’hui est Samedi 19 Août 2017 ….

    té ande

  3. dabakala 20 août 2017 à 12:59 -

    On n’applaudit pas la normalité !!

  4. LAKOTA2 20 août 2017 à 14:49 -

    Si … on applaudit la normalité par rapport à 10 ans de médiocrité de la bhétépack.

    @dabakala a-t-il peur de signer ses postes maintenant ?

    Aujourd’hui est Dimanche 20 Août 2017 …

    té ande

Laisser un commentaire