Traitement des ordures en Côte-d’Ivoire: La société Pisa Impex n’est plus à Akouédo, voici les raisons

Mis en ligne par La Rédaction | dimanche 20 Août 2017


SAMSUNG

Depuis samedi 19 août 2017, la société PISA IMPEX n’est plus en charge de la gestion des ordures à Akouedo, apprend un communiqué de l’Anassur.

 » Depuis quelques jours, l’entreprise PISA IMPEX, concessionnaire de la gestion de la décharge publique d’Akouedo, menaçait d’arrêter ses prestations au motif qu’elle n’aurait pas obtenu le règlement de ses créances dues,au titre du marché public dont elle est bénéficiaire « , constate le communiqué qui poursuit :  » PISA IMPEX ayant mis sa menace à exécution le samedi 19 août 2017, au mépris de l’impact que le non traitement des déchets peut avoir sur la santé et la quiétude des populations, l’Anassur, après avis de la tutelle technique, a pris acte de cette situation et a immédiatement appliqué des dispositions pour assurer la continuité du service public. Ainsi deux entreprises ont-elles été désignée pour cette mission ».

L’IA appris que les entreprises désignées sont Établissement Moya et Entreprise Coulibaly qui ont aussitôt déployé, malgré le week-end, leurs équipements sur les lieux, pour faire face au vide laissé par PISA IMPEX.

L’entreprise qui s’est retirée, entend par son action, obtenir immédiatement au titre des arriérés antérieurs, notamment les années 2015 et 2016, le paiement d’un montant de 13 milliards Fcfa non encore consolidés par un audit du ministère du budget en liaison avec l’Anassur et le ministère de la salubrité, de l’environnement et du développement durable.

Dans l’attente du règlement de cet arriéré dont une partie avait fait en 2016 l’objet d’une tritirisation au départ refusée par PISA IMPEX seulement parmi tous les opérateurs du secteur d’une part , et d’autre part dans l’attente de la signature d’une convention au titre de l’année 2017, la somme de 700 millions Fcfa venait d’être payée au titre des mois de janvier et février de l’année 2017, à Pisa Impex. Une avance, qui selon l’entreprise, n’a pas été suffisante pour lui permettre d’assurer la continuité du service et la poursuite des activités.

C.K

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

Laisser un commentaire