Procès Kémi Séba-BCEAO au Sénégal: Quand des propos xénophobes favorisent la relaxe de l’activiste

Mis en ligne par La Rédaction | mercredi 30 Août 2017


Le leader du Front contre le franc-CFA, Kemi Seba, était devant la justice sénégalaise qui lui reprochait d’avoir brûlé un billet de 5000 Francs CFA.

On peut le dire sans se tromper, si Kemi Seba respire à nouveau l’air frais de la liberté. C’est en partie grâce aux propos xénophobes tenus par maître Pape Jean Seye, avocat commis par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO). En effet, lors de sa plaidoirie, il a traité Kemi Seba d’étranger au Sénégal qui devrait aller dans son pays d’origine le Bénin pour mener son prétendu combat.  »C’est parce que le Sénégal est un pays hospitalier que vous vous permettez de venir y mettre le désordre.

Est-il possible qu’un Sénégalais fasse la même chose au Bénin? Tu voyages avec des papiers français et tu viens troubler l’ordre au Sénégal. Je te prie d’aller mener ton combat dans ton pays parce qu’aujourd’hui tu es entrain de traîner les jeunes Sénégalais même les plus petits dans un combat sans tête ni queue…  », a dit l’avocat de la BCEAO dans une salle d’audience où il n’y avait que des journalistes après que le juge ait ordonné l’évacuation des partisans de l’accusé qui faisaient trop de bruits selon lui.

Poursuivant, maître Pape Jean Seye a demandé à Kemi Seba si un Sénégalais pouvait se permettre de manquer de respect au président du Bénin à Cotonou… Le juge surpris par ses propos a aussitôt levé la voix pour demander à l’avocat de la BCEAO de dépassionner le débat.  »Je vous invite à rester dans le débat », a-t-dit à l’endroit de l’avocat avec visage grave. L’avocat de la défense, maître Cheikh Koureyssi Ba prenant la parole a d’entrée présenté des excuses pour les propos de son confrère qu’il a jugé xénophobes.

Pour lui, les propos tenus par son confère sont xénophobes et inacceptables de nos jours. Avant de s’interroger sur la plainte de l’institution financière régionale émettrice des billets de Francs CFA.  »Un homme vient d’être jugé dans cette salle avant mon client. Il a été mis aux arrêts pour détention de milliers de faux billets de CFA. Pourquoi la BCEAO ne s’est elle pas constitué partie civile pour une affaire aussi grave alors qu’elle porte plainte pour l’altération d’un billet de 5000frs CFA ? », s’est-il interrogé.

Avant de révéler que la BCEAO n’a jamais porté plainte lorsque ses agences de Bouaké, Korhogo et Man ont été pillé lors de la crise ivoirienne de 2002 à 2011. Une fois le verdict tombé avec la relaxe de son client, il a au nom du barreau du Sénégal, tenu une fois de plus à présenter des excuses pour des propos tenus par son confrère.

La majorité des personnes ayant assisté à ce procès pensent que les propos xénophobes de l’avocat de la BCEAO qui est une banques des états de l’Afrique de l’ouest, où la liberté de circulation des personnes est une réalité, a poussé le magistrat à libérer Kemi Seba. Ce dernier a promis une fois chez lui, revenir sur les propos que l’avocat de la BCEAO a tenus à son endroit.

Saint-Tra Bi

Depuis Dakar au Sénégal

Fraternité Matin

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

Laisser un commentaire