Côte-d’Ivoire 7 femmes d’Abobo: Un expert Médico-légal contredit un rapport d’autopsie rédigé à Abidjan (vidéo)

Mis en ligne par La Rédaction | mardi 12 Sep 2017


Lu pour vous

Ce 11 septembre 2017 devant les juges de la CPI, l’expert Médico-Légal KLARK a déclaré que les conclusions de son rapport d’autopsie sur le corps censé être celui de Ouattara Gnon ROKIA, femme présumée morte à Abobo le 3 mars 2011 sont en total contradiction avec le certificat de décès de cette dernière, signé le 12 juillet 2011 par le Docteur Koné Djakaridja.

Une déclaration surprise qui a été faite au moment du contre interrogatoire menée par la défense du Président Gbagbo.

L’avocat Me Jacobs, après avoir fait dire au témoin que c’est bien le bureau du Procureur qui l’orientait dans toute son expertise, en lui fournissant et le contexte et les noms des prétendues victimes, lui lit un document qui est le certificat de décès de Ouattara ROKIA, établi par le Docteur Koné.

Me Jacobs:  » Comme je le disais, il s’agit de la personne que vous avez autopsiée (Ouattara ROKIA) . Et il est indiqué que la personne serait morte, et je cite, d’un traumatisme crânien balistique lors de la marche des femmes à Abobo. Est-ce qu’une telle conclusion de traumatisme crânien balistique est compatible aux conclusions de votre rapport ?  »

EXPERT KLARK:  » NON, NON ça ne l’est pas. Parce qu’on a pas retrouvé de blessures causées par balles au niveau du crâne ».

Et pour démontrer à la Cour qu’il s’agit d’un vrai mensonge mais fait par de vrais politiciens, l’avocat pose cette question à l’expert:

Me JACOBS:  » Dans votre expérience de médecin légiste, est-il habituel dans la rédaction d’un certificat de décès de préciser que le décès aurait eu lieu au cours d’une manifestation politique ?  »

L’expert gêné aux entournures de résigne à répondre ceci:

EXPERT KLARK :  » NON, je n’aurais pas formulé les choses ainsi. J’aurais plutôt indiqué le lieu du décès et non les circonstances. Je ne l’aurais pas formulé ainsi en tout cas ».
Et cet expert émet aussi dans son rapport un doute sur la date du décès de ce corps qui selon lui a été bien « préservé depuis 4 ans ».

Que retenir de cet échange ?

Que le RDR doit s’expliquer sur cette affaire tout simplement.

Que le RDR ait le courage de dire à ses partisans qui ne le savaient que cette affaire est un complot morbide inventé pour servir d’alibi aux occidentaux pour bombarder Gbagbo.

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

3 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. aristix1 12 septembre 2017 à 14:22 -

    Le mensonge est un lièvre qui prend l’ascenseur. La vérité est une tortue qui prend les escaliers. Mais, lente comme la tortue, la vérité finit toujours par triompher du mensonge.

  2. AGE 12 septembre 2017 à 15:01 -

    En fait, le blanc cherche toujours le coupable du côté de celui à qui profite le crime. Il n’ y a qu’en Afrique, et surtout au RDR que les coupables se cherchent du côté de ceux que les crimes causent des préjudices inestimables.
    Et l’histoire du RDR est jalonné de ce genre de crimes.
    -le charnier de Yopougon, pour rallier la sous région à la cause de Ouattara.
    -Camara H pour rallier le Nord.
    -Jean Hélène, pour choquer la France.
    Kieffer, pour emballer la communauté inter.
    -Le bombardement du marché d’Abobo pour obtenir l’interdiction de l’utilisation des armes lourdes des FDS.
    -La marche des femmes d’Abobo pour inviter dans la guerre, la France et l’ONU aux côtés de la rébellion et surtout le bombardement de Gbagbo.
    Mais, comme pour eux les faits et les circonstances ne comptent pas, ils viendront réciter leur litanie habituelle.

  3. aristix1 12 septembre 2017 à 17:53 -

    @AGE

    Belle observation. Les autres ne seraient-ils pas de fin tacticiens pour passer leur temps à poser des actes contre productifs pour eux-mêmes?

Laisser un commentaire