Le conflit foncier dans l’ouest de la Côte-d’Ivoire tourne à la crise humanitaire

Mis en ligne par La Rédaction | mardi 10 Oct 2017


(Agence Ecofin) – Alors que le bilan du conflit foncier qui a embrasé l’ouest de la Côte d’Ivoire était, en milieu de semaine, de deux morts et 1500 déplacés, il s’est alourdi à plus de 3000 personnes déplacées. Une situation qui crée, de l’aveu des services du ministère ivoirien de l’Intérieur, « une crise humanitaire sérieuse à Guiglo ».

Lire aussi: 05/10/2017 – Côte d’Ivoire : un conflit foncier dégénère à Bloléquin

« Nous avons eu 3000 déplacés qui se trouvent actuellement à la préfecture de Guiglo. C’est une crise humanitaire sérieuse », a notamment confié le directeur de cabinet du ministre ivoirien de l’Intérieur, Vincent Toh Bi, au site d’information Connection ivoirienne.

Et d’expliquer que « ces troubles ont pour origine principale le fait que des forêts, classées ou non, sont convoitées par les communautés autochtones et allogènes ».

Autochtones Guéré et allogènes Baoulé se disputent en effet depuis le mois de septembre le droit d’exploiter les terres agricoles réputées productives de la forêt classée de Goin-débé.

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

2 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. quoi 10 octobre 2017 à 09:45 -

    Moi je ne me cacherais pas devant une cargaison de Bon Maïs regardant à travers la serrure de mon portail en ricanant le drame que vivent les populations wes Et baoules.
    Que rapidement reviennent la tranquillité et la paix dans cette région du pays tout espérant que chaque tribu fasse des concessions dans le respect des lois de la république.
    À chacun sa lorgnette !!!

  2. Pangloss 10 octobre 2017 à 12:26 -

    Cette crise était prévisible car L’État a laissé faire plein d’incongruités pour des raisons évidentes !

Laisser un commentaire