Sidy Diallo, Wilmots et Gbohouo, cibles des internautes après l’élimination des Éléphants (PAPIER D’ANGLE)

Mis en ligne par La Rédaction | dimanche 12 Nov 2017


Serge Alain KOFFI

L’élimination de l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire pour la coupe du monde 2018, après une défaite concédée samedi soir à Abidjan contre le Maroc (0-2), continue de faire réagir sur la toile, de nombreux supporters ivoiriens dont les critiques sont majoritairement dirigées contre le président de la Fédération Sidy Diallo, le sélectionneur Marc Wilmots et le gardien de but Sylvain Gbohouo.

Cette défaite passe mal chez les supporters ivoiriens qui comme bien souvent dans des situations pareilles ont désigné les responsables de la déconvenue. Le belge Marc Wilmots, déjà sur la sellette avant la rencontre, tient le haut du pavé dans ce florilège de critiques.

“Aucun entraineur local n’aurait fait pire que Wilmots’’ écrit sur Facebook, Eustache Gnaba pour souligner le bilan médiocre de l’ancien sélectionneur des Diables rouges de Belgique depuis sa nomination à la tête de l’équipe de Côte d’Ivoire le 21 mars 2017. En six matchs, sous la direction du belge, les Eléphants ont enregistré 4 défaites, un nul et une victoire pour 12 buts encaissés contre 6 inscrits.

Abou Sanogo, supporter et par ailleurs journaliste à la télévision nationale, écrit quant à lui: “Franchement, acceptes de reconnaître que t’es nul. Jamais tu n’as pu démontrer que t’es un sélectionneur. Non Marc, tu as trahi le peuple en lui faisant croire que tu pouvais alors que toi seul savais ce que tu t’es venu chercher en Côte d’Ivoire. Tu ne nous a jamais convaincu (…) T’es un mystificateur, un menteur, un vaurien’’.

Sur la toile les supporters des Eléphants, comme pour passer leurs nerfs, rivalisent d’adjectifs injurieux pour discréditer le belge traité par exemple de “vendeur de poulet’’ par Frédéric Goré Bi et de “nul’’ par Abib Diaby.

Pour Christophe Kouamé, “il faut brûler Wilmots’’. “Sur sa triste lancée, Wilmots vient de réaliser une belle performance: empêcher la Côte d’Ivoire d’être présente pour la quatrième fois d’affilée à la Coupe du monde en 2018 en Russie.’’, écrit le journaliste Ferro Bally dans un billet bien senti à l’encontre du sélectionneur ivoirien.

Outre Wilmots, les Ivoiriens ne décolèrent pas contre le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) Sidy Diallo, essentiellement accusé de “gestion mafieuse’’ de l’instance dirigeante et de recruter “des entraineurs incompétents’’.

Pour Guy Lasme Kouamé, il est ni plus ni moins “le mal du football ivoirien’’ dont le redressement passe par son “départ’’ de la présidence de la FIF.

“Sidy Diallo est la plaie du football Ivoirien. Vivement que le ministère des Sports prenne ses responsabilités’’, plaide Abib Diaby.

Tout en appelant à la démission du président de la FIF, Tom Sawyer semble pourtant ne pas se faire d’illusions. M. Sidy Diallo “ tiendra toujours sa place’’ parce que “protégé’’ par le chef de l’Etat Alassane Ouattara.

Fulgence Bell, quant à lui, veut initier “une pétition pour la démission de Sidy Diallo’’ dont la gestion à la tête de la fédération s’apparente, selon Saint Cyrille Bah, s’apparente à une “dictature’’.

Pour ne rien arranger, une vidéo montrant Sidy Diallo se disputer chaudement avec une personne à l’issue du match dans la loge présidentielle, circule abondamment sur Facebook.

“Attitude condamnable du président de la FIF qui a littéralement perdu le contrôle de ses nerfs au vu et au su des milliers de smartphones … L’image a vite fait le tour du monde’’, analyse le journaliste sportif Fernand Dedeh.

Pour le portier ivoirien Sylvain Gbohouo, il est loin le temps de la CAN 2015 où il avait conquis les supporters ivoiriens par ses belles prestations, à l’opposé de celle qu’il a livrée face au Maroc samedi soir au stade Félix Houphouet-Boigny.

Accusé d’être fautif sur les deux buts marocains, le sociétaire du club congolais du TP Mazembé n’échappe pas à l’avalanche des critiques.

“Voilà quelqu’un qui très tôt s’est laissé aller à la star mania.il a pris la grosse tête. Gbohouo franchement tu as été décevant. Et depuis que tu es devenu le numéro 1 dans nos perches tu alignes mauvais match sur mauvais match (…) Ton manque d’assurance nous a couté une humiliation, ton manque de sérénité nous a tué. Gbohouo tu es responsable de notre élimination. Deux buts bêtes (…) Tu as tremblé pendant 94 minutes. T’es méchant. C’est toi qui nous a éliminés et non le Maroc’’, juge Abou Sanogo.

Les deux buts du Maroc sont dû à “deux erreurs de placement de Gbohouo’’, analyse encore Fernand Dedeh.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

Laisser un commentaire