Des Mi 24, des blindés légers et une centaine de soldats déployés à Bouaké en Côte-d’Ivoire

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 11 Jan 2018


Le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Nabagné Koné a révélé qu’à la suite « d’une altercation entre différentes factions de militaire à Bouaké, le gouvernement a déployé dans la nuit du mardi à mercredi deux avions MI24, des blindés légers de mêmes qu’une centaine de soldats au sol afin de sécuriser la ville de Bouaké.

Le porte-parole du gouvernement a tenu a préciser qu’il ne s’agit nullement d’une mutinerie mais plutôt d’ « altercations entre différentes factions sécuritaires. » Toutefois, ce dernier a annoncé l’ouverture d’une enquête qui devrait situer les responsabilités.

Le porte-parole du Gouvernement, a par ailleurs indiqué qu’un Conseil de sécurité se tiendra demain jeudi 11 janvier. «Les ministres en charge de la Défense et de la sécurité feront un compte rendu permettant d’avoir plus de détail, » a-t-il ajouté. Le bilan dressé par le gouvernement fait état d’un « blessé de véhicules incendiés et de l’annexe du CCDO saccagé.

Ouakaltio OUATTARA
Fratmat.info

« Un blessé léger » dans l’attaque d’une caserne à Bouaké, selon un bilan de l’état-major

Edwige FIENDE

L’état-major des armées de Côte d’Ivoire a fait état d’ »un blessé léger », suite à des tirs, après qu’ »un groupe de militaires de s’en est pris mardi nuit au cantonnement du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO, unité d’élite) » de Bouaké, (centre, l’ex-fief de la rébellion), dans une note.

« Suite aux évènements survenus vendredi, un groupe de militaires de certaines casernes de Bouaké s’en est pris au cantonnement du CCDO dans la nuit du mardi », indique le texte.

« Un blessé léger », a été enregistré, « deux véhicules (ont été) incendiées et un autre endommagé, les locaux du CCDO mis à feu », selon un bilan de l’état-major, après les « tirs qui ont pris fin aux environs de minuit ».

« Le procureur de Bouaké et la gendarmerie nationale ont procédé à un constat d’usage » pour « approfondir les enquêtes en cours » en vue « de situer les responsabilités », précise le chef d’état-major des armées, le général Sékou Touré qui dit avoir « pris des dispositions pour renforcer la sécurité dans la ville ».

« Des soldats, avions MI 24 et blindés ont été » déployés à Bouaké « pour rassurer les populations », selon le gouvernement.

Vendredi, un sergent-chef a été tué et un autre élément des Forces de sécurité blessé, après des tirs entre des éléments du CCDO et des soldats du Bataillon d’artillerie sol-sol (Bass).

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Peace011 12 janvier 2018 à 00:21 -

    Le gouvernement est en train de prendre le taureau par les cornes en envoyant ce renfort et ce matos. Oui, les populations de Bouake ont besoin de quiétude, et oui, c’est le rôle du gouv. de le garantir par tous les moyens.

    Assez de ces soubresauts. Si cela ne tenait qu’à moi, une ou deux têtes tomberaient dès demain matin. Cette situation devient inacceptable. On parle déjà de ce dernier yoyo dans les cercles internationaux, et cela n’est pas fait pour rassurer les investisseurs potentiels du moins dans le court-terme.

    Nous observons so-le-ment !

    ORDRE, ORDRE et ORDRE… Sans compromis…

Laisser un commentaire