Bts crédibilisé, campus apaisés en Côte-d’Ivoire, recrutement des enseignants-chercheurs…La méthode Ly-Ramata qui dérange

Mis en ligne par La Rédaction | samedi 13 Jan 2018


Par Connectionivoirienne

Crédibilisation du Bts, apaisement dans les universités, recrutement des enseignants chercheurs…

La méthode Bakayoko Ly-Ramata qui dérange

Ni trop politique, ni complexée face aux situations auxquelles elle est confrontée, conciliante, le ton de pédagogue avec une bonne capacité d’écoute la ministre de l’enseignement supérieur Bakayoko Ly-Ramata imprime, à pas sûrs, sa marque sur la gestion de son département, le délicat ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Si l’on a misé dès la sortie de crise sur la beauté extérieure des infrastructures, le professeur Bakayoko Ly-Ramata s’attèle, elle, à consolider l’existant tout en axant sa stratégie sur la qualité de l’enseignement qui amènerait notre pays à avoir des ressources humaines de qualité. C’est une exigence de la vision de l’émergence. Aussi depuis son arrivée à la tête de ce département, écoute-t-elle et consulte-t-elle tout azimut. « C’est une dame calme, un produit de l’enseignement supérieur qui a une haute idée de sa fonction actuelle. Elle n’est pas dans les combines », décrit un universitaire qui connaît bien la ministre.

Les chantiers sont innombrables car comme tous les secteurs stratégiques du pays, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique ont été durablement affectés par la période de crise en Côte d’Ivoire. Il faut bien commencer quelque part. Aussi a-t-elle commencé par assainir les rapports entre les acteurs de l’enseignement supérieur de même qu’elle mène avec détermination la réforme du Bts, un diplôme maintes fois décrié à cause de ses faiblesses organisationnelles.

Des rapports avec les syndicats

Dans son approche managériale, la ministre de l’enseignement supérieur évite autant que faire se peut les rapports conflictuels et tendus avec les syndicats (enseignants, étudiants, personnel administratif et technique). A preuve, la récente grève des enseignants de la Cnec qui a été de courte durée, parce que les problèmes posés ont trouvé rapidement solution. La puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) est désormais non pas soumise mais conciliante. Même si tous les problèmes sont loin d’être réglés, Assi Fulgence et ses camarades n’alignent plus grèves sur grèves. C’est que, depuis, à la stratégie de ‘’broyer et casser’’ de la Fesci, a succédé une approche qui consiste à être attentif aux différentes préoccupations, à régler celles qui peuvent l’être immédiatement et à planifier les réponses pour les autres. ‘’Ce sont nos enfants, nous devons les écouter et nous rendre disponibles pour eux tant qu’ils posent des revendications académiques et sociales objectives’’, conseille-t-elle souvent à ses visiteurs au sujet du principal syndicat estudiantin. C’est avec la même disponibilité que sont abordées les revendications de la Cnec, le syndicat des enseignants dont les revendications financières sont prises en compte en fonction des moyens disponibles.

La réforme du Bts

Pour une certaine opinion, jusqu’à une période récente, le diplôme du Bts était devenu une marchandise sur le marché et il n’y avait plus d’effort à fournir pour l’obtenir. Il fallait y mettre fin. Selon nos informations en provenance du ministère de l’enseignement supérieur, plusieurs mesures sont prises pour crédibiliser ce diplôme, à commencer par la guerre contre les établissements véreux qui ternissent le Bts. Entre autres mesures, on annonce l’utilisation de la biométrie dans l’organisation de l’examen. Ceci, pour que le candidat soit le vrai candidat. La ministre a décidé également d’éliminer les réseaux mafieux. C’est ainsi que désormais, les affectations des nouveaux bacheliers dans les établissements d’enseignement supérieur se font au mérite, selon les résultats et la performance de l’établissement. Ainsi Il n’y a plus à être l’ami du ministre ou d’avoir des entrées au ministère pour avoir plus de bacheliers orientés, étant donné qu’un bachelier coute environ 500 mille FCFA à l’Etat.

Déjà, la délivrance des certificats d’admissibilité au Bts 2016-2017 a commencé en décembre 2017 et se poursuit, une innovation majeure. Les soutenances sont annoncées pour ces jours-ci. Au ministère, on estime que c’est la période où les enseignants et les salles de soutenance sont disponibles qui est cruciale.

Le recrutement des enseignants chercheurs

Les nouvelles universités et celles qui existent manquent cruellement d’enseignants, de sorte que les heures complémentaires continuent d’enfler les budgets des universités. La ministre a décidé de poursuivre en cela, la politique de recrutement des enseignants chercheurs mais en éliminant au mieux la corruption qui gangrénait le système. Selon un sachant, le recrutement des nouveaux enseignant-chercheurs et chercheurs dont le résultat est attendu les jours prochains, a été fait sur de nouveaux critères objectifs. Un jury de spécialistes dans les différentes disciplines évalue les candidats, les classe par ordre de mérite et la liste arrêtée en fonction des places disponibles.

C’est sûr, sur ces chantiers-là, l’ancienne présidente de l’université Houphouët-Boigny se fera beaucoup d’ennemis mais elle n’a l’intention de baisser la garde, rassure un proche. ‘’Limiter la corruption, crédibiliser notre enseignement supérieur, donner des chances de succès à la recherche scientifique, augmenter les capacités d’accueil dans les universités et être à l’écoute de tous les acteurs et partenaires du système, voici son combat’’, fait-il savoir.

Sylvain Debailly à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

6 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. belo001 12 janvier 2018 à 16:30 -

    ha !
    voilà qui est dit !
    merci monsieur Sylvain Debailly
    on attend maintenant et comme d’habitude
    les commentaires d’opposants. c’est a dire
    les aspects négatifs, toujours noir en
    Côte-d’Ivoire avec eux.

  2. GOZO 13 janvier 2018 à 00:17 -

    Elle est quand même Professeur Titulaire depuis 1994. C’est une vraie INTELLECTUELLE.

  3. Petit Baleze 13 janvier 2018 à 00:41 -

    C’est ce genre d’exemples qu’il faut mettre en avant dans ce pays. Les gens qui se préoccupent vraiment de l’intérêt général et qui ne trempent pas dans les combines aux fins d’enrichissement personnel.

  4. Coigny 13 janvier 2018 à 10:59 -

    @belo001,
    On ne peut pas être d’accord sur tout, tout comme on ne peut pas être en désaccord sur tout. Les compétences au RDR, il y en a, forcément. Le tout est de les mettre à la place qui convient. Tu avoueras qu’il y a quand-même une différence entre Ramata Ly et Cissé Bacongo ? Et pourtant, tu te serais opposé à toute critique de Bacongo, au moment où il menait ce département à vau-l’eau. Si demain l’on remplaçait Amoudé à Bouaké par un officier de rang, régulièrement formé et compétent, que dirais-tu ? Je ne t’ai pourtant pas encore entendu te prononcer sur le cas de cordonnier bombardé officier du CCDO. La corde aussi, elle soutient le pendu, tu le sais.

  5. LAKOTA2 13 janvier 2018 à 14:46 -

    « Si demain l’on remplaçait Amoudé à Bouaké par un officier de rang, régulièrement formé et compétent, que dirais-tu? »

    On dit « ivoirien répond toujours à une question par une question »

    Qui, d’un simple cordonnier tombeur du woody de mama et d’un officier Saint-Cyr frayaliste, mérite d’être nommé ???

    On pourrait peut-être faire faire des cours du soir à Amoudé, n’est-ce pas??? krrrr krrrr

    té ande

  6. belo001 13 janvier 2018 à 18:59 -

    @coigny
    vrai que amoudé était cordonnier avant de
    passer par la case rébellion.
    mais dis moi quel mérite y a t’il entre des généraux
    formés pour faire la guerre a saint-cyr et un cordonnier
    qui les bats au combat ?
    dans l’armée, le mérite est plus promu que les diplômes.
    tu l’ignores certainement. et c’est peut-être la raison du
    parachutage d’amoudé à son poste actuel.
    personnellement, si tu veux mon avis, ce type est là pour assurer la protection des populations. si ce n’est pas les populations
    qui se plaignent de son boulot, mais seulement des soldats
    du Bass. alors ce type fesait bien son travail.
    ses anciens amis de la rébellion ont voulu compter sur lui pour
    pour avoir une impunité qu’il a sans doute refusé et qui lui vaut
    d’être haï à se point.
    parlant de Bacongo. personnellement, je ne lui vois pas trop de
    qualités. c’est votre pouvoir gbagbo, qui a vu en lui un homme
    très compétent et intègre. ce n’est pas moi, mais vous qui
    lui reconnaissez des qualités de bon ministre.
    parlant de rdr, je n’ai jamais été et ne serai jamais rdr.
    de même, je n’est jamais été et ne serai jamais fpi.
    j’ai une fois été pdci, mais en ce moment là, c’est sûr que tu
    l’ étais aussi.
    mon seul soucis, c’est de voir mon pays en paix. et, faut il le
    rappelé, demande à @popcornn. je ne soutiens pas le rdr, mais
    l’autorité établie et légitime qui dirige mon pays.
    certainement que tu dois prendre encore des cours pour ne pas
    faire la nuance entre soutenir une autorité et soutenir son parti.
    en 2009,mes amis me croyaient pro gbagbo car j’avais toujours
    le dernier frat-mat plus notre voie. mais ils oubliaient sciemment
    que j’achetais aussi nord-sud pour diversifier mes sources d’information.
    c’est dommage, mais, j’assume.
    si je suis critique envers gbagbo, c’est parce que j’estime qu’il fut
    le plus piètre président que la Côte-d’Ivoire n’a jamais eue.
    j’assume cela aussi.
    courage l’ami, ça ira.

Laisser un commentaire