Côte-d’Ivoire activités syndicales interdites – Des associations d’étudiants pro-Ouattara s’en réjouissent

cissebacongo_alainlobognon2

Par Connectionivoirienne

En conférence de presse à la mairie d’Adjamé ce lundi 25 juillet 2016, des associations d’étudiants créées pour la plupart à la faveur du « départ nouveau » ont livré leur opinion sur les dernières décisions du gouvernement sur la situation trouble dans les universités. Il s’agit de l’Aneci dirigée par Sanogo Brahima, de la Ceeci de Coulibaly Zana et de la Feder de Ouattara Adama.

A propos de la suspension des activités syndicales, le conférencier principal Coulibaly Zana a déclaré dans son propos liminaire ce qui suit : « Si cette décision peut concourir à la stabilité et au retour d’un mieux-être sur le campus, nous en prenons acte. Mais, nous osons croire que le gouvernement prendra toutes les dispositions utiles pour faire respecter les décisions arrêtées. » Ces organisations estudiantines ont mis en garde le gouvernement contre toute faiblesse vis-à-vis de la Fesci dont ils ont dénoncé la mainmise sur l’école ivoirienne. « Nous nous réservons le droit de reprendre nos activités toutefois que les décisions du gouvernement seront bravées, comme de coutume par une quelconque organisation estudiantine. Nous prendrons nous-mêmes, la résolution de mettre fin aux violences sur l’espace universitaire et de reprendre la lutte pour de meilleures conditions de vie et d’études des étudiants », ont-ils averti exprimant leur souhait de voir les cours reprendre sur les campus.
Ils n’ont cependant pas manqué d’égrener le chapelet de revendications qui sont celles de tous les étudiants quelles que soient les organisations auxquelles ils appartiennent. Ce sont : L’annulation de la session unique d’examen – l’insuffisance des aides et des bourses pour les étudiants – l’insuffisance des infrastructures pour assurer correctement la formation – l’augmentation vertigineuse des frais d’inscription – l’insuffisance de logements due à la non-réhabilitation des cités universitaires.

Les conférenciers n’ont pas épargné les autorités universitaires, principalement la direction du Centre régional des œuvres universitaires (Crou) qu’ils accusent de passivité. « Depuis un moment, les autorités du Crou ont démissionné et la Fesci agit sans gêne », a déclaré Coulibaly Zana de la Ceeci.

SD à Abidjan

Facebook Comments