L’État de Côte-d’Ivoire instaure une nouvelle taxe sur les transferts d’argent par téléphone mobile

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 11 Jan 2018

Le gouvernement ivoirien vient d’instaurer une taxe de 0,5% sur les transferts d’argent par téléphonie mobile. La décision concerne notamment les envois de fonds et est prélevée auprès du donneur d’ordre de l’opération. Cette nouvelle mesure, est à la charge du donneur d’ordre de l’opération, concerne notamment les envois de fonds. Selon les termes de l’annexe fiscale 2018, « la taxe est à la charge du donneur d’ordre et prélevée au taux de 0,5% du montant des transferts d’argent effectués, par l’opérateur national de téléphonie dont la plateforme est utilisée pour le transfert ou par le fournisseur local de réseau de transfert de fonds», Ce dispositif entré en vigueur depuis une semaine note que ce nouveau prélèvement sera pratiqué à tous les transferts d’argent réalisés auprès des opérateurs locaux de téléphonie ou de leurs distributeurs et auprès des fournisseurs locaux de réseau de transfert de fonds ou de leurs intermédiaires.

Conformément à la vision du gouvernement ivoirien, cette nouvelle disposition pourrait permettre au pays d’augmenter ses recettes. Cependant, «l’imposition de ces transactions demeure encore en deçà du potentiel véritable, car l’administration fiscale éprouve des difficultés à appréhender le volume réel des transferts d’argent effectué notamment par mobile money», relève l’annexe fiscale 2018. Les recettes générées à travers cette nouvelle taxe seraient estimées à quelque 10 milliards de francs CFA. Un chiffre qui pourrait être facilement atteint vu l’essor que connaît le secteur. Pour rappel, lancée en 1994, l’activité de transfert d’argent via la téléphonie mobile connaît depuis un essor avec l’implantation de plusieurs entreprises dans le pays, mais surtout avec l’augmentation du nombre d’abonnés de la téléphonie mobile qui est passé de 16 millions en 2011 à 30 millions en 2017.

Source: Financialafrik.com

Commentaires Facebook

Commentaires

4 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. marianne 11 janvier 2018 at 23:46 -

    C est pas tant les taxes qui posent le plus de problème mais l usage qui en est fait.

    Quel contrôle moi j ai que mon argent qu’ on me préleve est utilisé à bon escient? Qui m assure qu’ un contrôle rigoureux en est fait?

    On me dira pas que depuis 6 ans il y a personne qui a détourné l argent public.

    Avec cette brûlure silencieuse du contribuable j espère simplement qu’ on nous apprendra pas que notre argent a servi a autre chose que celui prévu dans le budget ou ne finira pas comme argent de poche de quelqu un

  2. Petit Baleze 12 janvier 2018 at 00:05 -

    Evidemment qu’une partie de l’argent généré par cette nouvelle taxe permettra à certaines personnes d’indexer leur train de vie sur l’inflation voire mieux ou encore aidera à l’émergence de nouveaux riches.

  3. fran6 12 janvier 2018 at 12:13 -

    Pauvres démagogues !!! L’une des promesses électorales de Dramane en 2010 lors de son face à face télévisé avec Gbagbo était justement d’alléger une fiscalité qui était pourtant acceptable à l’époque. Mais on s’est bien rendu compte, dès sa prise de pouvoir que ce monsieur nous tenait un discours foncièrement démagogique. Avec l’annexe fiscale à la loi des finances 2018, je ne sais pas s’il y a un seul petit secteur de nos activités quotidiennes qui échappe à la fiscalité excessive. Dans cet article on parle des transferts électroniques d’argent mais même les produits cosmétiques, les parfums, les maquillages et les mèches, les jeux de hasard, les bières, les vins, les champagnes et autres boisons alcoolisées ou non et bien d’autres choses sont touchés par cette fiscalité excessive. En fait, le quotidien même des ménages est touché par cette annexe fiscale, vu que les choses simples qu’on achetait avant pour se faire plaisir vont augmenter.On voit bien que le désir de collecter encore et encore plus d’argent sans considérer la souffrance des entreprises et des ménages est désormais obsessionnel chez Dramane et la pègre qu’il appelle gouvernement. Et le mot “pègre” est bien choisi car on a l’impression de voir la mafia qui fait du rançonnage aux honnêtes gens. Comme si la détresse et l’appauvrissement grandissant des ivoiriens due à une croissance fictive qui ne profite qu’à Dramane et son gouvernement ainsi qu’à leurs amis ne suffisait pas. Ils viennent nous porter l’estocade, le coup de grâce qui va définitivement nous tuer. Et encore, si cet argent allait profiter à l’État et non à ces voyous à colles blancs on pouvait accepter mais il est bien certain qu’ils font ça pour avoir plus de sous dans leurs poches.

  4. monet 12 janvier 2018 at 17:26 -

    @fran6.

    tu as touché la cible dans le mil….

Laisser un commentaire