Procès de l’assassinat de Marie-France Ozigré aux Assises de Versailles: Maître Séri Zokou défend la famille de la victime

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 18 Jan 2018

Me Zokou avec Me Faty Ibrahima du Barreau de Paris

Assises de Versailles 17-19 janvier 2018

Assises de Versailles

Le 11 juin 2015, une jeune ivoirienne de 25 ans, Marie-France Ozigré était assassinée par son ex-compagnon, un Français d’origine guadeloupéenne du nom de Alain SIMION. Ecroué après avoir pris la fuite à la suite de son forfait, l’auteur présumé de ce crime horrible comparaîtra devant la Cour d’Assises de Versailles les 17, 18 et 19 janvier. Contacté dès le début du drame, Maître Séri Zokou, Avocat au Barreau de Bruxelles et auprès de la Cour Pénale Internationale. assurera la défense de la famille de la victime.

L’on se souvient de ce que le meurtre de la jeune Marie-France avait mis en émoi la communauté ivoirienne de France de même que les habitants du Versailles et de la commune voisine du Chesnay où les faits se sont déroulés.
Selon les éléments connus du dossier, la jeune ivoirienne était arrivée en France dans la foulée de la crise post-électorale, était hébergée par un couple de bons samaritains ivoiriens domicilié au Chesnay, les Belehouan, tout en vivant de temps en temps chez une de ses tantes. Ce couple s’était en effet pris d’affection pour Marie-France qui était membre de leur église.

Quelques mois après son arrivée en France, elle croisera le nommé Alain SIMION et entamera avec lui une relation amoureuse dans laquelle elle était très investie. Toutefois, au fur et à mesure de la relation, des problèmes vont se faire jour compte tenu du comportement décrit comme possessif et jaloux du petit ami. Se sentant de plus en plus étouffée dans la relation, la jeune ivoirienne aurait alors décidé d’y mettre fin. Cette décision n’aurait pas plu à son ex-amoureux qui ne l’a pas acceptée. C’est ainsi que ce dernier serait revenu des îles où il résidait principalement pour se faire ouvrir l’appartement où résidait Marie-France. Il s’ensuivra une scène d’horreur au cours de laquelle la jeune fille sera tuée de plusieurs coups de couteaux. Un crime horrible dont les tantes de cette jeune orpheline de père et de mère, décrite comme pleine de vie et qu’elles avaient adoptée, ne se sont toujours pas remises.

Pour la mémoire de la défunte et pour faire reconnaître par la justice son assassinat, la famille s’est adjoint les services du célèbre avocat au Barreau de Bruxelles et à la CPI, maître Seri ZOKOU. Pour la circonstance, celui-ci aura à ses côtés son associé au sein du cabinet d’avocats PHOENIX LAW, Maître Ibrahima FATY du Barreau de Paris. Une équipe de haut niveau qui aura à cœur en tant que représentant des parties civiles à aider à l’établissement de la culpabilité de l’accusé.

SK avec correspondance particulière depuis Paris

Commentaires Facebook

Commentaires