Côte d’Ivoire: 1er Africain noir désigné président de la cardiologie tropicale: Pr Guikahué, célébré à Gagnoa…

Mis en ligne par La Rédaction | mardi 13 Fév 2018


Le 19 janvier 2018 en France, il était désigné pour la seconde fois par ses pairs : président du groupe de travail de la cardiologie tropicale de la société française de cardiologie. En janvier 2017, il avait été élu à ce poste, 1er africain noir. Heureuses de cette reconnaissance des mérites d’un des leurs et cette reconduction, les populations de la région du Gôh ont décidé de célébrer leur digne fils, frère et ami, Pr Maurice Kakou Guikahué, dimanche 11 février 2018 dans son village natal, Dikouéhipalégnoa, dans le canton Paccolo (Sous-préfecture de Gagnoa).

“Hommage au Savant, Pr Kakou Guikahué, la fierté de Gagnoa”, barrait la banderole sur l’arc de triomphe, à l’entrée du village. Les populations venues de toutes les localités de la région, ont tenu à marcher avec l’illustre fils, jusqu’ à la place du village. C’était dans une ambiance féérique sous des notes des fanfares de Yamoussoukro et de Diégonéfla. Le chef de terre de Dikouéhipalégnoa, Guéhi Patrice a prié les mânes des ancêtres à continuer de bénir, Maurice Kakou Guikahué. Le chef du village, Agoblé Alexandre, lui, a souhaité que Dieu qui « fait de notre fils toujours plus grand, bénisse la cérémonie ». Chef de la tribu Djérégoué, Secrétaire général et porte-parole de la chefferie cantonale de Paccolo, Boga Sivori, au nom des chefs de cantons, de tribus et de villages, a dit toute la fierté du canton Paccolo qui, après Kallet Jean, le célèbre et renommé tradi-praticien guérisseur, enregistre un autre sauveur de vie des temps modernes, Pr Maurice Kakou Guikahué, toujours à Dikouéhipalégnoa. « Aujourd’hui, nous sommes heureux que notre fils compte au nombre des savants et non des moindres, ceux qui soignent le cœur, c’est-à-dire ce qui fait fonctionner l’homme ». A Guikahué, il dira : « vous êtes une grande fierté pour nous, nous voulons vous saluer et vous dire merci ». Au nom du comité d’organisation, Séri Déka Charles, a salué la mobilisation de toute la région. Tout comme Me Atabi Kouoto Honoré, qui au nom des cadres a relevé la combattivité politique mais aussi intellectuelle de Guikahué. Aussi, a-t-il demandé au célébré qui a des similitudes avec le président Houphouët-Boigny dont il a vécu les derniers jours, de prendre conscience de son avenir. « … il n’y a pas de hasard dans la vie et nous, nous croyons à votre destinée. Nous vous exhortons à prendre conscience de cette destinée. L’avenir vous dira si vous avez raison ou tort. Je suis persuadé que l’avenir vous donnera raison». Brigitte Kacou Lou (Brigitte Obrou de Radio CI), “la jumelle” de Kakou Guikahué, son condisciple du collège d’enseignement général de Gagnoa (CEG), a ouvert “le livre” de la vie de Guikahué, « un homme qui ne se raconte pas, mais qui se vit. Une bibliothèque. Un homme qu’il faut pratiquer ». Son témoignage s’est appuyé également sur le récit de Dr Gnébéhi Roger, un autre condisciple de Guikahué. Cet exposé de « … il était une fois… » a permis à chacun d’en savoir davantage sur Pr Maurice Kakou Guikahué, son parcours scolaire et universitaire. Pr Jean-Baptiste Kouamé, directeur de cabinet du Secrétaire exécutif du Pdci-Rda, au nom des collaborateurs de Guikahué, a révélé d’autres facettes de l’homme. «Sensible, respectueux de tous les hommes, sans considération excessive des diplômes, mais reconnaissant la valeur personnelle de ses collaborateurs ». Logbo André, au nom des délégués Pdci-Rda, a dit merci à Dikouéhipalégnoa d’avoir donné un digne fils à qui le monde s’ouvre et qui ouvre Gagnoa sur le monde. « Chers parents vous voyez le réseau, vous voyez le futur. Je reviendrai vous parler pour qu’à partir du réseau, il nous distribue le développement. Il a trop soigné les cœurs, il faut qu’il soigne le cœur de Gagnoa. Je vous mets en prière Maurice, que le Seigneur accompagne ton futur que je sais radieux pour la Côte d’Ivoire, pour le monde et pour Gagnoa ».

Reconnaissance, espoir et espérance en Guikahué

Yopohué, village du canton Zédi dans la sous-préfecture de Ouragahio, arrivé massivement a adressé une invitation à Guikahué qu’il compte recevoir le 20 février 2018. « On a tellement entendu parler de vous, nous bété, malinké, baoulé etc, on est venu pour vous connaitre » a dit le porte-parole. La forte délégation de Kokouézo du canton Gbadi, toujours dans la sous-préfecture de Ouaragahio, s’est exprimée. « Nous voulons traduire notre joie. Nous sommes de cœur avec vous, monsieur le ministre. Surtout pour le développement que vous apportez dans les villages. Merci pour ce développement, nous sommes fières de vous » a déclaré Dadi Florent Anderson, au nom des jeunes de Kokouézo. Richard Gnapa de Ouragahio, ne dira pas autre chose. «Nous comptons sur Guikahué. D’ailleurs nous l’avons sollicité pour notre investiture. Monsieur le ministre, c’est à vous de choisir la date de cette investiture ». Mamadou Sinté de Bayota, a indiqué pour sa part que « Bayota est avec Guikahué et Bayota l’attend ». Guibéroua et Gallébré, ont coupé court: « il n’est pas professeur pour Gagnoa seulement, il est aussi fils de chez nous et nous l’attendons aussi à Guibéroua». Oumé et Diégonéfla, n’ont pas été en reste. Eux qui ont tenu à souligner l’entente exemplaire entre Guikahué et leur fils Bodi Théodore pour le développement de la région. Les étudiants du Gôh, par la voix de Gnapéa Anicet, président de la jeunesse estudiantine de Gagnoa (Jega), ont aussi exprimé leur fierté et leur soutien à Guikahué, le cadre à qui ils veulent ressembler. Pr Kramoh Euloge, président de la Société ivoirienne de cardiologie (Sicard), “le fils” héritier cardiologue de Guikahué, en a rajouté sur les qualités et facettes du ministre Guikahué, son maitre. Le ministre Gnonkonté Désiré a rappelé les circonstances dans lesquelles Guikahué lui a sauvé la vie, en 1979 à l’Institut de cardiologie. « Merci d’avoir prolongé ma vie », a-t-il dit à son « frère » bienfaiteur. « Merci de nous avoir donné un fils qui soigne. On vous le confie. Sachez bien le regarder», a-t-il indiqué à l’endroit du peuple Bété. N’guessan-Zékré Alexis, cadre de Gagnoa, dira à ses parents que « quand vous mettez au monde un enfant qui atteint cette taille, il faut l’encourager à aller plus loin. Kakou Guikahué fait notre fierté à tous. Il a été plus loin que nous, ça doit faire tache d’huile. Il faut l’aider davantage. Nous serons avec lui ». Pour les populations de Bobia, village maternel de Guikahué, leur neveu, ancien footballeur (gardien de but) est « quelqu’un qui aime les victoires. Guikahué doit être la lumière de la région de Gagnoa ».

De nombreux dons en nature, en espèces ont été offerts au ministre Guikahué.
Gilles Richard OMAEL et D. Sory, à Dikouéhipalégnoa

Commentaires Facebook

Commentaires

Partagez !

Laisser un commentaire