Côte-d’Ivoire Lider acte 2: Karamoko Lacina lâche son mentor Koulibaly et accuse «Nathalie Yamb est le problème, le cauchemar…»

Mis en ligne par La Rédaction | mardi 13 Fév 2018

Par Connectionivoirienne

De l’Assemblée nationale à Lider en passant par le Fpi, il était le bras droit de Mamadou Koulibaly, son homme de main, son minci dominici, bref. Entre Karamoko Lacina et Mamadou Koulibaly, l’ancien président de l’Assemblée nationale, le courant ne passe plus. le temps est à la discorde et l’ancien délégué national à l’implantation de Lider qui ne parle plus le même langage avec son mentor, a décidé de parler sans gants porter des relations orageuses qu’il entretient ces derniers temps avec Mamkoul par la faute, selon lui, de Nathalie Yamb, la conseillère exécutive, véritable manitou au sein du parti d’obédience libérale.

Lundi, face à la presse, au siège du groupe parlementaire « Agir pour le peuple » de Evariste Méambly, il a relaté les péripéties d’une crise qui couve depuis belle lurette mais dont personne ne parle véritablement, les regards étant plutôt tournés vers les sorties médiatiques de Koulibaly qui ambitionne de devenir président de la République, « Jeudi, c’est Koulibaly ». Des vidéos qui font buzz sur la sphère Facebook.

Tout serait parti d’une réunion de cabinet le 7 octobre 2017. Ce jour là, révèle M. Karamoko, alors que l’ordre du jour de la réunion venait d’être adopté, Mamadou Koulibaly, contrairement aux habitudes, a demandé à la déléguée générale Monique Gbékia de le laisser présider en personne cette réunion. Ce qu’elle accepte sans difficulté. Koulibaly demande qu’on lui fasse le point des délégués à jour pour participer au congrès annoncé. C’est alors que Nathalie Yamb dévoile, suite aux questions de son patron que seulement 37 délégués sont à jour, que sur les 500 millions CFA projetés pour l’organisation, seuls 4 maigres millions ont été récoltés et deux candidatures enregistrées à la présidence du parti, celles de la déléguée générale Monique Gbékia et de Karamoko Lacina. Le président qui avait anticipé ce bilan jugé honteux sort une enveloppe et distribue des papiers qu’elle contenait. Ce sont en fait des décisions mettant fin aux fonctions des membres de la direction du parti, notamment les délégués et les coordonnateurs nationaux et territoriaux. Les 4 millions de FCFA sont retournés séance tenante aux cotisants. Silence et froid dans la salle. Le président Koulibaly leur signifie simplement qu’un congrès sérieux qu’il envisageait de tenir à l’Ivoire devant les caméras du monde et des milliers de militants, ne peut se tenir avec 37 personnes. Par conséquent, il informe ses camarades qu’il va former un nouveau cabinet qui va rechercher les 500 millions CFA nécessaires.

Les décisions qu’il prend par la suite, violent les textes du parti, de l’avis du conférencier. Par son pouvoir discrétionnaire, il nomme Nathalie Yamb présidente du bureau du congrès là où l’article 25.3 du règlement intérieur du parti stipule que ‘’le congrès est conduit par un bureau élu par ses soins’’. Une fois nommée, ajoute M. Karamoko, Nathalie Yamb en violation des textes, s’arroge tous les pouvoirs dont celui de la convocation sélective des congressistes, le pouvoir financier etc. Poursuivant sa démonstration, Karamoko Lacina estime que le président Koulibaly en prenant la décision qu’il a prise, viole l’article 9.2 du règlement intérieur qui veut que les membres statutaires du congrès se mettent à jour au moins 15 jours avant la tenue du congrès. Le congrès était prévu pour le 11 novembre 2017 et donc le délai courait jusqu’au 26 octobre pour que les délégués s’acquittent de leur cotisation exigée. Koulibaly a pris sa décision le 7 octobre de la même année.

Après analyse de tous ces agissements, Karamoko Lacina en est arrivé à la conclusion que c’est une simple manœuvre contre sa candidature mais en faveur de sa rivale Monique Gbékia, parce qu’il n’est pas homme malléable à souhait. Pour lui, Koulibaly qui est forclos selon les textes après deux mandats de trois ans ne veut point s’effacer et préférerait celle qui lui garantirait une gouvernance par procuration. Il soupçonne son mentor de vouloir dissoudre le parti parce que les objectifs ne sont pas atteints. Nathalie yamb serait, selon lui celle qui pousse Koulibaly dans ces erreurs à répétition et qui ont vié le parti de ses têtes pensantes. « On ne va pas se permettre de dissoudre Lider. Nathalie Yamb ne peut pas faire la politique de la terre brûlée. A plusieurs reprises elle a tenté de le faire mais elle a toujours été mise en minorité », déclare M. Karamoko qui porte cette autre estocade : « Nathalie est le problème de Lider, elle est le cauchemar et le cancer de Lider ». de tout ce qui précède, l’ancien délégué à l’implantation de Lider marque son ‘’refus d’accompagner une direction illégale et une élection biaisée – demande aux coordonnateurs de ‘’prendre leur responsabilité pour sauver le parti’’.

Il est soutenu en cela par le seul député de Lider qui a annoncé sa démission, Alain Ekissi d’Azaguié. Celui-ci a été très amer avec le président de Lider qui de son avis, ne peut diriger la Côte d’Ivoire tant il manque de sérieux dans sa façon de faire la politique. « Koulibaly ne peut rien nous donner et ne peut rien nous apporter. Il n’a jamais aidé personne. On veut reprendre Lider pour démontrer qu’il y a des gens capables (de faire avancer les choses) », a-t-il brocardé.

Contactée pour donner sa version des faits, Mme Yamb a répondu qu’elle était à la Pisam et qu’elle nous rappellerait dans la mesure du possible. Ce qui ne fut pas fait au moment où nous rédigions ce papier.
SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Commentaires

9 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. marianne 13 février 2018 at 23:10 -

    Oui mais il y a quelque chose qui est gênant…

  2. Popcornnnnnnn 14 février 2018 at 01:13 -

    Et pourtant, un fait est évident, seul KOULIBALY est apte à collecter les 500 Millions nécessaires pour faire tourner le parti politique quand le KARAMOKO veut juste la présidence.

    Il utilise le prétexte du respect des lois pour se donner de la valeur, sans certifier qu’il serait apte à faire tourner le parti.

    KOULIBALY est obligé de reprendre du service et de remettre ses pions en jeu pour sauver le parti (et non écarter KARAMOKO qui n’apporte aucune solution) qui manifestement ne sait pas vivre sans lui.

    C’est un cas d’école classique que l’on rencontre dans les partis politiques portés par le charisme d’un homme seul !!

    Que vaut KARAMOKO ??

    Peanuts !!

    Pop !!

  3. quoi 14 février 2018 at 07:52 -

    Et si on commençait d’abord par l’alternance aux seins des partis politiques?!
    Et si on respectait les textes régissant le fonctionnement des partis politiques ?!

    Et si on se refusait qu’on est des gourous leaders des partis politiques?!
    Et si et si……?!
    Entre la pratique et la théorie il y a tout un hiatus.
    Bon vent à lider pour le bonheur des rêveurs( tout commence par le rêve).
    Entre temps un demi milliard pour l’organisation d’un congrès ordinaire ce n’est pas rêver pour un nano parti?

    À chacun sa lorgnette !!!

  4. fran6 14 février 2018 at 09:58 -

    Des hommes politiques de merde dans un parti de merde !

  5. Popcornnnnnnn 14 février 2018 at 11:29 -

    @quoi …

    il ne s’agit pas ici de produire des “et si” rébarbatifs et inopportuns !!

    L’alternance au sein du LIDER est réglée car KOULIBALY ne se représente plus et ce sont bien Monique Gbékia et de Karamoko Lacina qui étaient candidats déclarés.

    Le fait est que la chose politique semble être ici ce qui interesse KARAMOKO, qui oublie qu’il existe aussi une donnée administrative qui passe par les cotisations, essentielles pour qu’un parti politique survive.

    Et ici, KOULIBALY sait qu’il peut regrouper cette somme d’argent et met ses lieutenants au travail, en blessant les lois de son propre parti. Doit-on se plaindre du non respect des règles et oublier qu’il y a le feu en la demeure ?

    Alors oui, KOULIBALY ne respecte pas les lois, on pourrait le dire selon KARAMOKO, mais il demeure la seule personne dans ce parti, de part son relationnel et sa crédibilité, sinon son charisme, à pouvoir recueillir le demi milliards en moins de 20 jours (!!!), là où les délégués continuent à se faire prier pour déposer leur enveloppes.

    De vous à moi, je ne vois pas un seul délégué en vouloir à KOULIBALY d’avoir blessé les lois, s’il arrive à mettre sur la table le demi milliard nécessaire pour faire marcher le parti ET LE MAINTENIR EN VIE !!

    Alors oui, parfois, les gourous sont les seuls à pouvoir faire tourner un parti, tant que les lois de financement de parti politique ne sont pas en place !! Pendant de longues années, c’était bien OUATTARA qui finançait le RDR de sa poche. Cela lui a valu le titre éternel de président de parti, mème quand la constitution ivoirienne interdisait d’être à la foi président de la république et président de parti (Ah Oui, que vous avez la mémoire courte !! Et si OUATTARA, votre GOUROU personnel, acceptait l’alternance au sein du RDR ???? hummm ???)

    Et pour votre gouverne, tout parti politique commence petit et a le droit de rêver avant d’atteindre un jour le pouvoir !!

    Même le RDR a été embryonnaire avant de passer par les armes pour arriver au pouvoir, vu qu’il n’avait pas la capacité démocratique de prendre le pouvoir par les urnes !!

    Le rêve devint réalité, grâce aux armes et en passant sur les cadavres de nombreux ivoiriens !!

    Désormais, les ivoiriens vivent un cauchemar permanent et n’attendent qu’une seule chose : que OUATTARA parte !!

    Pop !!

  6. LAKOTA2 14 février 2018 at 15:21 -

    Krrrr krrrr…

    «poop … Désormais, les ivoiriens vivent un cauchemar permanent et n’attendent qu’une seule chose : que OUATTARA parte !! …poop »

    C’est devenu une chanson de mi-cancre…que Ouattara parte. Ce ne sont plus des éclats de pneus qui le feraient partir. On est résolu maintenant au fait que Ouattara partira par « suicide » en remettant le pouvoir à un nouvel élu…comme lui-même l’a dit à maintes reprises. En le répétant à chaque commentaire, mi-cancre @poop-kala donne l’impression de vouloir défoncer un porte déjà ouverte. Vous aviez vociféré ici que Ouattara ne sera jamais président en Côte-d’Ivoire…il l’est. Vous dites maintenant « que Ouattara parte !! ». N’avez-vous pas l’impression d’être le chien @rantanplan-poop qui aboie tout le temps pendant que la caravane du Bravetchè passe sereinement son chemin ???

    té ande

  7. Popcornnnnnnn 14 février 2018 at 16:13 -

    Si je suis un chien, vous êtes un hyène !!

    On ne reparlera quand vous tomberez !! ( A moins que vous ne vous croyiez éternel, ce qui serait de la pure imbécilité !!)

    A chacun son opinion !!

    Pop !!

  8. LAKOTA2 14 février 2018 at 16:37 -

    Si vous ne vous prenez pas pour un chien qui aboie sans que cela n’ébranle la caravane de Ouattara, alors pourquoi passez-vous votre temps à répéter la même sottise ??? Revoyez-vous cher mi-cancre…

    té ande

  9. Popcornnnnnnn 14 février 2018 at 19:22 -

    C’est vous qui voulez faire absolument de moi un animal !!

    Mes propos sont consignés plus haut et je ne crois pas que les chiens parlent, du moins dans nos régions du sud Ivoirien ! !

    Sinon, ce qui est sot pour certains est une lumière pour d’autre et on n’en a jamais assez !!

    Je suis donc droit dans mes bottes et je distillerai mes propos indéfiniment pour contraster avec votre imbécilité !!

    A votre service !!

    Pop !!