Cote-d’Ivoire: La Championne du monde du 60 mètres, Murielle Ahouré a tout cassé

Mis en ligne par La Rédaction | lundi 5 Mar 2018

REUTERS/Hannah McKay

Championne du monde du 60 mètres aux Mondiaux de Birmingham, Murielle Ahouré a porté au zénith le sprint ivoirien avec Marie-Josée Ta Lou, sa dauphine, dans une course historique.

Le Point Afrique

Le sprint féminin ivoirien a fait boire la tasse aux cadors du sprint mondial. C’est en effet devant la Jamaïcaine Elaine Thompson (4e), double championne olympique (100-200 mètres) et la Néerlandaise Dafne Schippers (5e), double médaillée d’or mondiale du 200 mètres que Murielle Ahouré a conquis de haute lutte le titre de championne du monde du 60 mètres en 6 s 97. Ce vendredi, à Birmingham, elle a devancé sa compatriote Marie-Josée Ta Lou.

La fin des places d’honneur

Pour la championne ivoirienne de 30 ans, c’est un moment spécial car marquant la fin d’une succession de places d’honneur. Vice-championne du monde du 100 mètres et du 200 mètres en 2013 à Moscou, également vice-championne aux Mondiaux indoor de Sopot en 2014, elle avait échoué au pied du podium sur la ligne droite aux Championnats du monde de Londres l’année dernière. « Je suis tellement heureuse, je m’étais tellement entraînée pour vivre ce moment », a-t-elle déclaré à la fin de la course, cité par l’AFP, avant de poursuivre : « C’est fou d’avoir l’or et l’argent et de voir la Côte d’Ivoire au sommet. »

Pour Marie-Josée Ta Lou, la 2e place a le même goût qu’une victoire au regard du fait qu’elle n’apprécie que très modérément la salle et préfère largement les compétitions en plein air. « Quand j’ai terminé la course, ça a été un sentiment incroyable », a-t-elle affirmé. Un sentiment pas loin de celui éprouvé aux derniers Mondiaux de Londres où elle avait décroché le titre de vice-championne sur le 200 mètres.

Ce 2 mars 2018, le sprint ivoirien est sur le toit du monde : Murielle Ahouré et Marie-Josée Ta Lou ont trusté les deux premières places du 60 m. © SVEN HOPPE / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Une honorable deuxième place pour l’Afrique au saut en longueur

Le public de Birmingham a aussi eu droit à un beau concours de la longueur, qui a vu le champion du monde sud-africain Luvo Manyonga (8,44 m), auteur de quatre tentatives mordues sur six, se faire doubler par le Cubain Juan Miguel Echevarria (8,46 m). « Ce fut une compétition très dure avec un écart infime, mais j’étais préparé mentalement pour cet événement. Je suis à un pic de ma carrière et je me sens physiquement très fort », a expliqué Echevarria. Malgré sa défaite, Manyonga n’a de son côté voulu retenir que la belle saveur de la médaille glanée au terme de son premier Championnat du monde indoor. « Ce podium a une grande signification pour moi », a-t-il lâché, pas rancunier.

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Petit Baleze 5 mars 2018 at 23:25 -

    Bravo les filles…Il ne reste plus qu’à maintenir l’effort sur les 40 mètres suivants pour rééditer l’exploit lors des JO ou des championnats du monde en plein air.

Laisser un commentaire