Le Ghana n’offrira aucune «base militaire aux USA», assure Nana Akufo-Addo devant la pression de l’opinion

Mis en ligne par La Rédaction | vendredi 6 Avr 2018

Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré jeudi, lors d’une allocution à la télévision, que son pays ne signerait pas d’accord avec Washington en vue de l’installation d’une base militaire américaine.

Nana Akufo-Addo, au pouvoir depuis un an, a confirmé que les deux pays avaient reconduit un accord de coopération militaire, mais que le Ghana « n’offrait pas de base militaire aux États-Unis ». « Ils n’ont jamais fait une telle demande, et n’en feront pas », a-t-il affirmé, ajoutant qu’il ne serait pas le président qui « ferait des concessions sur la souveraineté du pays ». « Je respecte la mémoire des patriotes, dont les sacrifices nous ont apporté notre indépendance et notre liberté », a-t-il ajouté.

Jeune Afrique avec AFP l’article complet sous ce lien

Commentaires Facebook

Commentaires

4 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Petit Baleze 6 avril 2018 at 16:18 -

    Le bon vieux complexe de colonisés que trimbalent fièrement encore certains africains !!!

    Les USA possède une base militaire (Ramstein Air Base) en Allemagne depuis 1952. Pas plus tard qu’hier (05-Avril-2018) le Royaume-Uni a ouvert une base navale permanente à Bahreïn. Et je ne pense pas que le Ghana soit plus souverain que l’Allemagne ou le Bahreïn.

    C’est “drôle” tous ces pays africains qui ne sont même pas fichus d’être auto-suffisant ne serait-ce que sur le plan alimentaire et qui se flattent l’ego en se convainquant qu’ils sont souverains.
    Ça me rappelle aussi l’épisode des mouchards planqués par les chinois dans le siège qu’ils ont offert à l’Union Africaine. Ils devaient bien se marrer les chinois quand ces plaisantins parlaient de souveraineté.

  2. quoi 6 avril 2018 at 17:07 -

    Son Excellence Président Addo ne vous arrêtez pas là au nom d’une souveraineté.
    Et l’accord de prêt de 911 millions de dollars avec le FMI inscrit dans l’exercice budgétaire de 2018 pour le mois d’avril car vous avez crié sur les antennes des pseudo-panafricains vouloir rompre avec cette institution financière internationale.
    À moins que vos propos se limitent à de simples vœux.
    À chacun sa lorgnette !!!

  3. Petit Baleze 6 avril 2018 at 17:31 -

    Effectivement ce monsieur est un populiste à deux balles…Il y a ce qu’il raconte pour haranguer ses électeurs et caresser les tympans d’une certaine opinion pseudo-panafricano-souverainiste, et il y a ce qu’il fait en catimini se croyant sous les radars alors qu’on voit son dos de nageur.

  4. Popcornnnnnnn 6 avril 2018 at 18:01 -

    Encore des conneries du @petit Balèze concernant la notion de souveraineté !!

    Non mon ami, populiste ou pas, la souveraineté d’un état est avant tout la volonté affirmée de cet état à disposer de lui-même, selon les perceptions de son peuple et des régents que ce peuple se choisit !!

    ADDO est de fait le président du Ghana et il aurait été élu sur une base démocratique. S’il est populiste, considérons que les ghanéens dans leur majorité on choisit librement un populiste à la tête de ce pays, tout comme ailleurs on a vu des acteurs de cinéma ou des joueurs de football devenir président !! L’opinion donc du @patit Balèze est donc ici insignifiante, car elle ne peut se comparer à celle de tout un pays qui s’est choisi un régent librement !!

    La réalité est que la souveraineté d’un pays finit là où celle d’un autre pays commence.

    En d’autres termes, on a beau vouloir faire ce que l’on veut, si un état plus puissant vous force à faire ce que vous ne voulez pas et que vous êtes obligés de céder, c’est à ce moment que l’on cesse de parler de souveraineté.

    Concernant le Ghana, on retiendra qu’il a choisi de ne pas laisser de bases militaires américaines s’installer sur son territoire.

    Mais il est fort possible que dans quelques années, cela se fasse à contre-cœur et sous la pression !!

    Alors pendant que l’on se moquera du populisme de l’un, on oubliera cette propension ultra colonialistes et impérialistes des puissances mondiales à vouloir s’installer là où elles veulent et dominer tout (et oui, l’Afrique qui représente aujourd’hui 1% du commerce mondial est un enjeu économique essentiel pour ces puissances dans les 50 prochaines années)!!

    On fustigera donc le régent qui cherche à plaire à son peuple selon @petit Balèze pour applaudir le vampirisme et la prédation américaine à travers le monde !!

    Chacun choisit donc son camp et les ghanéens sont formels : pas de bases américaines sur ses terres.

    Si dans quelques mois, années, on constate qu’il y a un coup d’état ou une rébellion, sinon des actes de terrorisme soudains et malveillants dans ce pays, ne soyez donc pas surpris, car bizarrement, c’est ce qui arrive quand on refuse de collaborer.

    L’occident n’y est jamais étranger, quand une base militaire s’accommode facilement de la paix ou de la guerre qui sévissent dans un pays !!

    Pop !!

Laisser un commentaire