Le Réseau des villes secondaires de l’UEMOA en Atelier à Bouaké en Côte-d’Ivoire

Mis en ligne par La Rédaction | lundi 16 Avr 2018

Nicolas DJIBO, Président du Bureau Exécutif du Réseau

Atelier de renforcement des capacités des maires et de la Commission Technique du réseau

Le Réseau des villes secondaires des Etats de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) organise du 16 au 19 avril 2018, à la salle de conférence de la Mairie de Bouaké en Côte d’Ivoire, un Atelier de renforcement des capacités des maires et de la Commission Technique du Réseau.

Cet atelier réunira pendant cinq jours, les maires et les experts des pays suivants : Côte d’Ivoire, Niger, Mali, Burkina-Faso, Bénin, Togo, Sénégal.
Le montage des projets transnationaux pertinents au service du développement des villes secondaires, la gestion efficiente et moderne de leurs municipalités, est d’une grande importance, c’est en cela que les membres du Réseau ont besoin de renforcement de capacités, voire de formation.
L’UEMOA, qui suit et appuie cette initiative, sera représentée à cet atelier par son Commissaire chargé du Département de l’Aménagement du Territoire Communautaire et des Transports (DATC).

Ainsi, les membres de ce Réseau seront-ils formés sur trois thèmes à savoir : « Méthodologie et stratégies de montage de projets transnationaux de développement » ; « La Démarche Qualité appliquée à la gestion des collectivités territoriales » et « Outil de la gestion axée sur les résultats : Le cas du manuel de procédures ».

Pour mener à bien les activités du Réseau des villes secondaires des Etats de l’UEMOA, le maire Nicolas DJIBO, président du Bureau exécutif dudit réseau, a sollicité l’appui scientifique de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. C’est grâce à cet appui scientifique que les éditions du forum des villes secondaires, alors appendice de la Foire Forum Carnaval de Bouaké, ont conduit à la création effective du Réseau des villes secondaires de l’UEMOA. Rappelons que les villes secondaires, en tant qu’instigatrices du développement économique de la petite région (Desmarais 1984), servent de lien entre le monde rural et la capitale. Ainsi, avec l’évolution actuelle, leurs rôles deviennent de plus en plus déterminants dans le développement des Etats de l’espace de l’UEMOA. Elles desservent en biens et services les populations des territoires environnants. Dans leur région, les villes secondaires ont des responsabilités de chef-lieu à des degrés différents : remplir des fonctions dans les secteurs agricoles, administratifs, commerciaux, de services, industriels et éducatifs. Malheureusement, dans les faits, elles sont délaissées au profit des capitales, grandes métropoles urbaines et principales bénéficiaires des programmes de développement.

C’est pour corriger ce déséquilibre, véritable frein au développement global des Etats, qu’à l’initiative du Maire de la commune de BOUAKE, douze (12) maires de villes secondaires de l’UEMOA se sont réunis le 02 mars 2017, pour parler d’une seule et même voix. Car, désormais « Conscients du fait que les villes secondaires constituent, aux côtés des grandes métropoles une alternative aux problèmes de développement des pays de la zone UEMOA ; unanimes sur l’importance de la participation des villes secondaires dans le processus de développement communautaire ; Conscients des enjeux et des problèmes similaires de développement urbain rencontrés par les villes secondaires, dans les pays membres de l’union », ils ont mis en place le « Réseau des villes secondaires de l’UEMOA ». Son but principal est de « mener une politique de développement urbain communautaire au service d’une intégration des peuples de l’espace UEMOA ».

Commentaires Facebook

Commentaires