Côte d’Ivoire: Le Parti communiste français «exige» la libération de l’opposant Samba David

Mis en ligne par La Rédaction | lundi 16 Avr 2018

Le régime d’Abidjan s’acharne contre Samba David. Exigeons sa libération.

Samba David est le président de la Coalition des Indignés, organisation partie intégrante du mouvement social en Côte d’Ivoire. Il a été emprisonné par le régime en 2015 au seul motif qu’il est un opposant. Condamné à 6 mois de prison à l’issue d’une farce judiciaire, il est depuis 2016 pris en otage par le régime, enfermé sans raison. Il est un de ces centaines de prisonniers politiques ivoiriens embastillés arbitrairement. La situation particulièrement injuste qu’il subit a été mentionnée dans le dernier rapport d’Amnesty International. Il vient d’être transféré de nuit et manu militari de la MACA, prison d’Abidjan, à celle de Korhogo aux conditions de détentions épouvantables, et où il sera à des centaines de kilomètres de sa famille, de son avocat et de ses proches.

Le Parti communiste français dénonce ces agissements et appelle à la libération immédiate de Samba David et des autres prisonniers politiques. Rappelons que le régime d’Alassane Ouattara a été installé par les chars français en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Depuis, toute décision prise à Abidjan se fait avec l’aval de Paris. Le gouvernement français pourrait demander le respect des droits humains et obtenir la libération de Samba David. Il ne le fait pas. Cela devient urgent.

Parti communiste français
13 avril 2018

Commentaires Facebook

Commentaires

3 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. tomas 16 avril 2018 at 16:15 -

    pourquoi cette violence verbale pour demander la liberation d’un détenu? comment peut on utiliser le mot “exige “, immediate face au regime qui l’a mis en prison? est cela la meilleure façon de négocier? pourquoi le PCF ne prend t il pris pas attache avec le pouvoir afin de discuter d’une éventuelle liberation du prisonnier? cette façon d’exiger ne peut pas faire libérer le détenu.il faut négocier que de faire des exigences? et puis après si il n’y a pas de réponses que ferrez vous?

  2. Coigny 16 avril 2018 at 17:51 -

    Dis-moi, @Tomas, quand tu fais tes emplettes au supermarché et que pour 3000 d’achats, tu donnes 10 000. Tu supplies la caissière ? Tu parlementes pendant combien de temps avec elle ou son supérieur afin qu’il veuillent bien avoir l’amabilité de te rendre ta monnaie ? Tu acceptes de revenir la semaine suivante chercher tes 7000 de monnaie ? Un peu de sérieux, voyons. Le gars a pris 6 mois de prison, et sans qu’on sache trop pourquoi, il n’est toujours pas relâché. Et il faudrait supplier ?

    Je m’interroge sur votre définition de l’Etat de droit, mais manifestement, elle doit dater de plusieurs siècles, quand l’empereur Makan Kéita était à la tête de l’empire Mandingue. Une époque dont les faits et valeurs sont aux antipodes du droit dans une République. On est bien en République, je crois ? Sache cher ami@Tomas, que chaque action posée et actée crée un précédent qui fondera demain sa répétition. Tu aimerais que le futur pouvoir, non content de te coller une accusation farfelue, te fasse faire 2 ans de prison après t’avoir condamné à une peine de 6 mois ? Nous sommes tous bénéficiaires de l’avènement d’un état de droit, pas que de façon contextuelle. Les “grands types” de l’époque PDCI, heureux de pouvoir menacer tout contradicteur d’un séjour au gnouf aux cris de “tu sais qui je suis ?” savent très bien aujourd’hui que la roue tourne.

  3. Petit Baleze 16 avril 2018 at 20:48 -

    Le parti communiste français est beaucoup plus actif en Cote d’Ivoire qu’en France…..Curieux non?

    Ceux qui usurpent l’identité du PCF devraient quand même savoir que ce parti n’est même pas écouté en France alors comment pourrait-il être audible chez nous ici.

Laisser un commentaire