Côte-d’Ivoire: Les éclaircissements de Blé Goudé sur sa volonté de recevoir les Anciens de la FESCI

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 17 Mai 2018

«Écouter, c’est apprendre deux fois»

La dernière déclaration du ministre Charles Blé Goudé concernant sa vision et sa volonté de recevoir la Délégation des anciens de la FESCI.

JE NE SUIS PAS UN POLITICIEN SECTAIRE QUI ELEVE LES MURS DE SON PROPRE ENFERMEMENT: POUR MOI, ECOUTER, C’EST APPRENDRE DEUX FOIS.

Chacun a son histoire. Chacun pense à tort ou à raison que son histoire est celle qu’il faut entendre. Tout le monde parle, met en avant son opinion et son vécu, mais le plus souvent sans jamais prendre le temps d’écouter celle de l’autre.

Or, pour savoir comment quelqu’un ronfle, la sagesse recommande de dormir avec lui dans la même chambre.

C’est pour quoi, je prends toujours le temps d’écouter l’autre, quel que soit ce qui m’oppose à lui. Ainsi, à la fin il me revient la responsabilité de décider en conséquence et en toute liberté.

Pour dire que je n’ai aucun complexe à rencontrer quelqu’un avec qui j’ai des contradictions principales ou secondaires sur un sujet ou une situation donnée.

Je n’ai pas pour habitude de fuir mes adversaires, même pas mes ennemis.

Je suis un partisan des débats contradictoires et de la critique constructive. J’ai toujours eu le courage de mes opinions.

Ici à La Haye où je suis en prison, je ne rencontre pas que des amis ou des partisans.

Je rencontre aussi des personnes anonymes, de farouches adversaires, et même des personnes qui n’ont pas toujours été tendres avec moi.

Avec mes visiteurs, nous parlons de tout, de ce que nous partageons comme idéal, de ce qui nous unit, mais dans le courage nous abordons aussi ce qui nous oppose sans que personne ne renonce à ses principes de vie. On ne sera pas toujours d’accord sur tous les sujets et c’est ce qui fait la beauté de la vie.

Je ne suis pas un politicien sectaire qui élève les murs de son propre enfermement.

Sur mon chemin, je m’emploie à rassembler au-delà des divergences pour élargir mes soutiens et non les réduire uniquement à mes partisans.

Dans le but de les convaincre, je parle avec les personnes qui ne m’avaient pas compris hier.

Convaincre et non vaincre, ni même contraindre : telle est ma devise.

Face aux problèmes qui engagent la vie de la Nation et de milliers de personnes, j’ai toujours su appréhender mon devoir à prendre de la hauteur.

Je ne ferai jamais partie d’un programme de repli sur soi.

Je me veux être le porte-étendard d’une politique qui rassemble au-delà des clans et qui brise les clivages. Pour être différent de notre adversaire Alassane Ouattara qui ne parle qu’à son clan, moi, je veux parler à la Côte d’Ivoire plurielle.

Je continuerai donc d’expliquer à ceux qui ne m’avaient pas compris hier et à ceux qui ne comprennent toujours pas, combien il est nécessaire de nous ouvrir aux autres.

C’est ainsi que moi je fonctionne.

Ceux qui auront compris le sens et le bien fondé de mon ouverture politique, viendront grossir nos rangs pour qu’ensemble nous bâtissions le futur de la Côte d’Ivoire autrement, c’est à dire dans sa belle diversité.

Par contre, ceux qui ont pour philosophie de parler uniquement à leurs partisans, continueront de diriger leurs clans, ils pourront ainsi se satisfaire de leurs applaudissements à satiété.

Seulement à leurs dépens, ils finiront un jour par apprendre qu’on ne gagne pas des élections qu’avec ses partisans.

Pour vous dire que je confirme qu’à l’occasion de la visite que m’a rendue le 10 mai 2018 en compagnie de son épouse, le camarade Alexis Gbansé, anciennement secrétaire à l’organisation de la FESCI section de la faculté de droit m’a informé de l’intention d’anciens camarades dudit syndicat de me visiter à La Haye. Fidèle à ma philosophie d’ouverture et d’écoute, je lui ai signifié ma disponibilité à recevoir la délégation de mes anciens camarades de lutte estudiantine. Au jour d’aujourd’hui, la demande de visite ne m’a pas encore été notifiée par l’administration pénitentiaire.

S’ils viennent apporter leurs soutiens fraternels à un des leurs embastillé, je saluerai ce geste de solidarité à sa juste valeur.

Si leur visite a pour objectif de m’exposer le projet dont ils sont porteurs, projet dont je ne sais pour l’instant rien, sans préjugé, je les écouterai sans m’enfermer dans une nasse d’égo et de rigidité.

A la fin, je leur communiquerai en toute responsabilité ce que j’en pense.

Je ne juge jamais sans avoir écouté l’autre, car pour moi écouter c’est apprendre deux fois.

C’est la ligne politique que je me suis librement imposée, c’est ainsi que moi je fonctionne.

Pour autant, je ne m’octroie aucun droit à condamner ceux qui ne fonctionnent pas comme moi.

Excellente journée
Blé Goudé Charles

Commentaires Facebook

Commentaires

5 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Kryptos 17 mai 2018 at 11:38 -

    Sagesse

  2. quoi 17 mai 2018 at 12:31 -

    Huuuum !!
    Tchiééé !!
    Patatata !!
    Hoooo brouuuuuuuu !!
    Hein !!
    Tchiaba !!
    Pe pe pe pe !!
    Kiaaaaa !!
    Qu’est-ce qui n’a pas marché ?!

    À chacun sa lorgnette !!!

  3. dabakala 17 mai 2018 at 13:46 -

    BLE GOUDE n’aurait jamais pu fonder son propre parti politique, le COJEP, et son personnage en dehors du FPI et de GBAGBO LAURENT, s’il n’avait pas développé ces facultés d’écoute !!

    On n’est pas leader par hasard !!

    Bizarrement il ressemble beaucoup à GBAGBO LAURENT qui au même âge passait son temps à consulter à travers les populations ivoiriennes de toute origine et région.

    C’est d’ailleurs cette proximité et cette disposition à écouter qui ont fait la force de GBAGBO. C’est ce qui fait aujourd’hui la force de BLE GOUDE, bien qu’il soit en prison !!

    Il est évident qu’il saur reprendre sa place s’il est libéré, dans le cœur des ivoiriens.

    C’est aussi pourquoi on fait tout pour qu’il ne sorte pas !!

    Il n’est donc pas étonnant d’entre des pepepepe, patatata, kiaaa de la part de personnes qui ne le connaissent pas et qui émargent dans des partis de mouton poussiéreux où aucune tête ne doit dépasser des rangs !!

    Dabakala !!

  4. quoi 17 mai 2018 at 16:11 -

    Ha oui il est évident que les têtes ne dépassaient pas les rangs quand il était le gourou de la FESCI avec tous ses mutilés et mort au sein de cette organisation.
    Et bien il était évident que les têtes ne dépassaient pas les rangs quand on avait la chance de se faire excommunier de la galaxie patriotique au pire des cas se faire copieusement roxer au parvis de la présidence.

    Laissez moi donc exprimer mon étonnement quand aux volte-face de ce leader aux mains innocentes nues et blanches comme ce linceul pour couvrir les morts.
    Merci et bravo Mr Serges GOMIS sur Facebook
    À chacun sa lorgnette !!!

  5. dabakala 18 mai 2018 at 03:16 -

    Comptons donc les imbécilités du petit coco :

    Primo : « Ha oui il est évident que les têtes ne dépassaient pas les rangs quand il était le gourou de la FESCI avec tous ses mutilés et mort au sein de cette organisation. »

    Non mon cher ami, s’il y avait des tensions dans la FESCI, avec des affrontements entre factions, c’est bien parce qu’il y avait plusieurs tendances et une guerre de contrôle de cette entité. On a vu aussi bien des pro PDCI, pro RDR, des pro UDPCI et des pro FPI s’affronter pour le contrôle de cette entité. Cela veut tout simplement dire qu’il n’y avait pas un ordre global à la béni oui oui du genre RDR mouton dans la FESCI. Et jusqu’à maintenant, cette organisation reste cosmopolite et très difficile à cerner !! Ce n’est pas une association de moutons aux ordres. Ce n’est pas non plus sa vocation. C’est un lieu d’expression régit par les lois de la démocratie, mais aussi malheureusement celles de la violence, que nous déplorons tous, mais qui tire ses sources de certaines habitudes enseignées par le seul parti politique qui dispose de sa propre armée de poussiéreux dans ce pays, le RDR !!

    Secundo : « Et bien il était évident que les têtes ne dépassaient pas les rangs quand on avait la chance de se faire excommunier de la galaxie patriotique au pire des cas se faire copieusement roxer au parvis de la présidence. »

    Comme vous le dites vous même, il s’agit bien d’une galaxie, et donc d’un ensemble d’Etoile et de soleil venant de divers horizons. Les tensions existaient et les divergences étaient quotidiennes et récurrentes. De plus, il y avait une véritable guerre de leadership entre les divers membres de cette galaxie patriotique, dirigés par des jeunes dont le profil politique n’est plus à présenter. Toujours est-il que c’est le dialogue et le vote, sinon la démocratie qui ont permis de régler tous les litiges dans les rangs et de souder le groupe. Ce qui est bien loin des méthodes adoptées parmi les gnous RDR qui se mettent dans les rangs et se taisent face au gourou omnipotent OUATTARA. Et vu qu’il s’agit de conviction politique, toutes les personnes qui par définition ne marchaient pas dans le sens de la galaxie patriotique, sinon plus précisément dans le sens de l’une des mouvances politique et ses opinions (il y en avaient plusieurs, parfois contradictoires), allaient forcément dans le sens du camp adverse. Je ne crois pas qu’un militant RDR qui diraient à haute voix « vive GBAGBO LAURENT » sur le parvis de la présidence en ce jour réussirait à rester dans les alentours du seigneur tout puissant OUATTARA !! Non, il faut être pro SORO, pro HAMBAK, pro OUATTARA ou pro GON pour espérer rester sur ce parvis. Etre pro GBAGBO est proscrit !!

    Ou bien ???

    Inepties donc !!

    Alors oui, je vous laisse exprimer votre imbécillité au grand jour sur ce site, tout comme le fait le @gomis plus haut sur fessebouque, car on le devine, vous ne connaissez pas du tout DLE GOUDE et ses méthodes.

    De toute évidence, vous vous gargarisez de vos préjugés et votre ignorance sur les qualités du phénomène GOUDE, qui réussit a faire ce qu’aucun jeune du RDR n’arrive a faire dans le RDR : assurer la relève !! !!

    Alors oui, au lieu de vous moquer de BLE GOUDE, dites moi plutôt qui dans la prochaine génération, parmi les poussiéreux du RDR peut se proclamer comme étant le dauphin de OUATTARA, tout en louant les vertus de la parole et du rapprochement comme le fait BLE GOUDE !!

    Oubliez SORO, ses mains sont entachées de sang et il est plus une menace pour OUATTARA qu’un héritier !!

    Dabakala !!

Laisser un commentaire