Référendum au Burundi: Pierre Nkurunziza pour «une présidence à vie» comme Kagamé ?

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 17 Mai 2018

Le président burundais, dans un bureau de vote de la province de Ngozi, lors du référendum constitutionnel, le 17 mai 2018. © DR / Présidence Burundi

Le président rwandais grâce à une révision de le Constitution en 2016, pourrait se maintenir au pouvoir jusqu’en…2034. Son voisin Burundais suit apparemment son exemple.

Plusieurs chefs d’états africains ou ailleurs dans le monde, ont eu ou ont pour habitude de modifier leur constitution pour demeurer au pouvoir au-delà des deux mandats traditionnels indiqués dans leur loi fondamentale.

On peut pêle-mêle citer Kagamé, Kabila junior, Paul Biya, Sassou N’guesso, Faure Eyadema, Musseveni, Compaoré etc.

En Côte-d’Ivoire, la toute dernière constitution permet en théorie au président Ouattara de rempiler pour un 3e mandat en 2020. Les débats sont vifs dans le pays sur le sujet.

Sylvie Kouamé

Jour de vote au Burundi: Un référendum pour renforcer le pouvoir de Pierre Nkurunziza

Par Romain Gras Jeune-Afrique

Près de 5 millions d’électeurs sont appelés à se prononcer sur le projet d’amendement de la Constitution qui pourrait permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir à la tête du Burundi jusqu’en 2034.

Jour-J au Burundi. Après deux semaines d’une campagne tendue, entachée de plusieurs épisodes de violence, les électeurs burundais ont commencé, dès 6 heures du matin, à affluer vers les quelques 11 000 bureaux de vote éparpillés dans le pays. Pour l’opposition, qui a appelé au boycott, ce référendum aura surtout pour effet d’enterrer l’accord d’Arusha, signé en 2000 et qui avait ouvert la voie à la fin de la guerre civile débutée en 1993.

4,8 millions de votants doivent se prononcer en faveur du « ego » ou « oya » (« oui » et « non » en kirundi) lors de ce référendum sur le projet de modification de la Constitution de 2005.

Le président Pierre Nkurunziza s’est présenté tôt jeudi matin à l’école primaire de Ngozi II, dans la province du même nom située dans le nord du pays, d’où il est originaire. « C’est un grand jour tant attendu par la majorité de Burundais. Nous remercions tous les Burundais qui se sont levés très tôt pour aller accomplir ce geste patriotique », a déclaré le président burundais, cité par la plateforme SOS Médias Burundi.

« Nous sommes très confiants que le choix du peuple et la proclamation de la commission en charge des élections seront respectés d’autant plus que tout se passe dans la transparence depuis la campagne jusqu’à ce jour », a-t-il ajouté, selon ce collectif de journalistes constitué en 2015 après une vague de fermetures de médias burundais afin de « poursuivre sa mission d’information, pour que le monde sache ».

Commentaires Facebook

Commentaires

Laisser un commentaire