Côte d’Ivoire: 81% des habitants attachés à la limitation à deux mandats présidentiels (enquête Afrobaromètre)

Mis en ligne par La Rédaction | dimanche 10 Juin 2018

©SIA KAMBOU/AFP

Publié le 7 Jun 2018

Huit Ivoiriens sur 10 sont favorables au principe de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, selon la dernière enquête d’Afrobarométre en Côte d’Ivoire.

Même parmi les répondants qui se sentent « proche » du parti en pouvoir, le Rassemblement des Républicains, 78% se sont prononcés d’accord avec une telle limitation pendant l’enquête menée en décembre 2016/janvier 2017.

Malgré un large soutien public pour un maximum de deux mandats, le Président Alassane Ouattara a déclaré que la nouvelle Constitution du pays votée en 2016 l’autorise à faire deux mandats à partir de 2020, selon une interview publiée cette semaine dans le magazine Jeune Afrique.

Résultats clés
▪ Huit Ivoiriens sur 10 (81%) se disent d’accord – y compris 43% qui sont « tout à fait
d’accord » – avec l’affirmation que « La Constitution devrait limiter l’exercice de la
fonction du président de la République à un maximum de deux mandats » (Figure 1
ci-dessous).
▪ Le soutien à une limitation à deux mandats présidentiels est fort, indépendamment
du milieu de vie urbain ou rural et de l’adhérence à un parti politique, y compris un
soutien de 78% parmi les adhérents du parti au pouvoir (Figure 2).
▪ Parmi 20 pays africains interrogés en 2016/2017, la Côte d’Ivoire se classe au-dessus
de la moyenne dans son soutien à la limitation à deux mandats présidentiels, laquelle
est aussi partagée par la majorité des citoyens dans les 19 autres pays (Figure 3)

Question posée aux répondants: Laquelle des affirmations suivantes est la plus proche de votre
opinion?
Affirmation 1: La Constitution devrait limiter l’exercice de la fonction du président de la République à
un maximum de deux mandats.
Affirmation 2: Il ne devrait pas avoir de limite constitutionnelle au nombre de mandats du président de
la République.

Afrobaromètre
Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain et non-partisan qui mène des
enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions
économiques, et les questions connexes en Afrique. Six séries d’enquêtes ont été réalisées
dans jusqu’à 37 pays africains entre 1999 et 2015, et les enquêtes de la Série 7 sont
actuellement en cours (2016/2018). Afrobaromètre mène des entretiens face-à-face dans la
langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.
L’équipe Afrobaromètre en Côte d’Ivoire, dirigée par le Centre de Recherche et de
Formation sur le Développement Intégré (CREFDI), a interviewé 1.200 adultes ivoiriens du 30
décembre 2016 au 11 janvier 2017. Un échantillon de cette taille donne des résultats au
niveau pays avec une marge d’erreur de +/- 3% à un niveau de confiance de 95%. Des
enquêtes précédentes ont été menées en Côte d’Ivoire en 2013 et 2014.

 

Commentaires Facebook

Commentaires

4 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. dabakala 10 juin 2018 at 17:24 -

    « Même parmi les répondants qui se sentent « proche » du parti en pouvoir, le Rassemblement des Républicains, 78% se sont prononcés d’accord avec une telle limitation pendant l’enquête menée en décembre 2016/janvier 2017. »

    La situation ayant évolué depuis janvier 2017, il est évident que le sondage actuel ne reflète pas la réalité au sein du RDR.

    En 2017, il était encore admis que OUATTARA aurait pu partir et laisser sa place à un autre, mais dans la situation actuelle, avec le revirement de situation, les mentalités et les opinions ont évolué.

    Si OUATTARA se présenter comme un candidat à sa propre succesion, c’est qu’il juge qu’il demeure la seule personne qui pourrait faire l’affaire dans son parti, mais aussi dans sa faction, car il s’agit avant tout de préserver les acquis. OUATTARA serait parti s’il savait que son clan (et lui-même) ne souffrirait de rien après son départ, mais tel n’est pas le cas.

    Maintenant plus que jamais, les pro OUATTARA ont peur du lendemain et ne conçoivent leur salut qu’a travers un maintien au pouvoir, sinon une main mise sur l’état. Et l’accession au pouvoir de l’ami de toujours PDCI, que ce soit en tant que parti politique ou membre de coalition, ne garantit pas que le système actuel soit conservé. Même l’avènement de quelqu’un comme SORO au pouvoir peut être catastrophique pour certains membres du RDR !!

    Dans le pire des cas, on s’attend à ce que des actions militaires se produisent pour confisquer le pouvoir si la solution politique n’aboutit pas !!

    Alors oui, si 78% des pro OUATTARA étaient d’accord avec une limitation de mandat en janvier 2017, ce n’est pas sur qu’ils le sont encore en juin 2018.

    Selon eux, il faut que OUATTARA reste !!

    Mon opinion !!

    Dabakala !!

  2. marianne 10 juin 2018 at 18:05 -

    J aime bien cette phrase de fologo: quand tu dois mourir pendu tu meurs pas noyé.

  3. belo002 11 juin 2018 at 03:04 -

    souvenez-vous chers amis qu’un sondage a donné des ailes à un certain koudou !
    si les sondages marche bien en Europe, ce n’est pas un cas absolu sous nos cieux.
    courage aux sondeurs, merci à vous !

  4. dabakala 11 juin 2018 at 04:32 -

    En effet, ce sondage à persécuté les poussiéreux (qui l’on qualifié de commandé et truqué), car aucun sondage contraire n’a su donner d’aile à OUATTARA.

    De nos jours, toujours dans la même veine, tous les sondages produits concernant le charisme des hommes politiques ivoiriens confirme GBAGBO LAURENT à sa place de l’homme politique le plus populaire de ce pays. Ce qui veut dire qu’il battrait de façon régulière tout autre homme politique lors d’une joute électorale; si organisée tout de suite.

    Les sondages ont donc la valeurs qu’ils méritent, compte tenu des conditions dans lesquels ils sont produits.

    Par contre, savoir si un sondage peut prédire la suite des évènements (et encore, TRUMP était donné perdant par la plupart de sondages américains d’avant élection), il est évident qu’en Europe (et ailleurs), on ne verra pas un homme politique prendre les armes pour se donner le pouvoir, quand les sondages le donne perdant !!

    Il est évident que tôt ou tard, les sondages effectués correspondront à la réalité.

    Mais cela suppose qu’on accepte tous les lois et les règles démocratiques.

    Si les règles démocratiques sont respectées en Europe, ce n’est pas le cas absolu sous nos cieux !!!

    Courage aux démocrates, merci à vous !!

    Dabakala !!

Laisser un commentaire