Gouvernement Gon II en Côte d’Ivoire ou comment faire du neuf avec du vieux (PAPIER D’ANGLE)

Mis en ligne par La Rédaction | mercredi 11 Juil 2018

Manuella YAPI

Sujet de spéculations depuis la dissolution de l’ancienne équipe mercredi dernier, le deuxième gouvernement du Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, dévoilé mardi à Abidjan, apparaît comme une version revisitée, avec plus de réajustements que de changements.

En effet, seuls six des 36 ministres nommés (y compris M. Gon) font véritablement leur entrée dans ce gouvernement. Et encore, ce n’est que la moitié des entrants, notamment Joseph Séka Séka (Environnement), Laurent Tchagba (Hydraulique) et Paulin Danho (Sports), qui n’a jamais occupé de poste ministériel.

Hormis l’ex-Secrétaire d’Etat Mamadou Touré nommé ministre en charge de la Promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, 80,5% du gouvernement (sans les Secrétaires d’Etat), soit 29 ministres, sont issus de l’ancienne équipe.

Plus de la moitié d’entre eux, 16 ministres précisément, ont gardé leurs sièges (Hamed Bakayoko à la Défense, Sidiki Diakité à la Sécurité, Kobenan Kouassi Adjoumani aux Ressources animales, etc.) quand les 13 autres se sont échangés les portefeuilles.

Trois nouveaux postes ont été créés, à savoir le ministère de la Ville occupé par le maire de Treichville (sud d’Abidjan) et ancien ministre des Sports François Albert Amichia, celui de l’hydraulique avec à sa tête le député d’Attécoubé (nord d’Abidjan), Laurent Tchagba, et le ministère de l’Entretien routier dirigé par Amédé Koffi Kouakou qui était auparavant en charge des Infrastructures économiques.

Comme promis début mai par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, lors de la clôture du 4e congrès de son parti, l’ex-ministre des Affaires étrangères Albert Mabri Toikeusse, démis en novembre 2016, fait son grand retour, cette fois en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique.

Sur instruction de M. Ouattara, ce gouvernement de 36 ministres et cinq Secrétaires d’Etat est essentiellement composé de personnalités issues de la coalition au pouvoir, (le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, RHDP), avec 22 portefeuilles pour le Rassemblement des républicains (RDR, parti au pouvoir) et 13 pour son principal allié le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

L’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) a deux sièges, le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) en obtient un, de même que le Mouvement des forces d’avenir (MFA). L’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, membre de la coalition) n’a quant à elle pas de représentant.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. belo001 11 juillet 2018 at 09:02 -

    ha! presi Ado!
    tu va tuer nos frères gauchers !
    tu n’a rien donné à upci mais tu donne 13 assiettes au pdci.
    c’est injuste !
    nos somnambules rêvaient de voir un gouvernement houphouétiste avec zéro pdci afin que ce dernier soit tellement irrité au point de descendre dans la rue pour réaliser leur grand souhait d’insurection.
    la montagne de division illusoire crée de toutes pièces par les journaux bleu et leur compères sites bleu à a nouveau accouchée d’une souris.
    le sujet gbagbo ne rapporte plus rien. pour ne pas mourir assoiffés, on s’accroche à la première virgule qui circule.
    division rdr pdci ?
    rêvez toujours !
    bon courage !
    bonne sieste !
    bon réveil pour octobre !
    beloo !

Laisser un commentaire