Les poursuites contre l’imam Oustaz Aguib Touré en Côte d’Ivoire «ne sont pas contre une communauté» (procureur)

Mis en ligne par La Rédaction | samedi 14 Juil 2018

Ange TIEMOKO

Le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Richard Adou a indiqué vendredi à Abidjan que ‘‘les poursuites initiées devant le juge d’instruction’’ à l’encontre de l’imam Aguibou Touré, pour ‘‘incitation à la haine, xénophobie’’, ne le sont pas dressées ‘‘contre une communauté, mais contre une personne’’, lors d’un point de presse.

En mai, l’Imam Aguibou Touré qui officie à la mosquée Al-Houla Wa Salam d’Abobo (Nord d’Abidjan), a posté des vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles il a appelé à ce ‘‘que les musulmans n’aillent pas inscrire leurs enfants dans les écoles chrétiennes ou protestantes.

Il a également dit qu’’’avoir un enfant qui est gendarme, signifie que ses parents sont loin du paradis et qu’aucun gendarme n’aura accès au paradis. Aussi dénoncé l’augmentation du prix du Hadj (fixé à deux millions) en Côte d’Ivoire, et fait la promotion du Djihadisme.

‘‘Les poursuites initiées devant le juge d’instruction (à l’encontre de l’imam Aguibou Touré) ne le sont ni contre une communauté, ni contre une religion, mais contre une personne ayant tenu des propos contraires à la loi’’, a précisé Richard Adou, estimant que l’imam a fait ‘‘l’apologie du terrorisme’’.

‘‘Critiquer n’est pas une infraction. Tout le monde a la possibilité de critiquer. Mais ce que la loi reprouve, c’est des critiques qui peuvent impacter négativement la paix sociale’’, a soutenu le procureur de la République.

‘‘Nous sommes dans un contexte sous régional, régional et international empreint de nombreux actes de terrorisme. Il faut éviter de tenir des propos qui vont à l’encontre de la cohésion et la paix sociale’’, a-t-il insisté.

l’Imam Aguibou Touré qui “a déjà fait l’objet d’une enquête préliminaire a été déféré devant le procureur de la République et une information judiciaire a été ouverte’’, a affirmé Richard Adou, ajoutant que ‘‘le dossier se trouve en ce moment entre les mains du juge d’instruction qui est en train d’approfondir les enquêtes entamées par la police’’.

“Pour le moment, l’Imam Aguibou Touré est sous mandat de dépôt et détenu dans un cabinet d’instruction”, a dit le procureur, expliquant que “le juge d’instruction peut lui accorder une liberté provisoire, s’il estime qu’il n’a pas besoin de le garder”.

Il est reproché à l’Imam Aguibou Touré les faits de xénophobie, incitation à la haine, et d’apologie de terrorisme. Il en court des peines allant de cinq à 10 années.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. srika blah 14 juillet 2018 at 09:27 -

    Ton tour arrivera un jour Mr- le procureur….Tu joues á un jeu dangereux. Souviens toi de tes prédécesseurs.

    Je me souviens encore que Kandia Camara(actuel ministre) avait insulté publiquement Mme Simone Gbagbo comme étant une sorte de “pute” qui se donnait aux prof de l’UFHB….. mais Gbagbo n’a pas donné l’ordre d’arrêter cette Ivoiro-Guinéenne(Kandia ).

Laisser un commentaire