Sans fil conducteur de sa communication: Le FPI étale son talon d’Achille en Côte-d’Ivoire

Mis en ligne par La Rédaction | dimanche 12 Août 2018

“Nous n’allons pas faire de la communication un programme de Gouvernement”, boudait le défunt ministre Asségnini Désiré Tagro qui était en phase avec le président Laurent Gbagbo.

Si le FPI a ignoré ce segment important de la gouvernance moderne au point qu’il a été le parent pauvre sur la scène internationale, il n’en a pas tiré les leçons pour sa virginité et polir son image.

Les derniers événements sont la parfaite illustration que la communication, dernière roue de la charrette, demeure le talon d’Achille. Après plus de sept ans de détention dans les prisons ivoiriennes, Mme Simone Éhivet Gbagbo a recouvré la liberté le 8 août 2018.

Alors qu’elle a promis d’intervenir prochainement parce qu’elle sait que son discours est attendu du monde entier, elle s’est oubliée dans l’ivresse de la foule. Et sans fil conducteur, elle a mis les pieds dans le plat, se démarquant de son sage appel, à son procès, au pardon entre les Ivoiriens.

Si le ton acerbe de son discours a rappelé celui dans l’opposition avant la prise du pouvoir avec les termes désuets de “combat” et “debout chers militants” qui indiquent que le FPI n’a pas fait sa mue, elle s’est rangée derrière Abou Drahamane Sangaré, le “Gardien du temple”.

D’où le message de Charles Blé Goudé adressé à l’ex-Première dame pour arrondir les angles. “Je sais que dans tes valises, il n’y a ni haine ni vengeance”, pour lui souffler que sa posture, c’est de prendre de la hauteur pour tendre la main et rassembler.

Car de l’autre côté, Pascal Affi N’Guessan, lui aussi mal conseillé, a raté le coche. C’est ce 8 août, jour de la libération de Mme Gbagbo, qu’il a choisi d’organiser une conférence de presse qui apparaît manifestement comme celle de la provocation.

Aucun acte politique n’étant gratuit, on subodore qu’il voulait ou saboter l’accueil réservé à la “sanguine” ex-détenue ou banaliser l’événement surtout que son discours l’a disputé à la bravade. “Sachez que je ne veux pas m’afficher ou faire de la récupération politique”, s’est-il justifié avec morgue.
La crise politique au FPI finit par convaincre qu’en raison du manque flagrant d’humilité, le pardon est rarissime et la réconciliation pour aller à la reconquête du pouvoir d’État, presque vaine.

Alors, au risque de décevoir de nombreuses attentes, les deux camps ont repris de plus belle la guerre à travers des lettres ouvertes incendiaires, des propos peu amènes et des assauts d’inimitié.

Les yeux bandés et les oreilles bouchées, ils ne voient pas et n’entendent pas avec quelles élégance, finesse et sobriété relatives le PDCI-RDA, lui aussi en butte à une dissidence interne, gère sa crise. Sans fermer à double tour la porte.

F. M. Bally

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. dabakala 12 août 2018 at 20:22 -

    F.M BALLY

    On sent que vous êtes déçu de ne pas entendre ce que vous vouliez entendre !!

    C’est pourquoi vous vous permettez de critiquer la “communication” de l’opposition ivoirienne.

    Non mon cher ami, les attitudes tenues pas les uns et les autres sont en parfaite cohérence avec ce que les ivoiriens attendent d’eux.

    La posture de combat que SIMONE EHIVET est en train de raviver est ce qui a permis sa libération et la résistance pendant toutes ces années d’oppression. Celle de SANGARE, le gardien du temple est tout autant d’importance, car il a su empêcher que le parti n’explose en l’absence de GBAGBO LAURENT. En effet, AFFI, malgré le soutien massif de OUATTARA, son argent et sa justice, n’a fait qu’égratigner le FPI et avec la sortie de EHIVET, il est un parfait « Has been » (sous réserve du fait qu’il vienne faire allégeance dans les prochains jours !!).

    Maintenant que le combat paye, on ne va pas lâcher le bout pour jouer aux amoureux des bancs publics !! OUATTARA a fait libéré ces prisonniers politiques non pas parce qu’il veut jouer au réconciliateur, mais à contre cœur sous la pression et vu sa perte de vitesse démocratique face à BEDIE qui s’est rebiffé.

    Par contre, le PDCI que vous encensez a plutôt intérêt à gérer sa crise interne avec doigté et précaution, car il risque une véritable implosion !!

    Le risque est grand !!

    Bref …

    Une opinion donc comme une autre de la part de BALLY !!

    Dabakala

Laisser un commentaire