Côte-d’Ivoire: Lida Kouassi sous le feu des critiques après son discours «ethnique» devant KKB (vidéo)

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 16 Août 2018

En Côte d’Ivoire, la politique a recommencé avec la remise dans le jeu politique du FPI par un Alassane Ouattara pour le moins affaibli. La politique a recommencé et tout le monde a à y perdre, y compris les réprouvés qui reviennent à la lumière du jour. Le statut de victime nous anoblit, et le statut d’acteur nous remet dans une arène impitoyable.

Le FPI est d’ores et déjà à la croisée des chemins. Ce parti qui se veut jusqu’ici porteur des valeurs de patriotisme et de panafricanisme, va-t-il tolérer les propos violemment autochtonistes voire séparatistes de Moïse Lida Kouassi qui explique que s’il est ministre de l’Intérieur il fera en sorte que seuls les membres des ethnies autochtones auront le droit de se présenter aux législatives dans une région donnée ?

Ces propos sont graves parce qu’ils déconstruisent le pacte républicain. La République n’est plus dans ce cas un ensemble de citoyens égaux en droits et en devoirs mais un conglomérat d’ethnies dont les droits sont géographiquement délimités dans tout le pays en dehors d’Abidjan – proclamé on ne sait pourquoi seul espace cosmopolite où tout le monde peut être élu.

Ces propos justifient toutes les rébellions et tous les irrédentismes.

Surtout, Lida se trompe en voulant substituer au tribalisme du RDR une sorte d’alliance des autochtones qui rabougrit d’emblée l’espace politique de son parti. S’il considère que le député de Lakota est le député des Didas, cela signifie qu’il n’entend pas que les non-Didas votent pour lui, et qu’il peut aller jusqu’à remettre en cause leur droit d’être électeurs après avoir remis en cause leur droit d’être élus.

Si le FPI ne se distancie pas des propos de Lida, s’il pense qu’il lui faut juste retrouver son espace sociologique de 2010 pour reprendre le pouvoir et appliquer son programme, il se trompe lourdement. La leçon de 2010 est que pour remettre en cause la domination néocoloniale dans un pays comme la Côte d’Ivoire, il faut convaincre 50% à 60% de la population, et non 38%. Il faut donc s’adresser au peuple dans sa diversité ethnique et religieuse, à tous les travailleurs de la terre, y compris ceux d’origine étrangère, à tous les habitants des bidonvilles, à ceux qui souffrent de toutes les dominations “sur la Côte d’Ivoire et en Côte d’Ivoire”

Tambou Tchagain

Commentaires Facebook

Commentaires

14 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Deprado 16 août 2018 at 22:33 -

    J’espère qu’il sait au moins que de tels propos sont punis par la loi. Maintenant s’il pense que bénéficier d’une amnistie l’autorise à tout faire et tout dire il va prendre drap bientôt.

  2. dabakala 16 août 2018 at 23:11 -

    Non, ces propos ne sont pas punis par la loi.

    Si on veut vous suivre, quand OUATTARA aura justifié devant des journalistes que le rattrapage ethnique qu’il produisait était légitime car les dioulas selon lui représenteraient 40% de la population et ne sont pas représentés dans l’administration et l’armée en conséquence ; cela serait tout autant contre la loi !!

    A ce moment, il était incohérent pour OUATTARA de voit l’absence de son groupe propres tribal et religieux n’émarger qu’à hauteur de 20, 25% dans l’administration et l’armée. (Corrigeons OUATTARA ici, le taux de dioula dans la population ivoirienne est selon l’INS de 25%, quand celui des populations issues du nord ivoirien, combinées aux étrangers de même origine et base culturelle est de 40%. OUATTARA aura donc menti en direct !!! Les étrangers sont exclus de l’administration et de l’armée ivoiriennes. Seuls les ivoiriens y ont droit)

    Non, l’amnistie ne signifie pas une menace permanente interdisant de s’exprimer tout en respectant ce droit fondamental que nous donne la constitution !!

    La réalité soulevée par LIDA est plus POLITIQUE DE TRIBALE.

    Comment des gens issus d’une tranche locale minoritaire peuvent-ils parler au nom des populations majoritaires installées dans le coin ??

    Une seule réponse : parce que le pouvoir a utilise l’oppression comme une arme d’effarouchement pour amener les populations à se désintéresser de la politique et à boycotter !!

    Il faut que cela cesse et que tout ivoirien puisse manifester le DROIT qu’il a à se choisir librement un représentant local !!

    Et vu que ces peuples sont majoritaires dans leurs propres régions, il est évident que des dioulas ne pourraient occuper ces postes électifs.

    Nous sommes donc sur des arguments que vous pourrez considérer comme tribalistes, mais dans un cadre purement politique caractérisé par une oppression d’état et de faction interdite par toutes les lois ivoiriennes.

    C’est ici que la gravité de la situation se présente et non dans des approches dites tribalistes de LIDA qui ne fait que décrire une réalité publique que bizarrement seuls les nordistes ne veulent pas entendre ou alors comme vous @DEPARDO, vous fustigez de façon illogique (pourtant au nord, voir un BETE maire d’Odienné serait une sujet de rigolade et d’amusement. On a pissé dans votre koun’glo ou bien ??)

    RESPECTONS LES LOIS IVOIRENNES ET CESSEZ DE TERRORISER LES PEUPLES IVOIRIENS.

    RETABLISSEZ DES CONDITIONS DE VOTE TRANSPARENTES ET CREDIBLES.

    QUE LA COTE D’IVOIRE REVIENNE ENFIN A LA NORMALITE DEMOCRATIQUE ET POLITIQUE

    Et cela signifie que les élus locaux soient choisis de façon conforme et selon les vœux des populations locales majoritaires !!

    Voici le message de LIDA.

    Dabakala

  3. srika blah 17 août 2018 at 00:04 -

    Pourquoi , accuser Lida Kouassi ?
    Ne comparez pas l’Afrique noire aux puissants pays .
    Nous sommes en retard de 2 siècles sur les puissants pays.

    Est ce qu’un Koudou, Guéi ,Konan, Mabri.. peut etre accepté au nord de la RCI comme candidat á la députation ou, maire, …..???

  4. Deprado 17 août 2018 at 00:18 -

    Quand on est député l’est-on pour le compte de la nation ou pour le compte de sa tribu ou de sa région? Sincèrement quelles lois font obligation aux ivoiriens de n’être candidat que dans leur région d’origine? Lida fait une fuite en avant parce qu’il ne veut pas assumer les appels au boycott tout azimut de son parti qui auront ouvert un boulevard à certains partis adverses dans leur bastion. Au lieu de dénoncer les Bictogo député d’agboville ou Sylla député d’Aboisso vos camarades de parti et vous avez intérêt à remobiliser vos militants pour reconquérir vos bastions en participant pleinement aux prochaines opérations électorales que de prendre des raccourcis comme ceux que vous avancez.

  5. dabakala 17 août 2018 at 02:02 -

    @DEPRADO…

    Vous dites : “Au lieu de dénoncer les Bictogo député d’agboville ou Sylla député d’Aboisso vos camarades de parti et vous avez intérêt à remobiliser vos militants pour reconquérir vos bastions en participant pleinement aux prochaines opérations électorales que de prendre des raccourcis comme ceux que vous avancez.”

    Non, la remobilisation n’a jamais été un problème pour le FPI.

    Le problème est la CEI, sa composition et les conditions d’élections justes et transparentes qui devraient faire un consensus parmi tous les acteurs politiques. Ce problème est présent depuis au moins 2011.

    On ne boycott pas parce que l’on a rien à faire ou on s’ennuie.

    Le boycott est le résultat d’un blocage politique dont on regrette l’avènement SEULEMENT QUAND ON FINIT PAR PERDRE LE POUVOIR.

    Vous parlez en vous tapant la poitrine et vous acceptez que ce pouvoir continue de confisquer le jeu politique, alors qu’il aurait tout à gagner en organisant des élections transparentes qui renfonceraient son pouvoir et le crédibiliserait s’il gagnerait (pour le moment, la certitude qui s’établit est que OUATTARA n’a pas de majorité et qu’il doit sa place aux armes. C’est aussi pourquoi ses soutiens se débinent enfin), ou réduirait les tensions entre ivoiriens, car la frustration n’est jamais un gage de paix !!

    Comme toujours, en tant que bon RDR, vous voyez le problème du mauvais coté et vous analysez mal la situation.

    Je ne vous envie donc pas, car le pouvoir n’est pas éternel et tous les acquis que vous avez enregistrés resteront éphémères !!

    Dommage pour vous !!!

    Mais personne ne vous oblige !!

    Dabakala.

  6. dabakala 17 août 2018 at 02:13 -

    @srika …

    Vous dites : “Ne comparez pas l’Afrique noire aux puissants pays .
    Nous sommes en retard de 2 siècles sur les puissants pays”

    Non, je ne partage pas !!

    Le seul retard que nous pouvons reconnaitre est le fait que notre métissage inter populaire est encore embryonnaire. Nous n’en sommes qu’aux premières vagues de migration (surtout provenant du nord) et de métissage entre peuples (avec les nordistes, bien qu’ils aient envahi le sud ivoirien, c’est pas gagné vu qu’il préfère s’accoupler entre eux !! Vive les dioulabougous).

    Pourtant des villes comme ABIDJAN, puis BOUAKE et SAN PEDRO sont de véritables cités cosmopolites à l’image des grandes villes occidentales.

    Dans ce cadre, certaines réalités changent et le fait que l’on puisse se baser sur un vote de tribu ou identitaire n’est plus évident. Il faut composer avec tous les peuples et militer pour des valeurs rassembleuses et communes pour pouvoir penser recueillir le suffrage de la majorité !! Et cela passe par des compétences, des actions autonomes d’utilité publique sur le terrain et par un programme.

    Avec le temps, nos villes ivoiriennes, puis nos sous régions seront suffisamment mixées pour que l’on comprenne que le repli tribal ne pourra plus être une réponse politique pour obtenir le pouvoir (ici alors on pourra parler de tribalisme de plein pied si vous le voulez, du moins pour ceux qui voudront persister à rester entre soi).

    Cela se fait déjà au niveau national avec GBAGBO LAURENT qui a su recueillir le suffrage de peuple venant de l’est à l’ouest en passant pas le centre et le sud.

    Cela se fera plus tard au niveau sous-régionel quand le métissage sera plus prononcé !!

    Comparaison n’est donc pas raison.

    Même en France, il y avait des peuples différents qui ne se mélangeaient pas (savoyard, limousins, etc. etc.), mais avec le temps les identités locales se sont diluées pour laisser juste de simple racines culturelles et parfois touristiques.

    La situation identitaire de la France n’est donc pas la même que la nôtre (je ne parlerai pas de l’équipe nationale de football ici. Ca va énerver certains de mes patients).

    dabakala

  7. junior98 17 août 2018 at 09:58 -

    Le vrai visage du FPI est là: laideur, pourriture, et puanteur.

    Ce discours de LIDA restera collé comme une ancre indélébile à l’étendard de ce parti.

  8. srika blah 17 août 2018 at 10:06 -

    @DAB….
    Tu peux ne pas être d’accord… C’est normal.
    Je parle surtout de la MENTALITÉ que nous avons en Afrique noir(sur le plan politique,économique et religieux) qui est comparable á celle des Européens(pays développés) il y a de cela 2 siècles.

    Je sais de quoi je parle.

    Les écrits sont lá ..je n’invente RIEN .

  9. srika blah 17 août 2018 at 10:09 -

    Je suis 100% en phase avec Lida Kouassi.

    Nous aimerions voir… le RDR IMPOSÉ comme candidat un Lida á Lakoto.
    un Guéi á Man..
    un Konan á Bouaké
    un Yapi á Abgoville

    etc etc…

  10. marianne 17 août 2018 at 10:12 -

    Franchement je ne vois pas du tout la pertinence de cette sortie.

    Le pouvoir rdr a tellement de casseroles qu’il suffit de lancer un petit caillou dans sa case pour tout faire résonner et le ramener là où il aurait du rester: dans l’opposition communautariste..

    Les ivoiriens ont été traumatisé par la guerre. il ne s’agit donc pas de réveiller les vieux démons.

    Ce type de raisonnement je le désapprouve. Car cela veut dire qu’un ivoirien naturalisé depuis belle lurette de parents étrangers ne peut être député! Alors qu’on s’extasie de voir des députés noirs en italie en france aux etats unis sans qu’ils aient un seul parent originaire des peuples de labas.

    Ce qui me fait mal c’est que gbagbo même ne tiendra jamais ce type de discours totalement retrograde.

    Si c’est pour revenir en 2018 pour savoir qui parmi les ivoiriens a droit ou n’a pas droit à ceci ou cela c’est que c’est pas la peine.

    Et, comment vous êtes un peuple d’une circonscription et vous n’arrivez pas à faire élire un de vos fils? Mais justement c’est la faute aux hommes politiques fils de cette circonscription.

    Le rdr est ethnoreligieux c’est un fait qu’ils assument clairement. A vous de proposer une alternative crédible. S’ils se sentent bien en restant entre eux ce sont les urnes et les ivoiriens par leur vote qui doivent leur montrer que ça mène nulle part.

  11. junior98 17 août 2018 at 10:58 -

    BRAVO MARIANNE.

    J’espère que Dabakala t’a compris et ne viendra pas par des girouettes qui lui sont propre, chercher à difficilement nettoyer la bave de LIDA.

  12. TIPADIPA2 17 août 2018 at 15:29 -

    Krrrr krrrr krrrr…

    Congratulations…@Raymond-Assouman alias @marianne … maximum d’énergie potentielle pour vous !!!

    Pour une fois vous vous démarquez des âneries CANCRES pondues quotidiennement par votre maître à penser…@Claude-Koudou alias @ducon-kala…même si vous continuez de lancer des fléchettes «ethnoreligieux »  à l’endroit du parti du Bravetchè à cause du traumatisme de la vaste campagne d’islamisation par distribution de Corans aux fidèles musulmans. Comment voulez vous que les parents didas de Lakota choisissent Koré Moïse…pardon…Moïse Lida Kouassi si lui-même a choisi d’aller parler au nom des ébriés de Marcory à l’assemblée nationale??? Comment voulez vous que les bhétés refondus votent pour @Claude-Koudou qui les escroque pour des séances toutous de jouissance et de nettoyage de ARSCHLOCH puant à Accra ??? Comment voulez vous avoir des députés bhétés lorsque le gardien du temple de la frange FPI Sangaré Rose met toute la bhétépack au lit pour attendre la résurrection du christ de mama ???

    CANCREment vôtre !!!

    té ande

  13. marianne 17 août 2018 at 18:15 -

    @tipadipa2

    C’est bien de voir la paille dans l’oeil de son voisin….

  14. dabakala 17 août 2018 at 19:13 -

    @junior …

    Evidemment que vous applaudirez toute personne qui osera s’opposer à LIDA, mais je vois aussi que vous ignorez ici les propos de @srika qui approuve LIDA un peu plus haut …

    Non mes chers amis, il ne faut pas lire LIDA en diagonale comme le fait @Marianne qui en revient à une simple vision purement tribaliste de ses propos, mais aussi à une peur panique qui selon elle aurait provoqué le drame ivoirien (oh que non, rien à voir, par contre, elle a vu juste concernant la qualification du RDR, parti ethnico religieux !! Bravo).

    PERSONNE, je dis bien, PERSONNE n’interdit a qui que ce soit de participer à une élection législative, qu’il soit du coin, naturalisé ou étranger à une région donnée. La loi le permet et LIDA est un homme de loi, de principes et de règles.

    Le fait est que la situation politique imposée par OUATTARA, l’oppression sur les peuples ivoiriens a provoqué des boycotts qui ont permis des incohérences inacceptables dans notre cadre politique.

    Des situations parfaitement passagères, qui disparaitront pour faire place à la normalité que l’on retrouve dans toute république démocratique exigeant que la majorité ait le pas sur la minorité !!

    LIDA relève des incohérences claires et irréfutables.

    On ne saurait être étranger à une région, soutenu par une minorité et détenir une poste ELECTIF au détriment d’une majorité oppressée par un pouvoir ethno-religieux et violent !!

    Voici la réalité !!

    Est-ce du tribalisme ? Non, c’est du bon sens.

    Quand nous serons plus métissées, quand nous auront des villes manifestement cosmopolites, alors là on pourra comprendre qu’un tel ou un tel autre puisse démocratiquement et légalement obtenir un poste électif dans une législature donnée.

    Le combat a mener donc ici et que @Marianne ne comprend pas, est celui de la normalisation du jeu politique, du retour à la démocratie aussi bien pensée au niveau locale, des peuples, que national.

    Le retour à la norme démocratique qui veut que les plus nombreux soient ceux qui décident des postes électifs.

    Et alors si le pouvoir le veut, si la CEI est consensuelle, si les scrutins sont crédibles, justes et transparents, il est évident que tout ce qui se fait actuellement changera immédiatement pour que nous ayons une cartographie législatives ivoiriennes qui corresponde à la réalité !! L’assemblée nationale est une assemblée qui représente le peuple de cote d’ivoire avant tout !!

    C’est cela la démocratie et c’est cela qui est en jeu.

    Ne pas le valider, c’est faire naitre des tensions, des crispations, des clivages entre les peuples, avec des risques réels de représailles, de violences entre peuples.

    Ce n’est donc pas un discours tribaliste, mais un discours politique sur une base tribale !!

    Nuance !!!

    Chacun comprendra donc selon son intelligence et sa culture politique !!

    //////////

    @quant à @tilapia ….

    ABIDJAN est devenu une ville cosmopolite, ce qui veut dire qu’elle est très largement le fruit d’une migration intense provoquée par les enjeux économiques, administratifs et politiques ivoiriens. Les peuples locaux ont donc été submergés et sont même entrés en minorité dans de nombreux quartiers de la ville.

    Ce qui signifie que le député de tout quartier d’Abidjan ne parle plus au simple nom des EBRIE, mais de toute la population de la localité. Le suffrage se reposant sur la majorité, cette majorité se constituera du vote des Ebriés, certes, mais aussi de toutes les autres composantes populaires du quartier, sur la base non plus de l’origine du candidat, mais de sa surface politique, économique, idéologique, culturelle, etc.

    Voici pourquoi l’origine de l’élu n’a plus d’importance dans les villes cosmopolites où il n’y a plus de fortes majorités locales, mais diverses minorités qui se doivent de s’assembler sur une autre base pour constituer le plébiscite pouvant permettre à l’élu de parler en leur nom à tous (à travers le parti politique par exemple) !!

    Une explication simple et efficace pour le patient @Tilapia, qui fera semblant de ne pas comprendre pour nous parler plutôt de la longueur des membres des ressortissants burkinabé ou des trous de cul de ghanéenne en chaleur !!

    A chacun onc son dada !!

    A mon la production intellectuelle justifiée et soutenue qui n’attend que de la contre argumentation de valeur pour me faire mentir, à @tilapia l’expression de l’imbécilité perverses qu’il sait si bien transpirer de son corps, et qui amoindrit les « arguments » qu’il aurait su présenter s’il s’y prenait autrement !!

    Le débat perd donc en qualité, mais je fais avec !!

    Dabakala !!