Guinée: Condé s’énerve contre les médias et Ong français qui omettent la «responsabilité» de la France depuis le NON de 1958

Mis en ligne par La Rédaction | lundi 1 Oct 2018

Dans une interview à Conakry accordée à des journalistes des médias français TV5 Monde, RFI et Le Monde, le chef de l’Erat guinéen Alpha Condé a attribué une part des difficultés traversées par son pays, la Guinée, depuis l’indépendance en 1958 à l’attitude de la France de l’époque.

Lors de cette interview, diffusée dimanche, à deux jours du 60e anniversaire de l’indépendance, M. Condé s’est insurgé contre une question sur le fait que le pays « ne décolle pas économiquement ».

Les Français « doivent savoir que si la Guinée a été en retard, il y a la responsabilité des chefs d’État guinéens, mais aussi la responsabilité de la France de l’époque », a-t-il estimé. « Lorsque nous avons pris l’indépendance en 58, du jour au lendemain tous les cadres français sont partis, la Guinée est restée sans cadres », a déclaré M. Condé. « On a voulu anéantir économiquement le peuple de Guinée », a-t-il ajouté.

« Il ne faut pas oublier aussi que la Guinée a été mise en quarantaine (…), il a fallu que l’Union soviétique et la Chine viennent porter secours à la Guinée, tous les Français étaient partis, on n’avait pas de cadres », a insisté le président guinéen.

« L’histoire de la Guinée ne se ramène pas à la violence »,

La Guinée est devenue le premier pays d’Afrique subsaharienne à obtenir sa souveraineté de la France, après avoir voté non le 28 septembre 1958 au référendum instituant une « communauté » franco-africaine, proposée par le général De Gaulle.

De cet épisode, Alpha Condé a indiqué tirer « deux messages » pour la jeunesse guinéenne. En 1958, la Guinée « s’est donné la main comme un seul homme pour appeler à voter non », a-t-il dit. « Si nous voulons, nous pouvons de nouveau être unis pour faire face aux défis de la Guinée, ça c’est le premier message ». « Le deuxième, c’est que le gouvernement français à l’époque n’a pas eu une attitude correcte, ce qui a fait que, pendant longtemps, les rapports avec la France ont été tendus », a-t-il déploré.

« L’histoire de la Guinée ne se ramène pas à la violence », a-t-il par ailleurs souligné, alors qu’à l’occasion de cet anniversaire la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et RFI ont publié un ouvrage, « Mémoire collective, une histoire plurielle des violences politiques en Guinée », revenant notamment sur le massacre du 28 septembre 2009.

« Je suis choqué ! »

M. Condé, au pouvoir depuis décembre 2010, s’est emporté à plusieurs reprises contre ses intervieweurs, leur reprochant d’être « venus avec des idées arrêtées ». « Je suis choqué de vous entendre dire que la Guinée n’a pas émergé, je suis choqué, franchement. Je suis choqué ! », s’est-il exclamé.

Ancien opposant historique, Alpha Condé est le premier président démocratiquement élu de cette ex-colonie française d’Afrique de l’Ouest, régie jusqu’alors par des pouvoirs autoritaires, voire dictatoriaux.

Malgré la richesse de son sous-sol, plus de la moitié de la population de Guinée vit sous le seuil de pauvreté, avec moins d’un euro par jour, selon les chiffres de l’ONU.

Avec AFP

Archives
La Guinée proclame son indépendance et en subie les conséquences

28 septembre 2008 par André

Avec deux ans d’avance sur les autres colonies françaises d’Afrique, la Guinée a conquis sa liberté sans un coup de fusil. Un simple « non » dans les urnes le 28 septembre 1958, un « non » au référendum sur le projet de Constitution et de Communauté française proposé par le général de Gaulle. Quatre jours plus tard, le 2 octobre, le pays proclamait son indépendance.

Ce qui aurait dû être pour tous les Guinéens un jour de fête marque le début d’années bien difficiles. La Guinée a en effet payé cher – et dans une certaine mesure paie encore – l’amertume que son choix a pu provoquer chez de Gaulle, l’ostracisme parfois extrême des réactions de Paris, l’exaspération des oppositions et son évolution vers une révolution impitoyable.

Le 1er octobre 1958, Jean Risterucci, représentant du gouvernement français, déclare : « L’indépendance de la Guinée est un fait acquis. » La reconnaissance officielle n’interviendra qu’en janvier 1959. Risterucci prend les premières mesures : les bâtiments publics sont remis à la Guinée, les enseignants sont priés de ne pas revenir de congé, on prépare le transfert des autres fonctionnaires et des archives, les projets d’investissements sont stoppés, à l’exception de l’exploitation de la bauxite à Fria.

Sékou Touré récompense les fidèles et distribue plus de 200 Croix de compagnon de l’indépendance, mais n’affiche aucun triomphalisme. Son air est plutôt sombre et il renvoie en les rabrouant des militantes venues manifester bruyamment leur enthousiasme.

Le 2 octobre, à 10 h 30, l’indépendance est proclamée par l’ancienne Assemblée territoriale, présidée par Saifoulaye Diallo. Les soixante conseillers territoriaux, dont quelques Français, deviennent députés. Une commission devra rédiger un projet de Constitution, prêt dès le 10 novembre. L’Assemblée choisit le drapeau, une devise (Travail, Solidarité, Justice) et un hymne national, Horoya (« Liberté »), adapté par Keita Fodéba et Jean Cellier de l’air traditionnel Alfa Yaya.
Le même jour, Sékou Touré envoie un télégramme au président français René Coty et un autre au général de Gaulle, encore chef du gouvernement, exprimant l’espoir de voir s’établir des relations diplomatiques. Il reçoit un simple accusé de réception. Il informe également nombre de chefs d’État de l’indépendance du pays et demande la reconnaissance officielle. Le Liberia, le Ghana, la Bulgarie répondent le jour même.

Même si le calendrier de la Guinée s’enrichit d’autres commémorations, celle du 2 octobre sera l’occasion de déclarations importantes. Ainsi, en 1959, Sékou Touré critique la Fédération du Mali et se prononce pour l’indépendance séparée du Sénégal et du Soudan-Mali ; en 1961, il inaugure l’imprimerie construite par l’Allemagne de l’Est ; en 1963, il affirme que la Guinée n’a aucune visée territoriale sur la Guinée-Bissau ; en 1964, il inaugure le stade et l’Institut polytechnique construits par l’Union soviétique ; en 1965, fait exceptionnel, de Gaulle envoie ses félicitations, mais, six semaines plus tard, c’est la rupture des relations, qui durera dix ans.
Le 2 octobre 1967, Sékou Touré inaugure le Palais du peuple, construit par les Chinois. En 1972, c’est le remplacement du franc guinéen par le syli. En 1974, le président se dit prêt à coopérer avec la France. À New York, le ministre guinéen des Affaires étrangères, Fily Cissoko, rencontre le représentant spécial du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, futur ambassadeur de France à Conakry. Ce sera le début du processus destiné à normaliser les relations avec Paris.

Jeune-Afrique

Commentaires Facebook

Commentaires

Laisser un commentaire