Côte-d’Ivoire: Chasse à l’électorat baoulé, «la reine des Baoulé» et des têtes couronnées annoncées au Palais présidentiel

Mis en ligne par La Rédaction | jeudi 4 Oct 2018

Les rois et chefs Agni reçus par la reine des Baoulé à Yamoussoukro

La reine des Baoulé, ainsi que des têtes couronnées du grand centre et des cadres de ces régions, annoncés, ce jeudi 4 octobre au Palais Présidentiel du Plateau chez le Président Alassane Ouattara.

Cette rencontre selon nos informations, est une riposte du RHDP unifié à la rencontre tenue fin août à Daoukro, entre l’ex chef de l’etat Henri Konan Bédié et des chefs baoulé, a la veille du dernier Bureau Politique du PDCI-RDA, tenu dans cette localité.

A l’approche des élections locales du 13 octobre, la chasse à l’électorat baoulé devient un enjeu.

Sylvie Kouamé

Commentaires Facebook

Commentaires

20 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. srika blah 4 octobre 2018 at 15:10 -

    Juste une simple formalité.
    C’est bien normal que la Reine vienne écouter Ouattara DRAMANE et son clan.
    ECOUTEZ une personne ne veut pas dire qu’on doit suivre ses dires.

    Koudou Gbagbo se souvient tres bien.

    Un ROI, Reine ou chef traditionnel doit absolument répondre á l’invitation des dirigeants politiques.

    C’est ce que la Reine va faire.

    Quand le Baoulé te dit : N’TILI=j’ai compris ou je t’ai compris……………. veut dire beaucoup de chose.

    Et @Srika Blah=Colibri Femelle(en Baoulé); etant lui meme un vrai Baoulé traditionnel…. Sait que la Reine dira “N’TILI” á Ouattara DRAMANE et son clan avant de retourner chez lui.

    La Reine a dit “N’TILI” á Gbagbo

  2. La Blague 4 octobre 2018 at 15:26 -

    Sauf si on lui demande de faire une déclaration télévisée avant son départ, ou qu’un adjoumaffi se cache dans sa cour et pond une déclaration au nom de la reine kiakiakiakia.

    Cette riposte fait de l’ancien rdr un suiveur en politique il faut savoir mener les débats.

    On attend le 10 octobre quand le pdci verra son BP annulé pour féliciter Ado.

  3. KANA7 4 octobre 2018 at 16:56 -

    Le Baoulé n’est pas un peuple si moutonnier comme certains veulent faire croire. Mais il a le respect de la hiérarchie. Mais comme l’a dit l’autre, le guide dira qu’il a compris ton message sans rien ajouter. Mais c’est ce qui se passsera le lendemain après la nuit de concertation qui pèsera!

  4. Coigny 4 octobre 2018 at 17:02 -

    Le poids politique des Baoulés en question, et dans la balance politique. En vérité, depuis le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 1998, les Baoulés ne sont plus la première ethnie par le nombre. La première communauté ethnique en Côte d’Ivoire, ce sont les Mossis. Mais j’ai comme le pressentiment qu’en dépit de leur nombre, de leur poids démographique et politique (et oui, nombre d’entre eux sont détenteurs légalement d’une CNI ivoirienne), jamais un ne les verra être reçus vau palais.On parie ?

  5. wara 4 octobre 2018 at 19:19 -

    @Coigny
    Revoyez vos statistiques !

    =======================================
    RGPH 2014
    La composition ethnique de la population ivoirienne (17 175 457 personnes) indique que les Akans représentent 38,1%, les Gurs (21,2 %), les Mandé Nord (19 %), les Krou (11,3 %), les Mandé Sud (9,1 %), les naturalisés (0,6 %) et les ivoiriens sans précision (0,7 %).

    RGPH 1998
    La population de nationalité ivoirienne est dominée par le groupe Akan qui compte 4 780 797 personnes, soit 42,1 % des Ivoiriens. Les Akan sont suivis des Gur (Voltaïques) avec 2 002 625 personnes, soit 17,6 %, des Mandé du Nord au nombre de 1 873 200 personnes, soit 16,5 %, des Krou dont l’effectif est 1 446 790 personnes, soit 12,7 % et des Mandé du Sud qui regroupent 1 142 336 personnes, soit 10,0 %. Les autres groupes sont représentés dans des proportions très négligeables (tableau 3.11).

    En 1998, on note ainsi que les Akan occupent une position prépondérante tant au niveau de l’effectif de la population de nationalité ivoirienne qu’au niveau de la répartition dans l’espace. Cette importance du groupe Akan est, en grande partie, influencée par le poids des Baoulé qui constituent non seulement l’ethnie majoritaire au sein du groupe Akan mais aussi au plan national.
    =============================================

    Et surtout ne confondez pas les Gur (Voltaïques) avec le peuple Burkinabé comme celui-là qui réduit voire assimile Golfe de Guinée et Etat de Guinée.

  6. wara 4 octobre 2018 at 20:42 -

    DIVAGATIONS D’UN @COIGNY

    Le souverain du Royaume Mossi de Ouagadougou est le Moro Naba. Il réside toujours dans son Palais à Ouagadougou. En tant que sujets du Roi, les Mossi de TOUTES NATIONALITES et de toutes les contrées du Monde, s’y rendent régulièrement. Pour prendre conseils et renouveler l’allégeance.

    Ça c’est le fait culturel et sociologique. Différent de l’acte républicain et de citoyenneté !

    Pour revenir à ta préoccupation, les Mossis de nationalité Ivoirienne ont-ils besoin de solliciter particulièrement le Palais de Côte d’Ivoire ? Oui comme tout citoyen quand le besoin se fera sentir.

    Quand Belem Inoussa dit LadJi et sa délégation de Mama rendent une visite de courtoisie chez Madame Simone Gbagbo le 21 Aout dernier c’est un acte citoyen et républicain !

    Quid de la visite annoncée de La reine des Baoulés au Palais ?

    Selon l’article « Cette rencontre selon nos informations, est une riposte du RHDP unifié à la rencontre tenue fin août à Daoukro, entre l’ex chef de l’état Henri Konan Bédié et des chefs baoulé, à la veille du dernier Bureau Politique du PDCI-RDA, tenu dans cette localité. »

    L’article va vite en besogne ! Soyons plus lucides et rationnels.

    Que Sa Majesté Nanan Akoua Boni II, 12ème autorité après Abraha Pokou, daigne rassurer le pouvoir étatique après les errements le mois dernier d’un chef de parti politique au règne décadent, est de bon ton et honore le Trône de Walèbo.
    Elle ancre par cet acte la sacralité et la profondeur de son nom de règne de Akoua Boni II. On ne cessera de le rappeler aux Baoulés leur histoire : « La reine Abraha Pokou est décédée à Niamonou près de Bouaké et a été inhumée dans le lit du ruisseau Ndraba. » Celle qui a construit la gloire du royaume c’est bien la reine Akoua Boni ! Qui ajoutons le, pour « pour renforcer les capacités démographiques du royaume, accueillera les Asandrè, des messagers du roi Opoku Ware arrivés dans le Wawolé autour de 1732 de même que les Ngban originaires du Ngbanya (Gonja) victimes de la guerre de Botesa qui oppose l’Asante au Gonja » (Kouamé René ALLOU).

    Au passage donc il est bon de rappeler à @Coigny les stratégies qui font que les Baoulés sont devenus nombreux sur les espaces qu’ils occupent….

    Sa Majesté Nanan Akoua Boni II viendra donc à mon humble avis, corriger les hérésies d’un BEDIE et souder la nation. Elle ne vient pas pour montrer qu’elle fait ce que les Mossis ne pourront pas faire au Palais.

    Un proverbe Moré dit fort opportunément « Songe à te vêtir au lieu de médire. »

  7. wara 4 octobre 2018 at 23:15 -

    Sa Majesté Nanan Akoua Boni II 

    Voici une Reine très intelligente qui a toute la même vision de l’histoire que le grand Empereur Sh?wa du Japon.

    Elle a pris personnellement les affaires du Royaume en mains.

    Ainsi finit ici l’aventure d’un Prince prédestiné à des hautes fonctions mais qui s’est distingué finalement, pour reprendre la belle formule de quelqu’un qui s’y connait très bien, “un malheureux casseur de canaris de bangui !”.

    Vive la Reine !!! A bas le présomptueux Prince !!!

  8. marianne 5 octobre 2018 at 00:10 -

    Est ce à dire qu’ il n y a pas unanimité au niveau de cette institution appelé e rois et chefs traditionnels?

    Les baoules comme ils ont gâté leur nom par ce vote tribal sinon est ce que le fait qu’ on soit de la même ethnie on vit les mêmes réalités sociales et économiques? Les mêmes opinions politiques?

    Comme on dit, ils se connaissent entre eux.

  9. Coigny 5 octobre 2018 at 08:43 -

    >Revoyez vos statistiques !

    Revoyez les vôtres aussi, monsieur. Parce que nulle part je ne lis la part du peuple baoulé dans le groupe Akan, et dans la population ivoirienne, pas plus que je ne vois celle des Mossi dans la part des immigrés, et partant dans la population résidente de Côte d’Ivoire. Ces données que @Wara aurait gagné à sortir de sa besace pourraient infirmer mes convictions quant à la supériorité en nombre des Mossi sur les Baoulé à l’intérieur du carré ivoirien. Mais clairement, aucun Community Manager du régime ne viendrait corroborer ce que tous nous savons. En revanche, partir sur l’histoire de la “stratégie” d’accroissement du nombre de Baoulés et sur l’histoire de ce royaume, c’est là que réside la vraie DIVAGATION.

  10. Coigny 5 octobre 2018 at 08:55 -

    Mais bon là, on s’égare un peu, la question centrale étant l’opportunité de faire défiler des communautés ethniques au palais après avoir accusé un leader politique, personne indépendante non élue et sans responsabilité étatique, de l’avoir fait avant soi, d’une part. Et d’autre part, de reconduire ce sempiternel folklore auquel nous assistons depuis les années 80, là où le “technocrate policé et très occidentalisé” nous promettait la rupture d’avec les réflexes d’antan. A ce compte, nous quittons la République et fonçons vers une fédération ethnique d’un type nouveau, restant encore à définir.

  11. Coigny 5 octobre 2018 at 09:00 -

    Les titres de la presse rouge du jour sont éloquents, et trahissent la volonté de Ouattara de rempiler en 2020. En dépit de ses hésitations. En dépit de sa parole. En dépit des textes. En dépit du bon sens. Cette réponse du berger à la bergère sur la question des Baoulés enfonce le clou.

  12. wara 5 octobre 2018 at 11:54 -

    « CE QUE TOUS NOUS DEVINONS »

    Afin que nul n’en ignore, @Coigny m’exige des chiffres quand lui-même n’en fournit aucun. se contentant largement d’affirmer et cela n’est ni nouveau ni surprenant de sa part (on se défend comme on peut !) « aucun Community Manager du régime ne viendrait corroborer ce que tous nous savons »
    En 2014, les Akans représentent 38,1% de la population ivoirienne dont plus de moitié sont Baoulé. Donc on estime à plus de 19% la portion Baoulé dans les 23 millions, soit selon certaines sources, 4 645 000 d’habitants. Ces tendances sont confortées depuis qu’il existe des recensements en Côte d’Ivoire.
    Aucune autre composante sociale ethnique prise isolément (si on donne aux mots le même sens) n’est plus forte sur le territoire national.

    « CE QUE TOUS NOUS SAVONS » n’est une pas statistique fiable. L’Ecole Nationale Supérieure de Statistiques et d’Economie Appliquée de notre pays est une référence. Sa devise « Plus qu’une école, un esprit ! » doit habiter l’intellectuel quand il disserte.
    Mais « CE QUE TOUS NOUS VOYONS » à travers les affirmations non chiffrées de @Coigny crève les yeux.

  13. wara 5 octobre 2018 at 12:18 -

    VIRAGE DANGEREUX A DROITE ET A GAUCHE

    « L’opportunité de faire défiler des communautés ethniques au palais »

    Je suis surpris de ce revirement à 180° de @Coigny
    Celui qui affirmait sans ambages « j’ai comme le pressentiment qu’en dépit de leur nombre, de leur poids démographique et politique (et oui, nombre d’entre eux sont détenteurs légalement d’une CNI ivoirienne), jamais un ne les verra être reçus au palais. On parie ? » voudrait-il une chose et son contraire ?
    Au demeurant combien des communautés ethniques défilant au palais a-t-on dénombré ?
    LA OU ÇA FAIT MAL
    On le comprend du reste ! Ainsi donc la récréation est terminée dans la maison royale Baoulé.
    La Reine, Sa Majesté Nanan Akoua Boni II, vient d’envoyer un message fort aux roitelets indisciplinés (faut-il les suspendre temporairement ?) qui profitant de son silence royal, pour les raisons que l’on sait, se donnaient de larges libertés, enfreignant les codes sacrés.

    La Reine, Sa Majesté Nanan Akoua Boni II n’est pas venue se promener au bord de la lagune Ebrié ! Elle a de la mémoire et renvoie la gratitude de son royaume pour ce qui a été fait lors des obsèques du Roi Nanan Kouakou Anougblé III, élevé à titre posthume, au grade de grand commandeur dans l’ordre national.

    Le Moro Naaba du Royaume Mossi du Burkina Faso était aussi présent dans le Walèbo en ces heures de forte tristesse ! Certainement qu’après le Palais, la Reine dépêchera une forte délégation à Ouagadougou chez le Roi des Mossi.

    Le roitelet qui a voulu tromper son petit monde doit être dans les cordes !

    Nous sommes et restons dans la République mais cultivons les valeurs africaines !

  14. marianne 5 octobre 2018 at 13:12 -

    Culturellement au contraire de certains qui traditionnellement n ont pas leur langue dans la poche, d autres ne te disent jamais ce qu’ ils pensent réellement.

    Relativisons donc tous cette visite…

  15. wara 5 octobre 2018 at 14:33 -

    SOUVENIRS, SOUVENIRS…

    Non @Marianne, personne ne pavoise ! Même si certains ont les larmes aux yeux.

    En 1990, pour son temps d’antenne lors de la campagne pour les élections Présidentielles, le FPI avait choisi d’utiliser une musique de la très grande Zenzile Makeba Qgwashu Nguvama … Dites tout simplement Myriam MAKEBA !

    Hélas sans en avoir avisé l’auteur de la chanson !

    En réaction, le PDCI de HOUPHOUET Boigny fit venir directement à Abidjan la grande prêtresse des rythmes Zulus. Directement du Japon où elle était en tournée (dans les années 1980, Miriam Makeba faisait déjà pour Toyota les chansons publicitaires).

    Et un soir voici drap au 20h de la RTI. Fin du piratage…

    Aujourd’hui ce n’est plus le FPI qui prend le drap du jour. Un roitelet prince de Nambê qui projetait d’utiliser insidieusement le clan, a goutté pour lui en voyant la Reine au Palais.

  16. La Blague 5 octobre 2018 at 15:46 -

    Hummm donc c’est quitté chez abla pokou pour arriver chez makeba.

  17. wara 5 octobre 2018 at 16:11 -

    @La Blague

    La chanson de Bénédiction dit bien “Quelqu’un laisse ..quelqu’un…”. “derrière village il y a village ”

    C’est valable aussi dans drap !

    “Derrière roitelet aux 500 sous-roitelets..il y a une VRAIE Reine avec UN PEUPLE !”

  18. marianne 5 octobre 2018 at 20:48 -

    Ce qui est républicain c est de voir cette reine aller rencontrer le président.

    Ce qui n est pas normal ni républicain et qui n a pas été normal c est de voir ou d avoir vu des têtes couronnées aller faire allégeance à un candidat à la présidentielle .
    Mais pourquoi le pdci ne pourrait pas le faire là où d autres en ont fait un concept: le rattrapage ethnique.

    En 2010 lors de la crise post électorale pour faire accepter l idée que Gbagbo ne peut avoir gagné , on nous expliquait sans honte républicaine que les dioulas et les baoules étaient sociologiquement majoritaire.s
    On dit aussi que quand quelqu un laisse quelqu’un prend. Mais c est quand tu prends que tu comprend pourquoi quelqu’un a laissé…

  19. TIPADIPA2 6 octobre 2018 at 04:18 -

    Krrrr krrrr krrrr…

    « Injection cinétique…on [pronom imbécile …] nous expliquait sans honte républicaine que les dioulas et les baoules étaient sociologiquement majoritaire »

    Monsieur @Raymond-Assouman alias madame @marianne injection cinétique de demain samedi … vous mentez !!!

    Dites plutôt : « Injection cinétique…on [pronom imbécile…] nous expliquait que le RDR et le PDCI en alliance formait une majorité absolue sur le FPI…Injection cinétique »

    Krrrr krrrr krrrr…

    té ande

  20. veritas18 6 octobre 2018 at 18:39 -

    ~@wara,
    je conviens parfaitement que la reine des baoulés rencontre le Président dans un cadre républicain est tout à fait normal comme l’a souligné @marianne. Mais ce qui pose problème c’est l’exploitation politicienne que vous en faite en le présentant comme étant un soutien des baoulés à ouattara. Et je pense qu’obliger ( je pense que le terme est approprié) une reine à venir officiellement remercier le président pour son soutien pour des obsèques du dernier roi des baoulés qui ont eu lieu il y plus de 2 ans de cela, alors qu’en réalité on en espère un soutien politique pose un problème d’éthique au niveau de nos gouvernants. Si ouattara espère le soutien des baoulés, qu’il’exprime ouvertement ou bien qu’il fasse comme gbagbo en son temps qui s’invitait dans les villages baoulé lors des réjouissances de paquinou. Si cela lui semble trop pénible il peut toujours, sans honte et tout orgueil mis a part, se rabobiner avec bédié, qui lui a tenu la main en novembre 2010, comme un parrain, et l’a présenté au peuple baoulé. Et la suite on la connait…

Laisser un commentaire