La Chine accuse de corruption le président d’Interpol “disparu” sur son territoire

Mis en ligne par La Rédaction | lundi 8 Oct 2018

La Chine a fini par donner des nouvelles du président d’Interpol, «porté disparu» depuis son atterrissage sur son territoire, il y a de cela une dizaine de jours.

LE MONDE |Par Harold Thibault
Quelques heures après avoir confirmé l’ouverture d’une enquête contre le président d’Interpol, Meng Hongwei, la Chine l’a accusé de corruption, lundi 8 octobre. « L’enquête sur les pots-de-vin reçus par Meng Hongwei et les violations présumées de la loi est très opportune, tout à fait indiquée et plutôt sage », lit-on dans un communiqué du ministère de la sécurité publique.
L’organisation internationale de police, dont le siège se trouve à Lyon, avait annoncé, dimanche 7 octobre, la démission « avec effet immédiat » de son président, porté disparu depuis plus de dix jours. Dimanche soir, Interpol a précisé que son successeur serait désigné lors de sa prochaine assemblée générale, en novembre, à Dubaï. L’organisation n’a pas détaillé comment elle a été informée de sa démission, alors qu’elle a perdu contact avec M. Meng. Elle ne s’est pas non plus interrogée sur la recevabilité d’un tel renoncement de la part d’une personne détenue au secret par un régime autoritaire.

Le 25 septembre, à 12 h 26, Meng Hongwei, qui venait d’arriver sur le sol chinois, avait envoyé un message de trois caractères sur WhatsApp à son épouse, restée à Lyon : « Attends mon appel. » Puis, quatre minutes plus tard, il envoyait un émoticône représentant un couteau. C’est le dernier signe que Grace Meng a reçu de son mari. Sept minutes plus tard, il ne répondait pas à son appel. Des signes évidents qu’il se considérait « en danger », a précisé Mme Meng, dos aux caméras, dimanche, dans un hôtel lyonnais. Elle s’exprimait pour la première fois depuis qu’elle a fait part, jeudi, aux autorités françaises de ses inquiétudes. Elle a été placée depuis sous protection policière.

https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/10/07/la-chine-enquete-sur-le-president-chinois-d-interpol-en-danger-selon-sa-femme_5366034_3216.html

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. marianne 8 octobre 2018 at 10:38 -

    Si celui même qui est chargé de lutter contre le banditisme transfrontalier est ainsi, comment sont les dirigeants d autres organisations internationales qui sont sensés être surveillés?

    Si c est avéré…

Laisser un commentaire