Quatre stades de 20.000 places en construction en Côte-d’Ivoire pour la CAN 2021

Mis en ligne par La Rédaction | vendredi 19 Oct 2018

Jean-Marc BOUAZO

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a annoncé vendredi à Yamoussoukro (centre), la construction de quatre stades à l’intérieur du pays, ainsi que la réhabilitation de ceux de Bouaké et Abidjan, devant abriter la Coupe d’Afrique des nations (CAN), dont la Côte d’Ivoire est organisatrice en 2021, pour un coût de “203 milliards de FCFA”, à l’occasion du lancement des travaux des infrastructures.

La construction des stades de Yamoussoukro, San-Pédro (sud-ouest), Korhogo (nord), Anyama (nord abidjanais) et la réhabilitation de ceux de Bouaké et Abidjan, a coûté “203 milliards FCFA”, a signifié M. Coulibaly, souhaitant que les infrastructures soient livrées dans le temps imparti (24 mois).

Les quatre stades en construction, d’une capacité de 20.000 places chacun, permettra à la Côte d’Ivoire d’en disposer de six pour la compétition.

Le stade de Bouaké passera de 25.000 places à 40.000 places et celui d’Abidjan de 33.000 à 40.000 places.

La Côte d’Ivoire est à sa première organisation de la CAN.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

Commentaires

14 Commentaires ... participez vous aussi à la discussion.

  1. Coigny 20 octobre 2018 at 06:50 -

    >La Côte d’Ivoire est à sa première organisation de la CAN.

    Sitôt le biberon lâché, vous vous improvisez “journaliste”. Côte d’Ivoire 84, c’était sur Mars ?

  2. wara 20 octobre 2018 at 09:34 -

    LE METIER

    Jean-Marc BOUAZO tu as eu ta dose. Je ne vais pas en rajouter.

    Ahoré a “clarifié”, sans convaincre, le problème de première CAN.

    Nous qui étions au Felica de 9h à 18h pour voir les Éléphants d’alors emmenés par un Youssouf FOFANA, le “diamant noir” de Mankono (RIP Boubacar KANTE) et des dirigeants sportifs emblématiques malgré leurs guéguerre qui nous aura été fatale, nous renvoyons encore la ballade d’un Roger MILLA dans notre défense ! Et l’émergence africaine du Cameroun et du Nigeria sur le football africain pour un règne qui durera bien longtemps.

    Concernant la capacité du stade d’Abidjan que ZOUM a décelé comme une erreur il faut préciser quil ne s’agit pas de Ebimpé Stadium mais du vieux Felicia. Remis aux moins 5 fois aux normes internationales…depuis qu’il fut érigé dans les années 1930 pour devenir Felix Houphouët Bobigny à l’indépendance.

    Après les 19 morts il y a quelques années la CAF est très regardante sur son cas. Il faudra des places VIP, super VIP et des positions assises numérotées pour nous autres … On va dire comment encore ? Même dans amusement chacun doit savoir oû il habite avant d’arriver au Felicia.

    Concernant donc EBIMPÉ le dossier financier est bouclé puisque les travaux sont terminés a 65%.

    Il reste seulement à nous entendre sur le nom du complexe.

    1. EBIMPE INTERNATIONAL STADIUM (Vive la Francophonie)

    2. STADE DE LAMITIE IVOIRO-CHINOISE

    3. STADE PRESIDENT ALASSANE OUATTARA

    4. COMPLEXE LAURENT POKOU

    5. STADE KOUDOU GBAGBO LAURENT

    Ne me bombardez pas SVP !

  3. marianne 20 octobre 2018 at 10:04 -

    Si vous voulez que les gor et les adorateurs aillent suivre la CAN oubliez les propositions 3 et 5 lol.

    Les stades de capacité faible sont les plus utiles non seulement à la construction (sans surfacturation) et après l événement vu que les gens ne vont pas trop au terrain

  4. wara 20 octobre 2018 at 10:08 -

    @Honoré DEPRI

    Je valide à moitié ton point de vue. Il y a de la pertinence dans ton jugement.

    Mais à la lecture du cahier de charges de la CAN j’ai mis un peu d’eau dans mon gnamankoudji…

    Les contraintes sur les autres villes étaient nombreuses. Avec 24 équipes les rotations aériennes notamment doivent être bien assurées et l’accessibilité garantie par plusieurs solutions alternatives.

    Choisir d’autres sites que ceux retenus et déjà validés par la CAF aurait élevé le budget prévisionnel et rendu hypothétique le planning pour 2021.

    On aurait pu donc nous préparer pour 2023. Et bien faire les choses. Y a pas le feu. Peut être. Sauf que “…c’est celui qui paie qui jouit !” (L’expression bien crûe est de L’oncle alias Vieux Gazeur).

    Gagnoa a déjà par la générosité non selective de Fanta GBÊ un beau stade avec une belle aire de jeu oû plusieurs matchs de championnat sont désormais déroutés (Belle initiative de la FIF…enfin un point positif).

    Avec un peu d’efforts, on aura pu donc retaper l’aérodrome (Je ne demande pas une piste de 3000m et un aéroport avec fonctionnement H24 donc toute l’infrastructure technique lourde).

    La cité du fromager a des hôtels de bonne facture. La ville est accueillante et legendairement animée. Tout pour en faire un passage OBLIGÉ pendant une fête du football africain.

    Parce qu’enfin sur le critère purement SPORTIF mieux vaut un match de CAN à Gagnoa qui a tout donné au football ivoirien que Korhogo ou Yamoussoukro.

    GAGNOA connaît le football et le ballon rond connaît son village.

    Hommage à Leon Gbizié, Gaoudi Raphaël, Djibril KONÉ, Bodoua Maier, Soumaïla SAVANE …la liste sera trop longue.

    Hommage à Makan KEITA (RIP) qui refusa une affectation à Korhogo pour rester fidèle jusqu’à la mort au Sporting de Gagnoa.

    Hommage à Antony AMBROISE qui proposa les couleurs de sa ville natale pour le Sporting de Gagnoa.

    Hommage au Préfet Bailly TAGRO dont le nom restera attaché à la période de gloire qui vit POUR LA PREMIÈRE FOIS un club de l’intérieur devenir champion de Côte d’Ivoire.

    Si tout cela n’a pesé dans la balance au moment de constituer la liste il faut dire que quelque part …pour vous ça dépasse !

    Mais après tout, c’est celui qui paie qui….!

  5. wara 20 octobre 2018 at 10:20 -

    LES 5 ENTREPRISES RETENUES

    Chinoises (2), française, portugaise et …sous traitants ivoiriens OMNI TRAVAUX de notre ami qui sait tout faire.

    C’est vrai. Ce sont de grands groupes. Des costauds.

    Mais quand même. Si le respect du délai de 24 mois et la qualité du travail sont les maîtres mots du choix en dehors des offres, il faut donc conclure que manifestement il n’y a pas de volonté de promouvoir des champions nationaux dans le BTP particulier.

    On n’était pas obligé de postuler pour 2021.

    Les bateaux bus viennent d’ailleurs. Les avions aussi. Mais construire une infrastructure de génie civil comme un stade de 20 000 places !!!

    Si en 2020 on ne sait pas le faire autant entrer sous la terre ! Ne me parlez plus donc d’émergence.

    Quand je vois ce que les chinois eux mêmes ont fait pour sauver l’une de ces entreprises, je me dis que ..se développer pour nous ce n’est pas pour demain !

  6. wara 20 octobre 2018 at 10:52 -

    APRES LA CAN 2021ON FAIT QUOI ?

    Dans les travaux à réaliser il y a en dehors du stade cette affaire de ….32 villas et un hôtel trois étoiles. Dans chaque site retenu.

    SEBROKO c’était hier à la CAN 84. Que Bouazo et ERIK nous ont dit d’ignorer.

    Un complexe flambant neuf dans un quarrtier infréquentable. Le GRAND gâchis !

    Les investissements des fêtes tournantes de l’indépendance dans les villes de l’intérieur, on sait tout ce qu’il en est advenu.

    Les hôtels construits à cette occasion ont difficilement fonctionné avec la gestion publique. Même la résidence du Président.

    Quel mode de gestion sera retenu ? Privé ? Mise en vente immédiatement après la CAN ? Vente transparente ?? Oû les dés sont déjà pipés avant la pose de la première pierre.

    LES STADES

    Pour San Pedro il y a moins de souci à se faire avec ses deux clubs phares et la population de la ville.

    Korhogo et Yamoussoukro doivent véritablement justifier leur capacité à exploiter et entretenir un stade de football. Que les pasteurs choisissent leurs lieux de cultes ailleurs.

    En tout état de cause les enseignants de sports formés à l’injs ont une chance inouïe pour équilibrer la carte nationale de la pratique sportive.

    L’OISSU qui nous a donné tant de talents scolaires devra être repensée en profondeur pour voir l’émergence de nouvelles gloires dans toutes les disciplines.

    Il ne s’agit pas de construire des stades publics pour les écoles de football privées. Si c’est le cas la facturation doit être transparente et auditable. C’est vrai qu’avec notre ami de la FIF…

    L’académie Sery MOGADOR de notre Djédjé Benjamin national sise à Ouragahio fonctionne bien. Et tranquillement. Avec surtout ses propres ressources. Réinvesti dans ce quil sait faire le mieux on ne peut que lui souhaiter réussite et succès. Les autres doivent suivre l’exemple.

  7. Coigny 20 octobre 2018 at 14:13 -

    Un stade à Yamoussoukro ? Je reste dubitatif, même si la ville reste la capitale du pays. Un stade à Daloa aurait eu plus de sens : population plus importante, culture footballistique plus ancrée. Mais bon, ce n’est que mon avis et c’est pas moi qui construits.

  8. mantape 20 octobre 2018 at 16:04 -

    Grand frère @wara ( le lion de connection…lool)

    Toi tu as grandi à GOZO …ça se voit …tu es trop au courant des choses du bled là…
    Tu as oublié le milieu volant de l’époque du sporting OPELI ANATOLE…et plus récemment Kle weully mathias…les Gnazebo dit Tyson..et l’inénarrable KONE alias soghomâ-sandji passé après à l’Africa…la légende dit qu’il se «chargeait » tellement qu’un jour à la fin d’un match il dit au coach « coach après la mi-temps quand on va recommencer là on n’a qu’à changer de système »….
    Comme bon gagnolais tu as rappelé le titre acquis après le face to face avec l’alliance de Bouake de Kobina Kouma ( pied gauche kanké) zogbo tape frederic apessika Daniel et autres….et feu Nanlo Bamba le capitaine …qui avait gagné 5-O une équipe et bénéficiait donc du bonus qui devait les sacrer champion….les PTT ayant eu la bonne idée de couper le téléphone dans la région de Gagnoa ce n’est que la nuit que le titre du sporting fut officiel..après la victoire contre l’USC Bassam …. ( 2-1 me dit on ) …l’usc Bassam des Maxime Traoré Botty simplice ….un défenseur surnommé assassino,et un gardien emblématique Yangui….
    Tu oublies le quart ou la demi-finale Alliance sporting …coupe de Côte d’Ivoire ….Felicia…victoire 3-1 du sporting en prolongation pour prouver votre suprématie…
    Ah ce fameux stade Biaka Boda …citadelle imprenable à l’époque….
    CAN 2021 ? différente de 84 espérons …AYO AYO non Chantal Taïba je m’arrête là …mauvais souvenirs ….Taher Abou Zeld….t’as pas oublié ? Rireeees.
    Jusqu’au match couperet Côte d’Ivoire -Cameroun….
    1ère min débordement de Falikou shoot Bell dans le vent ..transversale…3ème minute faute flagrante de Toubé Charles sur Falikou ..pénalty évident que seul l’arbitre n’a pas vu ….
    Et le malheur arriva…déboulé depuis son camp de l’arrière gauche Isaac sinkot centre …tête de Milla Roger pourtant encadré par monguehi guéhi François ( bon joueur de tête ) et Lago Grobo Patrice alias le ministre de la défense ( pourtant excellent de la tête ) …but…
    Je passe sur la bourde de miezzan pascal alias Pascalino qui aboutît au second but camer….Côte d’Ivoire ….dehors …
    Don féfal à l’époque dit que c’était des éléphanteaux qui deviendraient des éléphants pour Egypt 86…
    presque vrai …on finit 3ème …
    Te souviens tu du but qui nous ouvrît la porte des demies…Côte D’ivoire SÉNÉGAL …but de MAMI WATTA alias Ben Badi Abdoulaye Traoré…
    Corner joué à deux entre Sacré Abialy et Falikou centre de Falikou prolongation de la tête de Zahoui François qui était au premier poteau ..pour MAMi WATTA au 2ème poteau tête et but ….
    Côte d’Ivoire et la CAN ….que d’émotions ..

    Des stades ? Oui il en faut de toutes façons…

  9. mantape 20 octobre 2018 at 16:08 -

    Grand frère @wara …

    J’oubliais …ton gardien de l’époque c’était BODO MAÏER et non Bodoua …Bodoua est un autre gardien qui a aussi joué au sporting de Gagnoa …mais lui son nom c’est BODOUA MARCEL …..
    On se tient

  10. wara 20 octobre 2018 at 16:41 -

    @Mantape

    Dans l’urgence de retrouver mes ouvriers en ce début de week-end, je n’ai pas relu mon post.

    Bien sûr que c’est BODO Maier. Celui qui était dans les buts lors du dernier match contre Bassam à Gozo. Le match qui donna le 1er titre de champion au Sporting. Bassam refusa d’entrer au stade par le grand portail préférant passer par le mur… Alors qu’ils n’étaient ni premier ni deuxième ou même troisième du classement.

    Bodo était plus petit physiquement que son grand frère KOUAME Kouakou aussi doué avec qui il partageait les temps de jeu.

    Bodo était là bien avant Bodoua, Digbeu Denis, le gifleur Alain Gouamené (il parait que sa cote a subitement augmenté depuis quelque temps), Ali Doumbia, Cissé etc. Gagnoa est une école de football.

  11. wara 20 octobre 2018 at 17:00 -

    CI 84 COMME SI VOUS Y ETIEZ

    Que de souvenirs cette CAN 84 ! Dans cette année de délestage électrique.

    Les Éléphants venaient s’entraîner sur le stade flambant neuf du Campus de Cocody. Oui nous étions a cette époque les enfants gâtés de la République…

    Parmi ces internationaux mon pote Mel Meledje Théodore le gardien volant du Stade d’Abidjan et de Yop City.

    Dans le public on y retrouvait des anciens. Je revois et helas pour la dernière fois, le Général Akran Jean Baptiste AKASSOU…

    Je revois encore cette ruée des ivoiriens sur la RTI pour entendre les dirigeants sportifs s’expliquer après la deconvenue. Avant que Feu Boigny lui même n’intervienne pour calmer le peuple meurtri et nous donner rendez vous à Égypte 86. Écoutez bien la chanson de Gadji Saint Jo…

    Mais que pouvait le tres respecté Brizoua Bi face aux ZS, Maître Mondon Konan Julien et autres puissants patrons de club ? Ceux la faisaient et défaisaient l’équipe.

    De leur temps Diallo le locataire de la maison de verre de Treichville (QUI Y CROIT ?) aurait été dégommé sans attendre la FIFA.

    Non mon cher Bouazo !

    La CAN 84 a existé et elle a été vécue pleinement.

  12. DEKANI 20 octobre 2018 at 19:23 -

    @Coigny
    Je pense que Yamoussoukro présente l’avantage d’être plus proche d’Abidjan et peut donc profiter des Abidjanais dans les tribunes.

  13. Coigny 20 octobre 2018 at 20:46 -

    @DEKANI,
    C’est une position qui se défend. Mais entre nous, avec le désamour installé entre les Ivoiriens et leur équipe nationale d’une part (merci Sidy Diallo !!!), et d’autre part le désintérêt pour le championnat national au profit de la Liga, de la Séria A et de la Premier League… même les Abidjanais ne vont plus au Félixia, à plus forte raison sacrifier le prix d’une semaine de garba pour aller à Yakro. Elle est lointaine, la passion des derbys Asec/Africa, qui se jouent aujourd’hui devant des gradins vides.

  14. fran6 20 octobre 2018 at 22:37 -

    Beaucoup croiront que je fais digression en parlant de ça ici. Ok je le leur concède. Mais faute de faire digression, je pense que ce gouvernement essai de faire diversion. L’actualité de ce pays, c’est ces élections catastrophiques qui ont fait des morts et qui reposent la problématique d’une réforme urgente de la CEI.

Laisser un commentaire