Côte d’Ivoire: Les acheteurs véreux de l’hévéa prolifèrent à cause de la mévente

Mis en ligne par La Rédaction | vendredi 9 Nov 2018

La mévente de l’hévéa a engendré une prolifération d’acheteurs véreux de caoutchouc naturel bord champ qui achètent, aux producteurs, le kilogramme à 175 francs ou à 200 francs CFA, au lieu du prix officiel du kilogramme qui tourne autour de 265 francs CFA, a appris l’AIP auprès des producteurs.

La Société des caoutchoucs de Grand-Béréby (SOGB), la seule à exploiter le caoutchouc naturel dans la région, après plusieurs semaines de grève de ses agents, refuse d’acheter la production des planteurs qui passent parfois des jours voire des semaines devant le portail de cette société, obligeant ces derniers à se tourner vers les acheteurs privés. La mévente de l’hévéa dure depuis plusieurs mois.
AIP

Les revenus des producteurs passent de 40 milliards à 100 milliards FCFA (ministre)

22 octobre 2018 (lepaysan.ci) Les revenus distribués aux producteurs ivoiriens de la filière hévéa sont passés de 40 milliards FCFA en 2008 à 100 milliards FCFA en 2017, a révélé Eugène Kremien, président de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC), lundi à l’ouverture à Abidjan, de la 37è édition de la Conférence internationale sur le Caoutchouc naturel (IRC 2018).

En présence du ministre de l’Agriculture et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly et de nombreux acteurs nationaux et en provenance de l’extérieur, M. Krémien a déclaré que « les revenus distribués aux paysans sont passés de 40 milliards FCFA en 2008 à 100 milliards FCFA en 2017 ».

« C’est la récompense de dure labeur de nos paysans », s’est félicité le président de la structure régulatrice de la filière, ajoutant que le pays « se positionne au premier rang africain avec plus de 70% du caoutchouc du continent, avec une production de 603.000 tonnes au 31 décembre 2017».

Selon Eugène Krémien, « la Côte d’Ivoire ambitionne de produire 720. 000 tonnes, cette année là où le gouvernement s’est fixé comme objectif 600.000 tonnes en 2020 ». Un chiffre que le ministre de l’Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly a attesté en précisant que « le nouveau objectif dans les cinq prochaines années, est de produire 2millions de tonnes de caoutchouc naturel pour consolider notre rang», grâce au Programme national d’investissements agricoles (PNIA II).

« En corrigeant les quelques disfonctionnements dans la commercialisation, nous le pouvons », a ajouté M. Coulibaly, révélant à son tour que « l’ensemble des revenus des producteurs de toutes cultures confondues est passé de 3400 milliards FCFA en 2012 à 6400 milliards FCFA en 2017 ».

Par ailleurs, Mamadou Sangafowa Coulibaly s’est réjoui de la tenue pour la deuxième fois sur le sol ivoirien de la Conférence internationale sur le caoutchouc naturel après celle de 1976. « C’est un privilège et un honneur pour la Côte d’Ivoire d’être le seul pays en Afrique à abriter cette conférence qui se tient habituellement en Asie », s’est-il félicité.

Outre le thème central « Contribution de l’industrie du caoutchouc naturel au développement socioéconomique et à la préservation de l’environnement », 300 acteurs mondiaux de la filière (producteurs, chercheurs, acheteurs, transformateurs de caoutchouc… », présents à Abidjan, animeront des panels autour de différentes thématiques de la filière.

Source : APA

Commentaires Facebook

Commentaires

Laisser un commentaire