“Gilets jaunes”: 125 000 manifestants arrêtés en France, 1 385 interpellations

Mis en ligne par La Rédaction | samedi 8 Déc 2018

Anne Hidalgo déplore “des scènes de chaos” à Paris

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a déploré ce soir “des scènes de chaos” dans la capitale et des “dégâts incommensurables” pour l’économie et l’image de la ville, à l’issue de la mobilisation des “gilets jaunes”.

Des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans plusieurs quartiers de la capitale, notamment sur les Champs-Elysées et place de la République.

lES FAITS DE LA JOURNÉE EN BREF

Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a annoncé en fin de journée 125 000 manifestants en France, et 1 385 interpellations sur tout le territoire (dont 920 à Paris).
Les manifestants étaient encadrés par 89 000 personnels des forces de l’ordre, déployés dans tout l’Hexagone, dont 8 000 à Paris, ainsi que douze blindés de la gendarmerie.
En France métropolitaine, on compte près de 200 blessés (dont 126 à Paris). Parmi les blessés, 17 faisaient partie des forces de l’ordre.

Si les manifestations du 24 novembre et du 1er décembre se sont concentrées autour de la place de l’Etoile et dans l’Ouest parisien, de nouveaux lieux de rassemblement ont été désignés pour la première fois dans l’est et le sud de la capitale, mais aussi à Saint-Lazare. Aux Champs-Elysées, la situation est restée calme toute la matinée. Puis, les cortèges se sont disséminés dans tout le nord-ouest de Paris.

A Lyon, les gilets jaunes ont rejoint la marche pour le climat, et quelque 7 000 personnes ont défilé. A Bordeaux, ils étaient près de 2 000 à manifester avant que le cortège ne soit scindé puis encerclé par la police, et que la situation ne dégénère en fin d’après-midi. Des heurts ont également éclaté à Toulouse, Nantes et Marseille. La manifestation a été plus calme à Lille et à Rennes.

La majorité des principaux lieux culturels parisiens, dont de nombreux musées publics et privés, seront fermés. Les grandes scènes parisiennes ont annulé leurs représentations.

Source: Lemonde.fr

Commentaires Facebook

Commentaires

1 Commentaire ... participez vous aussi à la discussion.

  1. marianne 9 décembre 2018 at 07:52 -

    Bon on résume.

    Les casseurs c est la branche armée des gilets jaunes.
    Ceux ci appliquent une doctrine bien française en Afrique. Car si c était seulement les marches macaron en bon dirigeant autiste à force de fréquenter nos leaders était tranquille à l Élysée.

    Comme en Afrique quand il y a une rébellion après un semblant de soutien aux institutions, l opposition en profite pour poser ses conditions de retour au banquet public.

    Comme en Afrique c est les médias français qui se chargent d amplifier la révolte.

    Il ne reste qu’ au pays président du conseil de sécurité de l onu de convoquer de toute urgence, devant l usage disproportionné de la force (blindés contre manifestants aux mains nus pacifiques) pout une déclaration invitant le régime français a la retenue, au respect des droits de l homme et au dialogue inclusif …. au risque d être mis au chapitre 7.

    Les pays africains devraient suivre la situation de prêt et être prêt en plus des consignes de sécurité à rapatrier leurs ressortissants.

Laisser un commentaire