Côte-d’Ivoire: Gbagbo et Blé Goudé resteront en prison au moins jusqu’en février (requête acceptée)

 

Info brève on l’apprend à l’instant


La chambre d’appel de la CPI vient de faire droit ce vendredi à la requête d’appel du bureau du procureur de garder Gbagbo et Blé Goudé en detention. 


Une délibération est attendue en février.

 

Plus d’infos suivront 

 

Communiqué de presse : 18.01.2019

 

La Chambre d’appel de la CPI maintient Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en détention et programme une audience sur leur détention le 1er février 2019

 

La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour »), à la majorité, les juges Howard Morrison et Piotr Hofmański joignant une opinion dissidente, a décidé que M. Laurent Gbagbo et M. Charles Blé Goudé resteront en détention dans l’attente de la décision de la Chambre d’appel sur l’appel de l’accusation contre la décision de la Chambre de première instance I concernant la mise en liberté de M. Gbagbo et M. Blé Goudé suite à leur acquittement.

 

La Chambre d’appel a suspendu l’effet de la décision de la Chambre de première instance I sur la mise en liberté de M. Gbagbo et M. Blé Goudé et a programmé une audience, le 1er février 2019, pour entendre d’autres arguments sur cet appel. La Chambre a ordonné la présentation du mémoire d’appel du Procureur au plus tard le 23 janvier 2019 ainsi que les réponses y afférentes de M. Gbagbo, M. Blé Goudé et des victimes participant à la procédure au plus tard le 29 janvier 2019.

…fin…

DÉFAITE JURIDIQUE ET MANIPULATION POLITIQUE

La panique est générale et totale. La décision d’acquittement de toutes les charges et de libération immédiate de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé a mis KO tous les détracteurs et adversaires. Fatou Bensouda, procureure de la CPI, les poursuivait de la Cour, et on l’oublie, pour la planification d’un « plan commun » afin d’exterminer les partisans d’Alassane Ouattara et conserver, coûte que coûte, le pouvoir. Elle a lamentablement échoué. La faiblesse du dossier et l’absence criante de preuves n’ont pas plaidé en faveur de l’Accusation. La nouvelle stratégie est d’exhiber le nombre de morts de la guerre post-électorale pour crier son indignation. Au premier chef, Alassane Ouattara. Il est défait. Le 6 août 2018, il a pris des ordonnances d’amnistie en faveur de certains prisonniers politiques ou exilés dont Mme Simone E. Gbagbo. Mais alors qu’une réaction de satisfaction était attendue parce que la décision de la CPI participe du processus de retour de la paix en Côte d’Ivoire, le chef de l’État freine des quatre fers. Contre mauvaise fortune, Ouattara ne fait pas bon coeur. Les membres de son équipe gouvernementale ruent dans les brancards, brandissant la condamnation par contumance de Gbagbo à 20 ans par la justice ivoirienne et soumettant son retour au pays à des négociations. Le chef de l’État lui-même, qui croyait avoir définitivement neutralisé un adversaire politique encombrant, attaque en ayant « une pensée pour les victimes et les assure de son soutien ». Il annonce « des mesures additionnelles au plan matériel et financier en vue de les soutenir davantage ». C’est une technique habile et rôdée pour repasser le couteau dans la plaie et susciter des manifestations qui ne sont, naturellement, ni interdites ni dispersées pour manipuler l’opinion internationale. Les conseils de l’État ivoirien, tous du barreau de Paris, sont eux aussi défaits. Après avoir mordu la poussière, ils s’agitent et dénoncent la décision de la CPI qui « marque un désaveu de la communauté internationale ». Ce sont des cris d’orfraie d’impuissants. Le chef de classe de ladite communauté internationale, les USA et leur président Donald Trump, ne reconnaît même pas la CPI contre laquelle il ferraille. Pour la première puissance mondiale qui n’a jamais ratifié la création de ce « machin », la CPI est « inefficace, irresponsable et carrément dangereuse ». « Nous n’abandonnerons jamais la souveraineté américaine à une bureaucratie mondiale non élue et irresponsable », a déclaré Trump pour encourager tous dans le boycott d’une Cour « sans légitimité ». « Nous laisserons la CPI mourir seule. Après tout et pour ainsi dire, la CPI est déjà morte à nos yeux », a conclu John Bolton, conseillet à la Sécurité nationale de Trump. Croulant sous le poids de Laurent Gbagbo, la CPI donne des signes évidents d’essoufflement avec un bureau du procureur, incompétent et dépassé. F. M. B.

Facebook Comments

7 thoughts on “Côte-d’Ivoire: Gbagbo et Blé Goudé resteront en prison au moins jusqu’en février (requête acceptée)

  1. Non mais ces gens là nous prennent pour des bêtes.

    Les mêmes qui disent que ouattara doit leur remettre Mme Gbagbo parcequ ils ne reconnaissent pas qu’ il décide de ne plus envoyer d ivoiriens à la cpi, prennent cet argument pour s opposer à la libération d un homme reconnu non coupable.

    Vous pensez honnêtement qu’ un pays qui a une justice comme les pays occidentaux peut accepter de laisser juger ses ressortissants par une juridiction qui te maintient en prison parce que tu es populaire dans ton pays où qui te maintient en prison bien que tu sois déclaré non coupable???

    Ils ont tout prévu pour garder en prison quelqu’un qu’ ils ne veulent pas libérer.

    Nous on sait une chose: comme tous ceux qui ont suivi les témoignages, comme tous les observateurs, personne n a pu porter un début de preuve qu’ un quelconque plan commun.

    Le reste c est du ridicule. Personne à ma connaissance ne songe à attaquer qui que ce soit ni un quelconque pouvoir. Nous on veut que Gbagbo et blé rentre pour qu’ on se réconcilie.

    Si en 2020 je dois mettre un bulletin je le mettrai que Gbagbo soit la ou pas.

  2. Comprendre les enjeux. Le régime à l’agonie en Côte d’Ivoire souhaite, en plus d’un état de grâce politique qui a couru de 2011 à 2019, souhaite donc rempiler. Ça ferait vraiment désordre de leur point de vue, une entrée de Gbagbo sur l’échiquier politique, avec déjà les défections du PDCI et de Soro (qui emmènera avec lui dans son escarcelle une partie non-négligeable du RDR). C’est ça, et rien d’autre, cette agitation dont les ficelles bien grosses et bien visibles remontent jusqu’à Abidjan.

    Le Rassemblement des Voleurs de Logo a sa mire fixée sur le 26 Janvier, et tout ce qui amenuiserait la portée de cet événement doit être « géré » au mieux de cette date, qui doit amorcer le début de la technologie électorale permettant à Ouattara de rempiler pour 2020-2025. Le problème est que d’anachronismes en anachronismes, le procès Gbagbo crève le plafond du ridicule en matière judiciaire (on en a vu des pas mal aussi, au tribunal du Plateau) : garder en prison 2 hommes acquittés. Les écoles de droit dans les décennies qui viennent, auront vraiment matière à digresser entre 2 cours. Keskonsmarre !

  3. Pleurnicheries et autres cochonneries reprennent de plus belle après une seconde jouissance inouïe en l’air à Gagnoa !!!

    Yako…rendez-vous pris pour février !!!

    Allons à Tipadipa !!!!

    Krrrr krrrr krrrr…

    té ande

  4. @tilalia

    personne ne peut décider de quel ivoirien a le droit de rentrer ou pas en côte d ivoire.

    Moi je n ai pas voté en en 2015. Mais vous pouvez être sûr que Gbagbo ou pas on votera en 2020.

    Trop c est trop. Votre apprenti sorcier vous jouez avec les ivoiriens la ça va finir.

    Adjoumani qui dit qu’ il a des preuves sur France24, pourquoi il n est pas aller témoigner à la cpi au lieu de ces 84 plaisantins??

    Un pouvoir minoritaire qui utilise toute sortes d artifices pour forcer le destin, voici à quoi se résume ce fameux parti qui selon un célèbre journaliste, paix à son âme, de l époque drainait un monde fou de badauds à sa création.

  5. >Pleurnicheries et autres cochonneries reprennent de plus belle après une seconde jouissance inouïe en l’air à Gagnoa !!!

    L’intellectuel du Rassemblement des Voleurs de Logo a parlé ! Ça vole très haut de ce côté-là : altitude raz des des pâquerettes 🙂

  6. Donc dans ce monde de 2019 pour la cpi c’est la libération de Gbagbo qui consiste le plus gros scandale ? Le plus grand danger pour lequel on ne doit pas le libérer.?

  7. Un conseil au petit cochon de Kôkôti@Coigny-kro …

    Désormais faites comme Saint Thomas. Avant de jouir à gogo dans les décharges où vous fouinez toujours votre groin…attendez d’abord que l’avion du christ de mama atterrisse à Gagnoa … et surtout prenez le soin de vérifier qu’il a sa machette avec lui !!!

    Krrrr krrrr krrrr….

    CANCRE (en majuscule svp) !!!

    té ande

    té ande

Ajoutez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.