Pénurie d´eau à Abidjan-un déficit estimé de 150 000 m3/jour à l´origine du problème

Plusieurs quartiers d’Abidjan connaissent des difficultés d’approvisionnement en eau potable. L’origine de ces problèmes a été dévoilée par le directeur technique de la Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (SODECI), Aka Akpa Olivier. C’était à l’occasion de la visite du château d’eau de la Djibi, dans la commune de Cocody. M. Aka Akpa a indiqué que ces difficultés sont de divers ordres. Il a expliqué que des difficultés dans certains quartiers de la ville d’Abidjan sont liées au fait qu’il y avait des travaux dans ces zones. « C’est par exemple les quartiers  »Lauriers » sur la route de Bingerville. On était en train de réaliser un nouveau forage dans ce quartier pour améliorer la production d’eau potable », a mentionné le directeur technique de la SODECI qui a fait remarquer qu’il y a des quartiers qui, de façon structurelle, connaissent des problèmes récurrents d’approvisionnement en eau potable. A titre d’exemple, il a cité les quartiers situés au niveau de Gonzagueville, « qui ont très souvent des difficultés parce que l’ouvrage qui produit l’eau est saturé ». Un autre problème qui explique la pénurie d’eau à Abidjan, c’est malheureusement, selon M. Aka Akpa, les inondations résultant des fortes pluies. « Dans ce cas de figure, on est obligé par précaution, d’arrêter le fonctionnement des ouvrages », a-t-il fait savoir. C’est aussi ce qui a provoqué la pénurie d’eau dans les quartiers comme Marcory, Gonzagueville et Port Bouët. Ces quartiers situés dans le sud de la ville d’Abidjan sont alimentés, selon M. Aka Akpa, à partir d’un forage qui se trouve sur la route de Bingerville et qui a été inondé. « Il y a des forages qui sont inondables. Les fortes pluies, comme ça a été le cas en juin 2010 dernier, nous ont obligé à arrêter les ouvrages ». Les autorités ivoiriennes ainsi que le fermier qui est la SODECI ne restent pas les bras croisés face à cette situation. La preuve, les difficultés par exemple au niveau de la commune de Yopougon, sont en train d’être résolues. « Les travaux de réalisation des forages vont démarrer, par contre les travaux de réalisation des stations de traitement sont en attente », a indiqué M. Aka Akpa. Il y a aussi la livraison prochaine du château d’eau et de la station de traitement de la Djibi qui viendra régler une bonne partie des difficultés en produisant 15 000 m3 d’eau par jour. Le gouvernement ayant pris l’engagement de payer ses factures, il peut avoir également un mieux-être au niveau des ressources financières. Faut-il le noter, la nappe d’Abidjan a une limite qui est de 400 000 m3/jour. Aujourd’hui, cette nappe est exploitée à 330 000 m3/jour. La demande, quant à elle, est estimée à 500 000 m3/jour. Aujourd’hui, on produit difficilement 350 000 m3/jour. Soit en gros un gap de 150 000 m3/jour qu’il faut rattraper.


Irène BATH
L’Inter

Commentaires facebook

Publié par bleble