Transport / Aéroport Félix Houphouët-Boigny: Début de règlement du problème des hôtesses, mais…

Une contribution du député Mamadou Ben Soumahoro parue récemment dans nos colonnes, dénonçait la mauvaise diction des hôtesses de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. Un anglais approximatif qui provoquait à l’en croire, une gène à cause des sons désagréables qui s’apparentaient au bruit produit par des vuvuzela, ces instruments tant décriés lors du récent mondial de football en Afrique du Sud. Depuis lors, force est de reconnaître qu’il y a eu une amélioration au niveau des annonces et de la diction des hôtesses. Des changements qui donnent de la crédibilité à l’ aéroport de Côte d’Ivoire. Toutefois l’équipement de la sonorisation à l’aéroport doit être amélioré pour aider les hôtesses à mieux travailler. L’aéroport d’Abidjan souffre par ailleurs d’un problème d’équipement qui, depuis déjà des mois, ne lui permet pas de répondre aux attentes édictées par le ministère des Transports des USA. Depuis quelques semaines, en effet, le scanner au niveau du fret semble manquer de performance et d’éfficacité.

Cet appareil permet de visualiser, grâce à un système d’imagerie, l’intérieur des bagages des passagers afin de détecter tout produit illicite. Pour des questions sécuritaires, les USA imposent même à des pays nantis de se doter de scanners à rayon X permettant de voir sous les vêtements. Alors quand un ‘’simple’’ scanner pour détecter de la marchandise illicite dans des bagages de passagers n’est pas performant, il faut douter que le pays de l’Oncle Sam donne son approbation pour ladite certification. Ce problème amène les douanes ivoiriennes à travailler manuellement. Comme conséquences, on a toutes les dérives comme le racket, la corruption, l’insécurité du fait que de nombreuses marchandises prohibées pénètrent ou sortent du territoire ivoirien. Un autre problème est par contre récurrent depuis des dizaines d’années. Il s’agit de l’absence de chiens renifleurs. Ces animaux capables d’aider les policiers ou les douaniers à déceler armes, drogues, et autres produits illicites, ne sont plus à la disposition de l’aéroport.

Selon un soldat qui a témoigné sous le sceau de l’anonymat, « la formation et l’entraînement de ces animaux reviendrait à des dizaines de millions de FCFA ». Trop cher pour nos autorités, malgré les immenses services qu’ils auraient pu rendre

Olivier Guédé
L’intelligent d’Abidjan

Author: bleble