« Il n’y aura rien » – Pourquoi Gbagbo est si confiant

Jonas BAIKEH in Soir Info

Le discours du chef de l’Etat, à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de l`accession de la Cote d’Ivoire à la souveraineté nationale continue de susciter des commentaires. Laurent Gbagbo était si confiant…


« Nous ferons les élections et il n`y aura rien! », a déclaré Laurent Gbagbo, président de la République de Cote d’Ivoire, le 7 aout 2010, au palais présidentiel au cours de la cérémonie de prise d`armes marquant le clou des festivités relatives au cinquantième anniversaire de l`accession de la Cote d`Ivoire à la souveraineté nationale. Dans son speech Laurent Gbagbo s`est montré pour le moins très rassurant, répétant presqu`en chœur avec le public, « il n`y aura rien ». Sur quoi se fonde-t-il? « C`est bien son rôle, en tant que chef de l`Etat. Il lui appartient de rassurer ses concitoyens et la communauté internationale sur le fait que les élections à venir peuvent se tenir sans problème », a fait remarquer un observateur averti de la vie politique ivoirienne. Pour lui , il est tout à fait normal que le chef de l`Etat ôte des esprits la psychose liée de la violence que l`on déplore en de telles circonstances. Aussi, Gbagbo s`était-il étonné de s`entendre dire que des entreprises de négoce, dans le domaine du cacao notamment, achetaient à tour de bras, d`énormes quantités de ce produit en prévision des heurts qui pourraient subvenir pendant la période électorale. « Bon, c`est bien pour les paysans qui se font du sous, mais dites- leur qu`il n`y aura rien », a-t-il commenté. Le chef de l`Etat entendait ainsi calmer les inquiétudes des populations et de ces opérateurs économiques. Par ailleurs, cette assurance de Laurent Gbagbo est sans doute, liée à l’emprise qu`il a sur son armée. Laquelle lui a, à mainte reprises, témoigné la loyauté. Les patrons des différentes unités des Forces de défense et de sécurité (Fds) ont été, en retour, largement récompensés. Plusieurs parmi eux ont été promus à des grades supérieurs. Il pourrait alors dormir tranquille puis qu`il a dans la poche ces militaires. S`il est si confiant c`est qu`en grande partie, il sait pouvoir compter sur son armée, au sud. Au nord, des éléments des Forces armées de Forces nouvelles ont également été contenté. Des éléments des Fafn ont bénéficié des grades du chef suprême des armées. Mieux, ont noté des observateurs, la vision de cette armée n`est plus à la belligérance mais plutôt à la réunification. Soumaila Bakayoko et ses hommes, on peut le dire, n`ont plus vraiment à cœur de prendre le maquis. Au total, plan militaire, Laurent Gbagbo a moins de soucis avec la grande muette. Fort de cet appui, Gbagbo voudrait donner un signal fort à l`endroit des petits malins voudraient profiter de la situation pour semer le troubles à l`occasion des élections. Un tel projet ne saurait prospérer et les auteurs seraient vite mis sous l`éteignoir. En sus, le « il n`y aura rien » du président Gbagbo, peut s`analyser comme une pierre que le candidat de la majorité présidentielle jette dans le jardin de ses adversaires politiques. Une opposition qu`on qualifie (à tord ou à raison) d`amorphe, d`autiste et d`aphone; incapable de lui tenir la dragée haute. « Il n`y a rien en face », comme disent ses partisans. L`opposition au chef de l`Etat, qui n`existe que de nom, dit-on, ne saurait constituer pour lui, un obstacle majeur pour avoir manqué le coach à de nombreuses occasions. Pour lui, le rapport de force sur le terrain est largement en sa faveur. Il en va de même pour la communauté internationale qui ne lui a pas fait beaucoup de cadeaux et qui accentue sa pression, réclamant la tenue de ces élections. A ces pourfendeurs extérieurs le chef de l`Etat rétorque que la Cote d`Ivoire peut s`offrir des consultations électorales sans qu`elle ne brule. « Il y en a qui font comme si les élections de Côte d’Ivoire les intéressent plus que nous. Je ne comprends pas. Les élections de Côte d’Ivoire règlent d’abord nos problèmes. Donc, c’est nous que cela intéresse. Nous n’avons jamais connu de retard dans les élections. Si cette fois-ci, nous en connaissons, c’est qu’il y a quelque chose ! Il faut que les gens se calment ; qu’ils nous regardent régler nos problèmes. Et, nous sommes capables de les régler », avait-il ajouté.

Commentaires facebook

Publié par bleble