Abobo : Liste électorale provisoire – 14.591 fraudeurs démasqués par le Fpi

La liste électorale provisoire de la commune d’Abobo, au terme du contentieux qui vient de s’achever, s’est révélée une véritable niche de présumés fraudeurs dont 14.591 ont été démaqués cette semaine par le responsable des opérations électorales de la majorité présidentielle, M. Bamba Youssouf. C’est cette révélation qu’il nous a faites hier jeudi 12 aout 2010 à son bureau d’Abobo, un des quartiers populeux du nord d’Abidjan. Ces présumés fraudeurs sont passés à la trappe des recherches et croisements menés à partir des registres d’état civil issus des communes d’Abobo et d’Anyama, révèle M. Bamba Youssouf, par ailleurs Fédéral Fpi (Front populaire ivoirien) des deux communes citées. Les personnes suspectées seraient originaires de certains pays de la Cedeao dont l’accusateur s’est poliment gardé de nommer. Il n’a pas non plus mis en cause un parti politique d’être derrière ces présumées fraudes. Au demeurant, il a affirmé que des actions visant la radiation de ces présumés fraudeurs ont été engagées, notamment auprès de la commission électorale indépendante (Cei), sans succès. De fait, la Cei d’Abobo a été saisie de 3000 requêtes en radiation de ces présumés fraudeurs. Mais toutes ces requêtes ont été frappées d’irrecevabilité, pour la simple raison « qu’elles ont été introduites au dernier moment » souligne M. Bamba Youssouf, citant les responsables locaux de la Cei. Il a ajouté que certains fraudeurs démasqués donnent, depuis quelques jours, dans des menaces de mort, pour faire éteindre l’action de radiation qui les vise. Ainsi, M. Abolé Emolo, comptable au trésor, un des responsables du camp présidentiel ayant conduit les recherches, aurait-il été menacé de mort, directement par ces individus. Quoi qu’il en soit « nous ne reculerons pas devant ces menaces » martèle M. Bamba Youssouf. Cette action devrait, selon lui, se poursuivre devant les tribunaux au cas où leur requête ne trouverait pas satisfaction auprès de la délégation départementale de la Cei. Signalons que la commue d’Abobo présente un enjeu de taille, notamment pour Laurent Gbagbo et Alassane Dramane Ouattara. La mairie, par l’entremise de M. Adama Toungara, est aux mains du Rassemblement des Républicains ( Rdr) tandis que les cinq postes de député sont détenus par le Front populaire ivoirien ( Fpi), à travers Mme Simone Ehivet Gbagbo, Diéty Félix, Ahnin Ahnin et Ahoké Patrice.

Armand B. DEPEYLA
Soir Info

Author: bleble