Filière CAFÉ-CACAO – Le procès des barons en prison s’ouvre le 6 septembre prochain

L’information émane de sources judiciaires, le procès tant attendu des barons de la filière café-cacao détenus depuis le 18 juillet 2008 à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) s’ouvrira le lundi 6 septembre prochain au palais du tribunal de 1ère Instance d’Abidjan. Un huissier de justice commis par le tribunal a commencé, depuis vendredi dernier, à signifier aux accusés cette décision. “Ils ont été informés dans leur large majorité. Il reste quelques-uns qui le seront à partir de demain (ce lundi)”, soutient une source proche du dossier. En effet, le 11 août 2007, le Président de la République, Laurent Gbagbo, a instruit le procureur de la République, Raymond Tchimou, aux fins d’ouvrir une enquête sur la filière café-cacao qui bruissait de rumeurs de détournement de fonds. Très attaché au bien-être des planteurs café-cacao à qui le chef de l’Etat veut que la libéralisation de la filière profite, il a voulu par cette saisine du procureur éclairer l’opinion publique nationale et internationale sur la véracité ou non des allégations véhiculées. Pendant plusieurs mois, le procureur Tchimou et son équipe ont mené, en Côte d’Ivoire comme à l’extérieur, les investigations dans le cadre de l’enquête. Le doyen des juges d’instruction, Ladji Gnakadé, s’est également investi pour l’éclatement de la vérité dans cette affaire. Cinq chefs d’accusation ont été retenus contre Henri Amouzou, Tapé Do et les autres responsables de la filière. A savoir détournement de fonds, abus de confiance, abus de biens sociaux, faux et usage de faux en écriture de banque ou de commerce. En attendant que l’écheveau soit démêlé dans l’affaire de la filière café-cacao, le Président de la République a pris des décisions importantes pour permettre à la filière de poursuivre son fonctionnement. C’est ainsi que le 21 septembre 2008, le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, a mis en place un comité de gestion de la filière café-cacao et nommé par décret N°2008-261, les membres de ce comité dirigé par M. Gilbert Anoh Bouah. Il a également créé un secrétariat permanent auprès du comité de gestion. C’est M. Martyrs Djikalou qui le dirige. Le communiqué du conseil des ministres daté du 21 septembre 2008 expose clairement l’action du Président Gbagbo relativement à la filière. “Les remous observés ces dernières années dans la filière café-cacao et les accusations récurrentes de détournements importants de fonds dans la presse nationale contre les dirigeants des structures de ladite filière, ont amené le Président de la République, S.E.M. Laurent Gbagbo, à instruire le Procureur de la République près le Tribunal de Première instance d’Abidjan Plateau, aux fins de diligenter une enquête sur ces graves accusations. C’est ainsi qu’une information judiciaire a été ouverte et que de nombreux dirigeants et autres responsables de ces structures ont été placés sous mandat de dépôt. Par ailleurs, au plan administratif, de graves irrégularités ont été relevées, notamment en ce qui est de la forme juridique desdites structures, du caractère diffus et imprécis de leurs missions respectives, et des actes passés dans leurs différents organes sociaux. Pour arriver à résoudre l’ensemble des problèmes, une réforme de la filière café-cacao s’impose à présent. Mais, en attendant, vu l’urgence de la nécessité d’assurer le bon déroulement de la campagne 2008- 2009 qui démarre le 1er octobre 2008, il est impérieux de prendre des mesures conservatoires en mettant en place un système de gestion pour une période transitoire”. Le procureur Tchimou a remis tous les résultats de l’enquête au Président Laurent Gbagbo, le dimanche 25 juillet 2010. Didier Depry didierdepri@yahoo.fr

Notre Voie

Author: bleble