Marseille L’hommage à Didier Wacouboué

Didier Wacouboué (Photo Presse-Sports)

Ses proches étaient dans l’attente depuis la semaine dernière (lire La Provence des Sports du 14 juin). Mais l’imbroglio administratif qui bloquait le transfert de la dépouille mortelle de Didier Wacouboué, de Londres vers Abidjan, touche à sa fin. Le corps de l’ancien défenseur olympien, qui a succombé à un arrêt cardiaque il y a treize jours dans la capitale britannique, quittera vraisemblablement l’Angleterre en milieu de semaine et prendra directement la direction de la Côte d’Ivoire, où il sera ensuite enterré.


Il ne transitera donc pas par Marseille, comme la famille le désirait initialement. Un souhait impossible à réaliser puisque la loi française n’autorise pas l’escale d’une dépouille sans que celle-ci soit inhumée. L’OM, qui avait déjà déboursé 1 900€ pour les frais de rapatriement, prendra en charge les dépenses supplémentaires (de l’ordre de 600 à 700 €). Un geste financier bienvenu. Si le corps de Didier Wacouboué ne passera pas par la cité phocéenne, où le joueur – qui a porté les couleurs olympiennes de 1994 à 1996 – avait vécu une grande partie de sa vie, sa mémoire sera tout de même honorée dans les prochains jours à Marseille.

Une réunion d’informations avec la communauté ivoirienne sera tenue à ce sujet dimanche 22août, à 14h30, au restaurant « Le Fromager », rue du musée (dans le 1er arrondissement). La date et le lieu de la commémoration seront fixés à cette occasion. « Didier était apprécié par un très grand nombre de personnes », rappelle son père Aimé Niankoury. Un hommage amplement mérité sera alors rendu à celui que les supporters avaient tendrement rebaptisé « Waca ». Une étoile olympienne, disparue trop tôt, à seulement 36 ans.

Commentaires facebook

Publié par bleble