Novembre 2004 – Philippe Mangou fait des révélations: « Ce que le général Poncet m’a dit »

Le temple du Jubilé de Cocody de l’Eglise Méthodiste Unie de Côte d’Ivoire (EMU) a rassemblé du beau monde, le dimanche 15 août 2010. Et pour cause, une messe d’action de Grâces demandée par le chef d’état major des armées (CEMA), le général de corps d’armées Philippe Mangou, a été dite par le Bishop Benjamin Boni en présence du Président de la République et son épouse.


C’est le général Mangou en personne, qui a situé le cadre de cette messe spéciale. Selon lui, le 03 août dernier, le Président de la République par un décret l’a élevé au grade général de corps d’armée faisant de lui, le troisième officier à accéder à ce statut parmi les FANCI. Il s’agissait donc pour sa famille, ses amis et lui-même, à travers cette messe, de remercier le Chef d’Etat. Remerciements pour avoir cru en lui avant, pendant et après la crise qui a secoué le pays. En tant que fils d’un pasteur, le général Mangou a indiqué connaître suffisamment la puissance de Dieu. Pour preuve, a-t-il souligné, la tempête qui a abondamment soufflé sur la Côte d’Ivoire ne l’a pas écroulée, car Dieu avait sa main sur le pays et celui qui l’incarne, en l’occurrence le Président Gbagbo. Le CEMA a demandé aux dignitaires religieux, de prier pour l’unité et le retour effectif de la paix. Pour montrer la puissance de Dieu dans le processus de sortie de crise, il s’est adonné à un témoignage. « Lorsque le 23 novembre 2004, le Président de la République m’a nommé comme CEMA, nous venions de subir les bombardements de la Licorne et leurs chars occupaient Abidjan. Je devais aller discuter avec le général Poncet qui commandait les troupes françaises, afin que nos soldats continuent de travailler pour sécuriser nos positions. Lorsque je suis allé voir Poncet, il a d’abord fait une requête. Il a souligné qu’il savait que je suis un fils de pasteur et voudrait qu’on prie d’abord avant de commencer à discuter. C’est lui qui a sorti la Bible et nous avons prié. Le lendemain, les chars français quittaient nos rues », a révélé le général Mangou. Quant au Président Gbagbo, il a expliqué sa présence à cette cérémonie. Il dit être venu demandé à Dieu de donner au général Mangou ainsi qu’à tous les chefs militaires beaucoup de sagesse. Il a souligné que dans l’armée « plus on est armé et élevé, moins on est armé pour cerner les réalités ». Poursuivant, le Chef de l’Etat a affirmé que pour diriger les hommes armés, il faut qu’ils vous respectent. Cela passe par une attitude qui les pousse à vous respecter. « Il faut qu’ils aient confiance en vous. J’ai donc demandé à Dieu de donner à Mangou toutes ces qualités », a affirmé le Président de la République. A sa suite, le Bishop Benjamin Boni, président de l’EMU a souligné que l’une des expressions qu’on prend pour désigner Dieu est l’Eternel des Armées. Pour l’homme de Dieu, cette institution est soumise au Seigneur et, ce n’est que justice si le CEMA lui confie son destin. Le Bishop a affirmé que c’est Dieu d’abord qui élève. Aussi, il est important que ses fils reconnaissent son action à toutes étapes de leur vie. Pour finir, il a exhorté le général Mangou à continuer de travailler pour garder non seulement la confiance du Président de la République, mais surtout celle de la Nation et de ses troupes

Olivier Guédé
L’intelligent d’Abidjan

Commentaires facebook

Publié par bleble