Café-cacao – procès du 6 septembre: Les prévenus annoncent le grand déballage…

Le Nouveau Réveil – par ASSALE TIEMOKO

L’information majeure de ce début de semaine est sans doute l`annonce par la presse, hier, de la date du procès de la filière café-cacao. Lequel est prévu pour commencer le lundi 6 septembre 2010 au tribunal de 1ère instance d`Abidjan Plateau (tribunal correctionnel), pour certainement s`achever plusieurs semaines plus tard, tant l`instruction a été longue (plus de deux ans) et les charges retenues à l`encontre des prévenus, nombreuses. Si au sein du parquet près le tribunal d`Abidjan, l`on fait plutôt profil bas après les incroyables fuites qui ont permis la diffusion des réquisitions finales du procureur de la République dans la presse, du côté des prévenus à la Maca, l`annonce de la date du procès a été accueillie, selon une source très introduite, avec un immense soulagement. Même si selon cette source, seuls cinq prévenus ont reçu une citation à comparaître. « Le vendredi 13 août 2010, des huissiers sont venus ici à la Maca remettre à cinq détenus de la filière, une citation à prévenu pour se présenter à l`audience du tribunal correctionnel, le lundi 6 septembre 2010. Ces huissiers ont affirmé que les autres prévenus allaient recevoir dans les jours à venir, leur citation pour le même motif. « . Et notre source d`ajouter :  » Les otages du 18 juin 2008 (autre appellation des détenus de la filière en raison de la durée de leur détention provisoire), ont le moral très haut et ils sont tous sereins. Ils estiment que l`heure de la manifestation de la vérité a enfin sonné et que maintenant le plaignant dans cette affaire, ce n`est plus l`Etat de Côte d`Ivoire mais plutôt eux-mêmes. Qu`après plus de deux ans de violation de leurs droits, le tour est venu pour eux de s`exprimer publiquement, de démonter les audits bizarres, l`instruction uniquement à charge, de dénoncer ceux qui ont été soigneusement soustraits à la rigueur de la loi alors qu`ils ont les deux joues remplies de  » fèves  » de cacao, de dénoncer la publication du réquisitoire dans la presse. « . Joint au téléphone, l`un des avocats des détenus de la filière n`a pas également caché sa satisfaction :  » Je suis satisfait et je présume que c`est le cas pour tous les autres avocats. Depuis plus de deux ans, nos clients sont séquestrés et traités comme des coupables sans aucun droit. Le juge d`instruction a pris son temps pour faire son travail et il ne sera pas à l`audience. C`est une affaire qui va se passer à présent entre le parquet et les avocats, de façon publique et ça sera argument contre argument et je pense que la vérité va éclater enfin au grand jour. En tout cas, nous attendons cette date avec sérénité, surtout que les réquisitions du procureur ont déjà été publiées dans la presse et qu`il n`y aura pas de coup d`éclat ! ». De belles empoignades juridiques en perspective !

Author: bleble