Gagnoa Contentieux électoral – Des présumés fraudeurs en fuite – Un pasteur d’une église cité

Les audiences en radiation des présumés fraudeurs répertoriés sur la liste électorale provisoire par la cellule scientifique du Front populaire ivoirien (Fpi) suscitent un véritable vent de panique dans le camp des 4000 pétitionnaires visés. Si quelques courageux prennent le temps de se faire entendre par le tribunal de première instance de Gagnoa, ce ne sera pas le cas pour d`autres, notamment des gens connus pour leur activisme politique dans la capitale de la région du Fromager. Ces derniers ont opté pour la solution la plus facile en prenant le large. Il s`agit, par exemple d’un ancien chargé des archives au commissariat du 1er arrondissement de Gagnoa et par ailleurs membre de la Cei communale au compte d`une formation politique qu`il représentait dignement dans la ville natale du chef de l`Etat. Ainsi depuis le 06 Août 2010, il aurait disparu de Gagnoa après que son dossier a été découvert par la cellule scientifique du Fpi qui mène des recherches sur les présumés fraudeurs dans le département de Gagnoa. Lorsqu`il est joint au téléphone, il soutient qu`il se trouve à Korhogo alors que des sources font état de ce qu`il a regagné le Mali qui serait son pays d`origine. Au delà, il faut citer, l`un des tout premiers et bien connu transporteur de Gagnoa. Agé de 65 ans, cet homme aurait déserté son domicile familial du quartier St-Georges Port-Bouet de Gagnoa, pour échapper à la gendarmerie nationale jetée à ses trousses par le procureur de la République près le tribunal de première instance de Gagnoa, M. Zarou. Pour revenir aux radiations, notons que ce sont 53 pétitionnaires qui sont mis sous l`éteignoir par la justice dans la journée du 17 Août. Le pasteur d`une importante Eglise de la place figure sur cette liste des radiés. Au niveau de la sous-préfecture de Ouragahio, c`est le village de Dahiépa-Kéhi qui rafle la palme des cas de fraude détectés par le Fpi. En effet, lors de l`opération d`enrôlement, 612 pétitionnaires recensés dans la commune de Gagnoa et repérés sur la liste provisoire, se réclament des natifs du village de Dahiépa-Kéhi. Choqué par cette information, le chef de ce village, M. Djedjé Zahui Jérôme, a-t-on appris, a convoqué le 03 Août dernier une grande réunion élargie à sa communauté villageoise et aux autres communautés vivant dans sa circonscription. Il s`agit des communautés béninoises, burkinabés, guinéennes, baoulé, sénoufo, gouro et yacouba. Après avoir situé le cadre de cette rencontre, il a été donné lecture de tous les noms des 612 prétendus fraudeurs avec ceux de leurs parents respectifs. Malheureusement, souligne notre source, ces pétitionnaires ne sont connus de personne dans le village de Dahiepa-Kéhi, ni même par les chefs des différentes communautés étrangères et allogènes résidant dans ce village depuis environ un demi siècle. Un rapport a été rédigé par l`ensemble des participants et déposé auprès de l`autorité préfectorale de Ouragahio afin qu`il soit procédé à la radiation pure et simple de ces personnes, suivie de la destruction des registres d`Etat civil. Cette décision du chef aurait été acceptée à l`unanimité. Notons que le Fpi a installé la cellule scientifique, pour dit-il, dénicher tous ceux qui veulent passer par des raccourcis pour obtenir la nationalité ivoirienne dans le dos de l`Etat.


Guy NEZO
( Région du Fromager)
Soir Info

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires