Togo: Cité dans une affaire de femme avec Adébayor, Faure Gnassingbé porte plainte contre « L’indépendant-Express »

(AfriSCOOP Lomé) — Muet depuis la publication des informations autour d’une affaire de femme dans laquelle son nom et celui de Shéyi Adébayor sont cités, Faure Gnassingbé est enfin sorti de son silence. Il vient de porter plainte contre le confrère « L’indépendant-Express » pour « diffamation » et réclame un dédommagement de 100 millions de fcfa, sans compter une série de dommages et intérêts que l’hebdomadaire précité doit lui verser…

« Nous avons reçu ce 18 août un appel à citation provenant non pas de la présidence de la République togolaise, mais de Faure Gnassingbé en personne qui nous réclame de lui verser 100 millions de fcfa au titre de dédommagement pour avoir cité son nom dans des articles évoquant une affaire de moeurs », a confié à « Afriscoop » le directeur de publication de « L’indépendant-Express », Carlos Komlanvi Ketohou. « Le président de la République togolaise nous reproche de l’avoir diffamé en avançant dans nos colonnes que “l’affaire Edwige Badakou” dans laquelle son nom est également cité est l’une des raisons qui ont poussé Emmanuel Adébayor à mettre fin à sa carrière internationale », a ajouté Carlos Ketohou.

Faure Gnassingbé réclame, à travers la même démarche judiciaire, que « L’indépendant-Express » retire du marché les journaux dans lesquels l’affaire de femme sus-mentionnée a été publiée, ainsi que la publication par notre confrère de démentis dans trois différentes publications. L’« affaire de femme Adébayor-Faure » a vu le jour au début de second semestre 2010 à travers des « révélations » de « L’indépendant Express » (un hebdomadaire togolais). Dans une première parution, ce confrère n’a cité que les noms d’Emmanuel Adéyor et du président Gnassingbé dans le cadre d’une affaire de mœurs. Après une audience à la Haac (Haute autorité de l’audiovisuel et de la Communication), « L’indépendant Express » a ensuite révélé le nom de la femme au cœur de ce récit à l’eau de rose : Edwige Bakou (Miss Togo 2004) !


Quand Edwige Badakou fait couler de l’encre et de la salive

« Ce sont des allégations mensongères dénuées de tout fondement… La fille en question (ndlr : Edwige Badakou), je ne l’ai vue qu’une seule fois dans ma vie, en 2006. Ce fut dans un hall d’hôtel lors de la Coupe du monde en Allemagne…Je ne la connais ni d’Adam ni d’Eve », a réagi Emmanuel Adébayor, le 19 juillet dernier, au micro de notre confrère Tata Hounkanli. Dans la même sortie médiatique exclusive, l’actuel attaquant de Manchester City confiait : « Quand l’article a été publié (ndlr : pour la première fois), j’ai saisi la Haac. Je crois que la Haac a écouté “L’indépendant Express”. Mais, après son audition par la Haute autorité, il a réitéré les mêmes allégations avec une arrogance déconcertante dans le numéro qui a suivi de son torchon. De plus, j’ai lu sur des sites (d’information) que ces journalistes déclarent détenir des preuves de ce qu’ils avancent. Tu comprends très bien que j’ai plus d’autres alternatives que de demander à mon avocat de poursuivre les procédures judiciaires pour obtenir ces preuves que ces hommes de médias affirment détenir » !

Depuis les « révélations » de « L’indépendant Express », le chiffre de « 100 millions de fcfa » circule dans la presse togolaise comme étant la somme réclamée par l’attaquant togolais à l’hebdomadaire cité dans les lignes antérieures. « L’interview de notre confrère Hounkanli est un grotesque montage dont il est lui-même l’auteur. Mon journal ne fait en aucun cas l’objet d’une quelconque poursuite judiciaire », a cependant confié le 07 juillet dernier, confiant, Carlos Ketohou à « Afriscoop ».

La renommée de Mlle Badakou a pris une grande envergure quand elle a remporté, contre toute attente, la première édition du « Concours Miss Coupe du monde » en 2006, en Allemagne. Un concours mondial de beauté qui était une innovation des Allemands en matière d’organisation de la plus grande fête du ballon rond, puisque ce concours sus-cité a été couplé au lancement du 18ème Mondial durant l’été 2006. L’image de la « Miss Togo 2004 » sera depuis lors associée à la promotion des produits de l’unique société de téléphonie filaire de la « Terre de nos aïeux », « Togo Telecom », qui constitue une importante source de rentrée financière pour cet Etat ouest-africain.

Commentaires facebook

Publié par bleble