BLANCHIMENT D’ARGENT ET FINANCEMENT DU TERRORISME: Le Giaba et des journalistes africains mènent l’enquête

Dans le but d’aider la presse à mieux informer sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le Groupe intergouvernemental contre le blanchiment d’argent (Giaba) a organisé à Abidjan une session de formation pour permettre à des journalistes de l’espace Cedeao d’enquêter sur ces fléaux.

Des reporters francophones et lusophones de l’espace Cedeao ont reçu du 3 au 4 août dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire) une formation sur le journalisme d’investigation en blanchiment d’argent et financement du terrorisme. Cette session organisée par le Groupe intergouvernemental contre le blanchiment d’argent (Giaba) leur a permis de mieux appréhender ces deux fléaux. Présidant la cérémonie d’ouverture, Emmanuel Ahoutou, directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances de la Côte d’Ivoire, a salué les initiatives innovantes et ingénieuses du Giaba. Selon lui, la criminalité financière est un fléau grandissant auquel sont confrontées toutes les économies. Il a rappelé leur complexité et leur mutation avec l’usage des technologies de l’information et de la communication. « Un cadre concerté comme le Giaba est une exigence pour la recherche de l’efficacité », a expliqué M. Ahoutou qui espère que la rencontre permettra aux journalistes d’affiner leurs méthodes d’investigation.


Le Giaba, a estimé son directeur général Dr Abdullahi Shehu, a organisé la formation pour deux objectifs : d’une part sensibiliser des journalistes d’Afrique de l’Ouest pour des investigations en blanchiment d’argent et financement du terrorisme et, d’autre part, renforcer leurs capacités pour qu’ils puissent étudier ces fléaux afin de bien informer l’opinion et mobiliser la société. Le président du Réseau des journalistes lusophones et francophones de lutte contre le blanchiment d’argent (Rejoba), Moussa Traoré, a également insisté sur l’information et la sensibilisation.

Les participants ont écouté diverses communications suivies d’échanges sur les écueils à éviter, les expériences des uns et des autres, des études de cas, etc. Le journaliste Malick Diaw, directeur de la Communication de la Bicis et ancien chef du service Economie du quotidien Le Soleil, a exposé sur le thème « Méthodologie et techniques d’investigation journalistique en lutte contre le blanchiment d’argent et financement du terrorisme » et sur « Le cadre déontologique et le secret professionnel dans les enquêtes ». Le directeur de publication du bimensuel burkinabé L’Evénement, Germain Bitiou Nama, a abordé le « Rôle des médias dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme » ainsi que le journalisme d’investigation et la problématique de la lutte contre ces deux fléaux. Quant à Madické Niang du Giaba, il a présenté la mission, la vision et les objectifs de cette structure puis a exposé sur les infractions liées au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme.

Malick CISS
lesoleil.sn

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires