Côte d’Ivoire au sud les miliciens exigent un dialogue direct avec Gbagbo avant leur démantèlement

Les forces paramilitaires, communément appelés groupe d’autodéfense exigent de rencontrer le chef de l’Etat, avant d’accepter leur démantèlement. Cette révélation a été faite hier par Daniel Ouattara, à l’occasion d’une visite que lui a rendue Alphonse Soro, président de l’Alliance pour le changement( Apc).


« Je vous dis qu’avec les éléments des Forces armées des forces nouvelles, il est beaucoup plus facile de travailler parce que la communication se fait de façon régulière sur les normes militaires avec leur état major. Les groupes d’auto-défense qui se sont constitués en état major présentent un schéma beaucoup plus illisible. S’agissant de nos cibles, il y a trois acteurs principaux qui travaillent ici. C’est le Pnrc, le CCI et la force en question. Avec les Forces armées des Forces nouvelles, le CCI, l’état major et le Pnrc ont dû appliquer un mode opératoire qui n’a pas connu de difficulté avec les groupes d’auto-défense. Aujourd’hui la difficulté que nous avons avec eux, c’est qu’au regard des groupements sur le territoire, le CCI ne nous a pas encore donné la liste de ceux qui restent à démanteler et cela, pour des raisons que nous ignorons. Je retiens simplement qu’après que nous ayons répondu favorablement à des requêtes financières pour passer à la phase de démantèlement, il nous est revenu de leur côté qu’il conditionnait le démantèlement à une rencontre avec le président de la république et le Premier ministre. Cela ne relève pas de ma compétence. Vous comprenez que je ne gère pas l’agenda du président de la république, encore moins celui du Premier ministre. Je ne suis pas celui qui doit aller obtenir pour eux ces rendez-vous. Ce que je retiens et que j’attends est que le CCI m’invite à aller faire leur démantèlement pour que ceux des leurs qui doivent être pris en charge dans les projets et programmes de réinsertion le soient. Que ceux qui ne sont pas encore profilés puissent le faire parce que n’oubliez pas qu’aujourd’hui, nous avons un agenda très serré. Je profite pour appeler toutes nos populations cibles, aussi bien des Forces armées des forces nouvelles qui ont pris le devant par rapport à ce 31 octobre en proposant un chronogramme d’encadrement simultané et de démobilisation et les mouvements d’auto-défense , à donner une chance à la paix en Côte d’Ivoire. Nous sommes à leur côté pour les encourager et réussir ce défi. Car c’est un défi pour la Côte d’Ivoire que de réussir cette élection pour permettre de mettre tous ces milliers de jeunes au travail ».

Propos recueillis par Traoré M.Ahmed.
Nord-Sud

Commentaires facebook

Publié par bleble