Processus de sortie de crise – Wattao et ses éléments déterminés à aller au désarmement

1100 soldats des Forces nouvelles de la zone de Séguéla ont décidé d’entrer en caserne. A cet effet, une cérémonie est organisée ce matin dans ladite ville. Bien avant, le commandant Wattao a reçu hier, le drapeau de la Nation.


Après Korhogo, c’est au tour de Séguela de procéder à l’encasernement et à la démobilisation des éléments. Au total, 1100 soldats de l’ex-rébellion issus de Séguéla et de Mankono seront encasernés et démobilisés aujourd’hui vendredi. En prélude à cette cérémonie, le commandant Issiaka Ouattara alias Wattao a reçu hier, des mains du général Soumaïla Bakayoko le drapeau national. Il devient ainsi commandant de la zone 2 pour l’instruction des encasernés. Il doit le garder jusqu’à la fin de sa mission. La cérémonie s’est déroulée dans une ambiance bon enfant. Les soldats présents se disent prêts à aller au désarmement. Dans la mesure où cela est consigné dans l’Accord politique de Ouagadougou. “ Nous allons respecter la signature du Premier ministre Guillaume Soro. Rien ne s’oppose au désarmement. Dans tous les cas, nos chefs sauront défendre nos intérêts”.“ Il serait anormal que nous ne jouions pas notre partition. Le commandant Wattao nous a suffisamment expliqué les raisons de cette opération “ font-ils remarquer. Ils pensent que deux possibilités s’offrent à eux. A savoir : l’intégration de l’armée tout en remplissant les critères et la réinsertion dans la vie civile avec la prise en compte du financement des projets des futurs démobilisés. Tous en choeur soutiennent qu’il est temps de réunifier totalement le pays. Afin de faciliter non seulement le retour de la paix. Mais aussi mettre fin à la souffrance des populations. “Nous pensons que les Ivoiriens ne seront pas déçus. Dans tous les cas, nous n’avons pas le choix pour un développement durable de notre pays. Or, ce développement ne peut être possible que s’il y a la paix et la réunification”. En remettant le drapeau de la Nation au commandant Wattao, le général Soumaîla Bakayoko a tenu des propos clairs aux soldats : “ Désormais vous reconnaîtrez comme chef le commandant Wattao. Vous lui obéirez en suivant toutes les recommandations et règlements militaires. Sans oublier le respect de la loi pour le succès des armes”. Le nouveau commandant de zone 2, Wattao, s’est dit très heureux. Et que son rêve devient réalité. “Nous avons appelé de tous nos vœux l’encasernement et la démobilisation. Aujourd’hui, c’est devenu une réalité. Nous ne pouvons que nous réjouir”, explique-t-il. Ce n’est pas surprenant l’attitude de Wattao. Depuis la signature de l’Accord politique de Ouagadougou, il n’a ménagé aucun effort pour sensibilser ses hommes. Mieux, il s’est déterminé à l’application dudit accord, même s’il devait y laisser sa peau. Il a fait plusieurs fois le tour de la Côte d’Ivoire pour convaincre les populations à s’inscrire dans ce processus. En récompense, il a été nommé Ambassadeur de la paix par l’ex- ministre de la Réconciliation nationale, Dano Djédjé. Il faut dire que plusieurs personnalités politiques et militaires sont attendues ce matin pour la cérémonie d’encasernement et de démobilisation. Il s’agit entre autres, du ministre de la Défense, Michel Amani N’Guessan, du ministre du Tourisme et de l’artisanat, Sidiki Konaté, du chef d’état-major des Fds, le général de corps d’armée, Philippe Mangou…

Yacouba Gbané
Envoyé spécial à Séguéla
Le Temps

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires