Réparation des feux tricolores d`Abidjan, Bouaké Fofana (Dg de l’Ageroute) – « L’Etat doit 4 milliards aux prestataires »

Les pannes récurrentes des feux tricolores dans le District d’Abidjan d’une part, et les conséquences des dernières inondations sur le réseau routier abidjanais d’autre part, étaient au centre d’une conférence de presse animée par la direction générale de l’Ageroute.

L’état de délabrement des feux tricolores dans le district d’Abidjan inquiète. Pis, les prestataires de service en charge de la maintenance du parc de feux tricolores, ne sont pas payés. Conséquences, les arriérés dû par l’Etat de Côte d’Ivoire se chiffre à ce jour, à quatre milliards de Fcfa. L’information a été communiquée hier, à la presse par M. Bouaké Fofana, Directeur général de l’Agence de gestion des routes, (Ageroute). A l’ordre du jour de cette rencontre avec la presse qui a eu lieu à l’Oser à Biétry, le point des dégâts causés par les dernières pluies diluviennes sur le réseau routier dans le District d’Abidjan. Mais aussi et surtout, le point sur la réalisation des postes à péage en construction. S’agissant des feux de signalisation, qui sont en panne depuis quelques mois à nos carrefours, ils sont entretenus par des privés avec qui l’Etat de Côte d’Ivoire a passé des contrats de maintenances annuelles retenus après appel d’offres. Aujourd’hui, il faut des moyens de la part de l’Etat pour remplacer les équipements qui ont pour la plupart, 30 ans d’âge. Par ailleurs, il nous faut réfléchir ensemble, à la sécurisation de ces installations qui sont non seulement constamment détruits à la suite des accidents de la circulation mais aussi à la faveur des mouvements de rues. La seule solution efficace, c’est le civisme auquel nous invitons les populations ivoiriennes », a indiqué M. Bouaké Fofana. Se prononçant sur les raisons de la dégradation rapides des ouvrages d’art et des routes réhabilitées, il a ajouté que cela n’est pas dû à un manque de compétence des ingénieurs ivoiriens, mais du comportement des populations qui construisent sur les canalisations et bouchent celles-ci avec les dépôts sauvages d’ordures. Si ce n’est pas sur les routes. Faisant d’une pierre deux coups, le patron de l’Ageroute a révélé qu’en sa qualité de gestionnaire des routes ivoiriennes, il a dans le cadre du Plan Orsec, adressé une facture à cette structure pour les dommages subits à la faveur des dernières pluies diluviennes dont les dégâts chiffrés sur le réseau routier abidjanais se chiffrent à six milliards de Fcfa. « A la rue ministre dans la commune de Cocody par exemple, il ne s’agira plus de construire à l’identique, mais revoir la structure de la chaussée, pour l’adapter au volume du trafic avec sur ce tronçon », a dit le dg Bouaké. Terminant, il a précisé: que ce soit le prolongement de l’autoroute du nord les trois postes à péages; les travaux avancent bien. « Avec l’apurement d’une bonne partie des arriérés de l’Etat, nous sommes certains que l’ouvrage pourra être livré fin 2011. Pendant que la route Zoo-williamsville sera achevée en décembre prochain. Quant au démarrage des travaux du 3e pont, après le rendez-vous manqué de mars dernier consécutivement à la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante (Cei), ils pourraient démarrer en septembre prochain », a conclu M. Bouaké Fofana

Bamba Mafoumgbé
bamaf2000@yahoo.fr
Le Temps

Commentaires Facebook