Laurent Gbagbo à l’intronisation du chef de Adjamé-Bingerville : “Le 3e pont n’est pas une priorité”

Le président de la République, Laurent Gbagbo, a honoré de sa présence l’intronisation du chef du village de Adjamé-Bingerville. Il a levé un coin de voile sur les problèmes et les besoins immédiats de la population Akwé-djèmin.

L’information est-elle passée sous silence, ou l’Etat ivoirien n’arrive pas vraiment à trouver de candidats ? Le président de la République, Laurent Gbagbo, a révélé, samedi, à l’intronisation du 20e chef du village de Bingerville-Adjamé, Agbo Honoré, qu’il recherche en vain des enseignants. En particulier, des instituteurs et des professeurs. « Je recherche 8.000 instituteurs et 4.000 professeurs, je ne les trouve pas », a-t-il dévoilé pour définir ses priorités pour le peuple Atchan. Il répondait aux doléances des populations qui concernent, entre autres, le bitumage des artères du village, la transformation du groupe scolaire en collège, la stabilisation de la fourniture d’électricité, l’obtention de 10 broyeuses pour les commerçantes d’attiéké. Pour Laurent Gbagbo, il est plus difficile de trouver du personnel que de construire des écoles ou des centres de santé. Le président de la République a ensuite réaffirmé sa promesse au peuple Akwé-djèmin. « Nous avons mis du maïs dans l’eau pour le piler. Il est resté très longtemps dans l’eau à cause de la crise… le temps est arrivé pour transformer les grains de maïs, en farine », a-t-il imagé pour ouvrir une lucarne sur le vaste projet qu’il a pour le peuple Ebrié. A ce sujet, il est prévu, dans le cadre du projet ‘’Le grand Abidjan’’, « une grande route » qui se terminera par un pont, reliant Bingerville à Bassam. « Pour moi, la priorité c’est de faire cette route et non le 3e pont », a-t-il indiqué. Le Woudy de Mama a salué le peuple Ebrié pour le sacrifice qu’il fait pour la Côte d’Ivoire. « Quand quelqu’un a donné sa terre, il a tout donné » a-t-il reconnu. Avant de regretter l’impact de l’urbanisation sur les terres Ebrié. « Il faut être aveugle pour ne pas voir le problème des Ebrié. Les villes dévorent et avalent la terre. Elles détruisent les champs. L’immense forêt entre Abidjan et Bingerville n’existe plus. La lagune est polluée. Il n’y a plus de poissons pour les pêcheurs ». Il a préconisé l’organisation d’un séminaire en vue de prendre le problème à bras-le-corps et voir ce qu’il faut faire.


Au nouveau chef, le chef de l’Etat a rappelé la responsabilité qui lui incombe. « Il n’y a pas de petite chefferie. Un chef est un chef. Que vous soyez le chef d’un Etat ou d’un village, vous avez les mêmes soucis, les mêmes problèmes. Vous avez à cœur le bien-être de votre population », a-t-il noté. A 13h 50, le préfet d’Abidjan, Sam Etiassé, lui a remis l’arrêté de nomination 398 faisant de lui le ‘’berger’’ de Bingerville-Adjamé. Suivi de son intronisation par nanan Ahouoto Bruno Ayaké, doyen du village, qui lui a remis ses attributs de chef.

Sanou Amadou (Stagiaire)
Nord-Sud

Commentaires facebook

Publié par bleble