Interview / Bamba Yacouba, porte parole de la Cei: “Les radiations fantaisistes seront rejetées”

La Commission électorale indépendante a entamé l’élaboration de la liste électorale définitive. A cette étape cruciale du processus de paix, l’institution dirigée par Youssouf Bakayoko joue à fond la carte de la fermeté. Le porte-parole, Bamba Yacouba assène ses vérités.

Question : Le contentieux judicaire terminé, comment la Cei travaille sur la liste électorale définitive?

Réponse : Aucune personne n’a été radiée de la liste électorale. C’est maintenant que le travail de radiation va commencer. Depuis décembre, c’est maintenant que nous allons commencer cette première étape. Nous allons prendre en compte les rapports de synthèse de nos Cei locales. La loi dit que toutes les décisions rendues par la Cei, sont les décisions qui font foi jusqu’à ce qu’il ait une décision contraire de la justice. Toutes les décisions de justice qui ont été rendues vont être analysées. Uniquement les décisions qui auront respecté le mode opératoire seront prises en compte. Toutes les décisions qui, n’auront pas respecté le mode opératoire seront mises de côté. Il faut préciser que toutes les personnes qui ont fait l’objet de radiation sur la liste électorale et qui sont sur la liste électorale de 2000, ainsi que les personnes qui ont été croisées positivement avec les fichiers historiques ivoiriens ne seront pas prises en compte.

Question : Elles seront réintégrées?

Réponse : Je vous dis qu’il n’y a pas eu encore de radiation. C’est maintenant que nous sommes en train de travailler sur les dossiers. Avant de radier quelqu’un, il faut s’assurer que la décision de radiation respecte le mode opératoire. Il faut également vérifier si cette personne est présente sur la liste électorale de 2000 ou qu’elle a été croisée positivement avec les fichiers historiques ivoiriens. Les personnes qui remplissent ces conditions ne peuvent pas faire l’objet de radiation. Le juge en rendant sa décision ne prend pas en compte ces données. Il y a aussi un autre problème. Il nous revient que des présidents des Cei locales subissent des pressions pour nous faire parvenir des décisions de radiation prises après le 26 octobre. Les décisions émises après la période du 26 octobre ne peuvent pas être prises en compte. Nous ne pouvons pas les prendre en compte. Parce que nous avions un délai à respecter. Il faut dire que depuis le 17 août, nous avons fini notre rapport de synthèse. Nous étions prêts à commencer l’élaboration de la liste électorale définitive. Mais c’est en accord avec les partenaires que sont, l’Ins et Sagem, que nous avons décidé d’attendre la fin de toutes les décisions pour faire un rapport général afin de commencer le travail. Conformément au mode opératoire, nous avons tout arrêté. Ceux qui veulent rendre des décisions aujourd’hui, il faut être clair avec eux, nous n’allons pas les prendre en compte. Il y a eu un délai et un chronogramme qu’il faut respecter. Nous nous en tenons à ce chronogramme. Ce que nous savons, c’est que les gens ont attendu le dernier jour pour déposer les dossiers. Tout le monde savait que c’était 14 jours de contentieux. Je pense qu’il faut bien qu’on respecte les délais pour avancer. Sinon on ne s’en sortira pas. Si on a arrêté après le 14è jour de prendre les réclamations, il faut bien qu’on arrête aussi de prendre les décisions de radiation.

Réalisée par Lacina Ouattara
Eburnews –

Author: bleble