Rififi au Burida : Le collectif des dissidents présente ses excuses à Gadji et Baroan

Fabrice Orega dit Fabio et Hamed Farras ont présenté des excuses au Conseil d’Administration et à la Direction générale du Burida suite aux propos tenus lors de la récente crise qui a secoué la maison des artistes.


Un collectif des sociétaires du Burida, dirigé par Fabrice Oréga dit Fabio et Hamed Farras était samedi dernier, face à la presse, au foyer de jeunes de Marcory. Il s’agit pour Fabio qui animait cette conférence de presse de présenter des excuses à Gadji Céli et Michel Baroan respectivement Pca et Directeur général du Burida. Selon Fabio, ces excuses sont liées aux propos qu’il a tenus au nom dudit collectif pour dénoncer la mauvaise gestion du Burida. Selon lui, après avoir échangé avec les responsables de la maison, lui et ses camarades sont parvenus à de meilleurs sentiments. Cependant, il a indexé l’entourage du Pca. Parce qu’il ne comprend pas pourquoi au moment où Gadji Céli décide de payer les droits généraux à tous les artistes de Côte d’Ivoire, certains de ses collaborateurs s’y opposent. Il a rappelé que ces droits étaient perçus par une catégorie d’artistes quand d’autres artistes n’y avaient pas droit. « Je voudrais vous dire que depuis le lundi 23 août dernier, ce droit est payé à tous les artistes de Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré. L’autre objectif de cette rencontre avec la presse était pour lui, de demander au Conseil d’administration de donner les coudées franches au Directeur général du Burida, Michel Baroan. Afin qu’il travaille librement et rende compte à la prochaine Assemblée générale. Fabio a aussi présenté les excuses de son collectif pour le tort fait à la Côte d’Ivoire, son pays, en créant des troubles qui ont engendré le refus de la Direction Afrique de la Cisa à la Côte d’Ivoire. Le conférencier a révélé à la presse qu’il a plaidé auprès du Pca sur la nécessité d’une mutuelle des artistes. Une requête sur laquelle Gadji Céli a cédé. Par ailleurs, Fabio s’est interrogé sur le rôle de la commission de la lutte contre la piraterie. A l’en croire, cette commission est budgétivore, mais ne donne pas les résultats escomptés.
Le Temps

Commentaires facebook

Publié par bleble