Plus « aucun obstacle sur la route » de l’élection en Côte d’Ivoire, dit M. Soro

Il n’y a « plus aucun obstacle sur la route » de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, a affirmé vendredi à Abidjan le porte-parole du Premier ministre ivoirien Guillaume Soro.

« Les questions militaires sont quasiment réglées et les derniers obstacles politiques sont en train d’être levés », a souligné lors d’un point de presse, Méité Sindou qui en déduit qu’il n’y a plus « aucun obstacle sur la route » de l’élection attendue en Côte d’Ivoire depuis 2005.

Selon M. Sindou, l’opération de regroupement des ex-combattants rebelles a été conduite à son terme « avec succès ».

Au total 5000 ex-rebelles volontaires pour l’armée nationale ont été encasernés dans quatre « groupements d’instruction » à Korhogo (nord), Séguéla (nord ouest), Man (ouest) et Bouaké ( centre).

« Bien entendu il y a quelques réglages, des tâches d’administration quotidiennes sur le terrain, encore des travaux de retouche, de réhabilitation des infrastructures mais il faut retenir définitivement que le processus est terminé », a-t-il martelé.

L’opération a consisté également à démobiliser environ 30.000 autres appelés à regagner la vise civile, parmi lesquels 7.693 sont déjà insérés dans la vie sociale, les autres attendant leur prise en compte par le Programme national de service civique (PNSC) et le Programme national de réinsertion et de réhabilitation communautaire (PNRRC).

Si l’opération de désarmement est terminée dans son « volet FAFN « , dans son « volet démantèlement des milices », il reste « beaucoup à faire », a reconnu le porte-parole de Guillaume Soro qui relève que sur 35 450 ex-miliciens ou membres de « groupes d’autodéfense » (favorables au président Laurent Gbagbo), seuls 17.000 ont été pris en charge et ont obtenu une « carte de démantèlement ».

Conformément à l’accord de paix inter-ivoirien, le désarmement de l’ex-rébellion et le démantèlement des milices doivent être réalisés deux mois avant la date fixée pour l’élection présidentielle.

Sur le processus électoral, Méité Sindou estime que « la liste électorale est à portée de main ».

« Nous allons vers la finalisation du traitement du contentieux électoral et de la vérification sur la liste provisoire et autour du 10 septembre, on devrait avoir une visibilité sur la liste électorale définitive », a-t-il assuré.

La Commission électorale indépendante (CEI) a prévu l’affichage de la liste électorale définitive au plus tard le 12 octobre.

Sur le financement de l’élection, le porte-parole du Premier ministre soutient que « les ressources nécessaires ont été mobilisées ».

De même, pour la sécurisation, il a indiqué qu’un « schéma pratique » pour « encadrer » les élections a été proposé au Premier ministre par le Centre de commandement intégré (CCI, état-major mixte).

« Le processus électoral est sur les rails, il reste pour le Premier ministre un seul obstacle, celui de conduire la Côte d’Ivoire vers une sortie de crise apaisée », a conclu Méité Sindou. (Xinhua)

Commentaires Facebook