Victoire de Gbagbo au 1er tour – Mamadou Koulibaly recommande 3 principes depuis Lakota

Que faire et comment s’y prendre pour faire triompher la vision de Laurent Gbagbo au premier tour de la présidentielle ? Telle est la préoccupation de Ernest Dally Zabo, directeur départemental de campagne du candidat à Lakota. A cette question, le 3ème vice-président du Fpi, le professeur Mamadou Koulibaly a apporté la réponse, le samedi 11 septembre au meeting qui marque le top départ de la campagne du président Gbagbo dans le département de Lakota. Le 3ème vice-président du Fpi, le professeur Mamadou Koulibaly estime que pour faire gagner le candidat Laurent Gbagbo au premier tour de la présidentielle, les militants du Front populaire ivoirien doivent obéir à trois principes. Pour lui, d’abord il faut renouer avec les valeurs fondamentales du Fpi. Ensuite il faut faire du porte-à-porte, visiter, au-delà des militants, tous les foyers des électeurs sans préjugé afin d’expliquer à chacun, la vision du candidat Laurent Gbagbo pour la Côte d’Ivoire. Enfin, selon l’invité de Dally Zabo, il faut mener une campagne empreinte de courtoisie, de respect de l’autre, dire, sans injure ni violence, ce que propose le candidat au peuple de Côte d’Ivoire. Mamadou Koulibaly pense que c’est à cette condition que le candidat pourra avoir la majorité des suffrages qui lui permettront de battre les autres candidats. Il a donné sa recette au cours du meeting qu’il a animé sur la grande place qui abrite le nouveau siège du Fpi de Lakota. Siège baptisé complexe Mamadou Koulibaly offert au Fpi par le Ddc Dally Zabo. Sur le premier principe, il a invité les militants à revenir aux premières valeurs du Fpi, à s’attacher aux valeurs qui ont guidé à la création du parti. “La vision que nous avions et qui a fait rêver les Ivoiriens, il faut vous attacher à elle. Je conseille que les militants du Fpi restent attachés aux valeurs initiales, fondamentales, aux valeurs de base du Front populaire ivoirien”, a recommandé le président de l’Assemblée nationale qui s’est adressé à une foule venue prendre les instructions capables de conduire le candidat Laurent Gbagbo à la victoire. Il a exhorté avec insistance les militants à boucher les oreilles “aux chants de sirène” qui, selon lui, ne feront pas du bien au parti. Pour Mamadou Koulibaly, la démocratie, le combat pour les libertés, pour le développement de la Côte d’Ivoire et la prospérité des Ivoiriens doivent redevenir le centre d’intérêt du militant du Fpi soucieux de la victoire de Laurent Gbagbo. Il ne le dit pas de façon fortuite parce qu’il estime que la vision qui a fait que les Ivoiriens ont adhéré en masse au Fpi dès sa création ne doit pas être dévoyée. S’expliquant sur la deuxième condition, il a indiqué que pour sortir vainqueur de la présidentielle, un candidat doit convaincre 3,5 millions d’électeurs pour lesquels les seuls militants ne suffisent pas pour faire gagner un candidat. Pour donc parvenir à rallier ces 3,5 millions de voix, il faut frapper à toutes les portes quelles soient celles du Rdr, du Pdci et autres sensibilités. Mamadou Koulibaly engage les militants du Fpi à retrousser les manches, à parcourir à pieds les distances, à faire le porte-à-porte, le corps-à-corps, à visiter sans relâche chaque famille afin de convaincre le maximum d’électeurs. Selon lui, le peuple qui détient le pouvoir ne doit pas tenir compte ni de la fortune ni de la religion encore moins de l’ethnie pour élire un candidat. S’adressant particulièrement aux chefs religieux, il leur a demandé de prier afin qu’aucune goutte de sang ne soit versée à ces élections. Déplorant que depuis la mort du président Houphouët la Côte d’Ivoire est entrée dans une zone de turbulence à laquelle il faut mettre fin parce qu’il y a eu trop de morts pour véritablement penser le développement. Il a souhaité que les élections à venir ne soient pas un rendez-vous avec la mort, qu’elle ne soit pas dramatique comme il est coutume de le voir en Afrique chaque fois qu’il y a une élection. Pour Mamadou Koulibaly, il faut plutôt penser à résoudre la question du chômage, de la pauvreté, de la maladie, des routes, de l’école, de la jeunesse, de l’agriculture et toutes les autres questions de développement. Le disant, il a expliqué aux populations de Lakota et à travers elles à celles de toute la Côte d’Ivoire que pour choisir un candidat à travers un vote, ce sont ces préoccupations qui doivent guider l’électeur. Parce que, dira Mamadou Koulibaly, le peuple doit confier le pouvoir d’Etat à celui des candidats qui aura convaincu sur la résolution de ces questions. “Ceux qui ont les visions apocalyptiques seront sanctionnés par l’apocalyptisme et ceux qui ont les visions de prospérité seront sanctionnés par la victoire. Militants du Fpi faites en sorte que la vision de notre candidat Laurent Gbagbo triomphe”, a conclu le 3ème vice-président du Fpi. Qui a par ailleurs rappelé et insisté que la politique est un ensemble de principes qui sont l’amour, la fraternité, l’unité, la vérité, le respect de la vie humaine et la solidarité. Principes auxquels il a réinvité les militants de son parti. Avant son intervention, Ernest Dally Zabo, donateur du siège qui porte le nom de l’illustre personnalité a dit sa fierté pour le président de l’Assemblée nationale et l’a rassuré du soutien de tout Lakota dans son combat aux côtés du président Gbagbo. Il a expliqué à l’auditoire que Mamadou Koulibaly connaît l’histoire de ce siège parce qu’il l’a encouragé dans l’idée de doter le parti d’un siège à Lakota. “Camarade il faut continuer ce combat de la vérité aux côtés de Laurent Gbagbo avec tous les fils du Fpi dans la camaraderie et la fraternité”, a déclaré Dally Zabo. Qui, parlant de la campagne qui démarre a rassuré : “Tout le monde est mobilisé dans une cohésion agissante pour la victoire de Laurent Gbagbo à Lakota. Ici on ne cherche pas à gagner. On cherche à écraser nos adversaires. Le temps de la campagne est arrivé et nous allons voir qui est qui”. La voix des allochtones est venue de Fofana Ibrahim. Parlant pour le compte de la communauté malinké, il a reconnu que depuis des décennies, les allochtones, allogènes et les Dida vivent tellement en parfaite symbiose que les messages de nature à les pousser à la méfiance et à la haine n’ont pu prospérer à Lakota. Les chefs traditionnels de Lakota ont exprimé leur estime à Mamadou Koulibaly en lui remettant un pagne kita et des sandales. Le directeur départemental a offert un bœuf au président de l’Assemblée nationale. Celui-ci a fait don de 500.000FCFA à la fédération Fpi, 500.000 aux chefs traditionnels et un million au comité d’organisation. Rappelons que ce meeting de lancement de la campagne du président Laurent Gbagbo a été un événement régional parce que les militants, cadres et élus sont partis de Fresco, Zikisso, Divo et Guitry pour se joindre à leurs camarades de Lakota. L’ancien ministre Sama Damala Henri César, les députés Jacob Akpalé et Bada Tayoro de Divo étaient aux côtés du Ddc Dally Zabo soutenu au plan local par le député Dakouri Djaléga et M. Rabé. Tous les mouvements se reconnaissant de la majorité présidentielle et de nombreux artistes ont pris part à cette rencontre qui avaient l’allure de fête populaire. Benjamin Koré envoyé spécial à Lakota


Notre Voie

Author: bleble